Mélenchon Le Pen les faux ennemis

clip_image002

clip_image007

(Les faux ennemis)

Tentés par le Rassemblement national, l’électorat populaire de Jean-Luc Mélenchon aurait voté massivement pour le parti de Marine Le Pen aux européennes. (Près de 36 % des Insoumis ont « une bonne opinion du RN »)

Mélenchon ironise « Couvrez ce lien que je ne saurais voir ! » lorsque l’on ose évoquer une passerelle entre la France Insoumise (LFI) et le Rassemblement national (RN). Pourtant ! Marine Le Pen n’a-t-elle pas relevé, lors de la crise des Gilets jaunes, des « convergences » avec LFI sur les traités de libre-échange, l’opposition au travail détaché et aux privatisations, ou sur le RIC ?

clip_image004

Désabusé par le quinquennat catastrophe de Hollande. Il y a une vraie colère de gens qui pensent que le vote RN leur sera plus utile.

Une « dédiabolisation » alimentée probablement par le jeu dangereux de plusieurs ténors de la France Insoumise. Jean-Luc Mélenchon en tête dont le refus de donner une consigne de vote, le soir du premier tour de la présidentielle, est considéré comme une erreur, voire une faute par nombre d’Insoumis.

clip_image005

Le RN continue à creuser son sillon dans les terres populaires de cette France insoumise des « oubliés. » Entre les deux tours de la présidentielle, Marine Le Pen avait posté une vidéo sur les réseaux sociaux où elle s’adressait directement « aux sept millions d’électeurs qui ont voté pour la France insoumise ». Un vivier de taille pour son parti.

CBV

Publicités

Darmanin veut revoir les niches fiscales

clip_image001

(Pas touche aux niches fiscales des élus de la République)

Le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, a annoncé qu’il comptait réviser le dispositif de niches fiscales pour apporter plus de justice.

« Les niches fiscales, c’est 14 milliards d’euros. Soit quatre fois plus que l’ISF (l’impôt de solidarité sur la fortune) ! Et plus de la moitié de ces 14 milliards profite aux 9 % des Français les plus riches, a expliqué Gérald Darmanin qui est défavorable à une réforme de l’impôt sur le revenu (Je propose que l’on revienne dessus en diminuant le plafond global des niches), ou alors qu’on les mette sous conditions de ressources pour qu’elles profitent aux classes moyennes et populaires plutôt qu’aux plus aisés. Voilà une idée de justice fiscale, a-t-il ajouté. Il se dit cependant défavorable à une réforme de l’impôt sur le revenu, comme le demande le secrétaire général de la CFDT, « Laurent Berger », qui plaide pour l’instauration d’une tranche d’impôt supplémentaire pour les plus riches. (Je rappelle que seuls 45 % des Français sont imposables, et que les 10 % les plus aisés payent déjà 70 % du total de l’impôt sur le revenu !) Dit Gérald Darmanin.

Suppression de niches fiscales : 1,5 milliard d’euros pourraient être économisés

Selon la députée LREM Olivia Grégoire, la suppression de niches fiscales des entreprises permettrait des économies substantielles pour financer des baisses d’impôts. Le gouvernement fait les comptes. Après les annonces d’Emmanuel Macron post-grand débat, l’heure est venue de trouver des solutions et de faire des économies. Le président de la République a annoncé une baisse de l’impôt sur le revenu, mais il faut pouvoir la financer. Pour la députée LREM Olivia Grégoire, la suppression de niches fiscales des entreprises est une bonne manne financière, pouvant rapporter plus d’un milliard d’euros, comme elle l’explique dans Le Journal du dimanche. « Nous pouvons économiser 1,5 milliard d’euros par an », a ainsi déclaré la porte-parole du groupe LREM.

« Mais ce n’est qu’une source de financement, les deux autres étant la réduction des « dépenses publiques » et l’incitation à travailler plus sans changer l’âge légal de départ à la retraite, a-t-elle poursuivi, alors que le gouvernement recherche cinq milliards d’euros pour compenser la réduction de l’impôt sur le revenu annoncée par le chef de l’État.

Question : Combien cela rapporterait la suppression des niches fiscales accordées aux élus de la République ainsi que les enveloppes accordées sans contrôles aux parlementaires ?

CBV

Les Républicains en crises…

Selon un sondage Ifop pour « le Journal du Dimanche », les Français se montrent pessimistes quant à l’avenir du parti Les Républicains. Pour de nombreux sympathisants, le parti doit se rapprocher du RN ou de LREM dans la perspective des élections municipales.

Commentaire perso :( Un rapprochement avec le « FN/RN » serait la pire des solutions et en même temps un reniement des valeurs fondamentales de la Droite Républicaine).

Quand à la présence d’un candidat ou d’une candidate de « Les Républicains » pour la prochaine présidentielle, cela risque d’être problématique « En cause la fragilité » actuelle dans laquelle se trouve ce parti et son état de délabrement.

clip_image001

Avoir organisé une primaire (polluée par les socialistes) pour désigner le candidat à la présidentielle de 2017, a été une erreur monumentale de la part de Sarkozy et des Républicains (surtout avec le rejet de ce dernier (Sarkozy était l’homme à abattre) et comme candidat un certain François Fillon) par la suite ce dernier s’étant avéré incapable de relever le défi,

clip_image003

les médias et certains petits chefaillons ont tenté d’imposer un certain « Allain Juppé » là a été la seconde erreur et les sympathisants se sont désolidarisés.

clip_image005

La dernière erreur est venue avec « Wauquiez » qui n’a pas su ou n’a pas pu s’entourer de personnalités à la hauteur, d’où la débâcle des Européennes, et cela risque de ne pas être terminé…

CBV

Mise en garde de Laurent Wauquiez

Mise en garde de Laurent Wauquiez contre la création d’un grand parti mou de centre droit

clip_image002

Autre point, à vouloir ratisser trop large, on fini par se prendre un râteau en pleine figure.

Laurent Wauquiez met en garde, dans un entretien accordé lundi au Figaro, contre l’éventuelle création d’un grand parti mou de centre droit en dénouement de la crise qui secoue Les Républicains après le désastre des européennes.

Si la droite se conçoit comme un supplétif d’En marche, soit en créant un grand parti mou de centre droit, soit en cédant aux sirènes des extrêmes et en courant derrière le RN, alors elle sera morte, juge M. Wauquiez, au lendemain de sa démission de la tête du parti. L’avenir de la droite n’est pas dans un parti attrape-tout qui ne dit plus rien, insiste l’ex-patron de LR. J’ai vu le danger du retour de la guerre des chefs, le désir de revanche et au fond un état d’esprit que j’ai connu par le passé et qui m’a écœuré, comme pendant l’affrontement Copé-Fillon ou pendant la présidentielle, explique Wauquiez. (J’en ai tiré la conclusion que si ma présence était un obstacle, alors il fallait partir). J’espère que ma démission permettra de sortir de la querelle des personnes et de travailler sur le fond, ajoute l’ex-président de LR. Je crois en l’avenir de la droite, assure M. Wauquiez. Les électeurs LR qui ont voté RN savent aussi qu’il y a toute une partie du RN qui lorgne l’extrême gauche et que le discours économique n’est pas sérieux. De l’autre, il y a un doute profond qui reste dans les têtes des électeurs de droite sur la réalité du macronisme.

CBV

Commentaire ;(Nicolas Sarkozy écrit dans son livre « Témoignage » Nous sommes tous censés être tous égaux en devoirs et en droits). Il n’y a donc pas à mes yeux, le vocabulaire recommandé pour les élites et celui qui serait consenti au peuple.

Et d’ajouter (il y a le parler vrai et le parler faux). Il y a le parler franc et le parler hypocrite, il y a le parler vulgaire et celui qui est respectueux…

Un débat démocratique aseptisé

(Un responsable politique doit se faire comprendre). Pour cela, il n’est pas interdit, il est même recommandé, d’employer un langage simple qui ne soit pas simpliste. (Être entendu et être compris, voilà les objectifs).

Juste résolutions, sauf que j’aimerai bien avoir Nicolas Sarkozy en face de moi… il risque de se faire tirer les oreilles, pour avoir oublié d’appliquer à lui-même toutes les bonnes résolutions que nous pouvons lire dans son livre.

Pour Laurent Wauquiez, son problème vient du fait qu’il n’a pas été ou n’a pas pu s’entourer de collaborateurs compétents et à la hauteur de la tache qui était la sienne et la leur.

CBV

Marion-Maréchal Le Pen appelle les déçus des LR à rejoindre le FN/RN

La droite se doit de réagir au risque de disparaitre (Si ce n’est déjà fait…)

clip_image002

La droite classique a besoin d’un profond changement et d’une sérieuse remise en cause. Il convient de tout remettre à plat avec une remise à zéro en renversant la table. Ce n’est pas en voulant faire plaisir à tout le monde et en manquant de courage et surtout de volonté que l’on aboutira, et sans la volonté d’un réel changement, la droite « LR » est foutue… La droite ne doit pas commettre les erreurs du passé et ne doit pas se contenter de coller des rustines, c’est totalement improductif, sinon c’est à croire que les leçons du passé ne servent à rien.

clip_image004

Prêter le flan aux appels des sirènes du FN/RN et aux attaques des médias dont c’est le rôle de déstabilisation, serait la plus grande des erreurs. (À l’extrême droite on attend que cela, c’est la situation rêvée que « la déroute de la droite Républicaine » pour faire le marché parmi les déçus du parti et des dernières élections.

Non Wauquier n’est pas le seul responsable du désastre du parti « LR » ce serait trop facile de l’accuser de tous les mots. Le premier fautif est Nicolas Sarkozy et ses erreurs à répétitions, qui a manqué de courage et de détermination en changeant le nom du parti « UMP » pour qu’en définitive rien ne change, Sarkozy n’a pas eu le courage de faire le ménage en ce débarrassant de tous ceux qui ont trahis et n’ont rien fait ou presque pour la France.

CBV

Elections Européennes, Les Républicains en déroute

Les Républicains en déroute et M Le Pen conforte le résultat des Européennes obtenus en 2014 mais perd tout de même 2 sièges (22 contre 24 en 2014) en 2014 il y avait 46 544 712 inscrits et 26 796 819 abstentions (57,57%) en 2019 la France compte 47 344 735 inscrits et une abstention en baisse (49,88%) de ce fait Marine Le Pen et le « FN/RN » ne progresse pas, mais régresse légèrement.

clip_image002

Le score historiquement bas du parti (LR) aux élections européennes en France (8,48%), arrivé seulement quatrièmes des élections européennes en France et « largués » par les Verts, les Républicains viennent d’essuyer le pire revers électoral de leur histoire sur le plan national.

Au soir de l’annonce des résultats, Laurent Wauquiez a déclaré se donner trois ans pour bâtir une nouvelle voie pour la présidentielle de 2022, accusant Emmanuel Macron d’avoir été l’artisan de la progression du Rassemblement national. (Notre mouvement devra repenser sa ligne politique, il devra rassembler plus largement), a pour sa part commenté Gérard Larcher.

Sauf que Wauquiez en oublie le score de 2014 du FN avec (4 172 461 voix et 24 sièges obtenus sous la présidence de François Hollande et sa politique immigrationniste «Les immigrés sont une chance pour la France et l’Europe ») mais c’est vrai, bien pire que la défaite, la déroute est amère. Ce n’est pas en passant son temps en critique contre Macron que l’on progresse (le résultat catastrophe des Européennes en donne la preuve) les Républicains vont avoir du mal à redresser la barre, il va leur falloir retrousser les manches et mouiller la chemise pour cela…

Dans le même temps Gilbert Collard et Daniel Cohn-Bendit ont eu un échange particulièrement virulent.( Gilbert Collard reprochant à Daniel Cohn-Bendit « d’être un agent électoral de la LREM », Gilbert Collard a stigmatisé « les vielles guenilles, les faux-cul de la politique (…), traitre à tes idées (…), ce vendu à Macron ». « Tu es une ignoble ordure », a ainsi lancé Cohn-Bendit, « ferme ta gueule, connard ! Crétin ».

CBV

Européennes, ne jamais crier victoire avant l’heure

Il ne faut jamais crier « victoire » tant que la ligne d’arrivée n’est pas franchie.

Ceci pourrait bien se vérifier dimanche soir après le dépouillement des bulletins de votes

clip_image002

Exemple : Même si les résultats définitifs ne seront connus que dimanche soir, certains aux Pays Bas (bien que donnés favoris au départ, selon les sondages) doivent manger la soupe à la grimace

Alors que populistes et libéraux semblaient se disputer la victoire. A la surprise générale, c’est le Parti travailliste (PVDA, social-démocrate) qui arrive en tête, le Forum pour la démocratie (FvD), le parti europhobe et anti-immigrés du juriste Thierry Baudet pourtant donné favori terminerait en troisième place… Le plus grand perdant est toutefois le Parti pour la liberté du populiste d’extrême droite Geert Wilders. Littéralement pillée par M. Baudet, sa formation ne garde qu’un de ses 4 sièges et passe de 13,3 % à 4,1 %. Une rude défaite pour cet allié de Marine Le Pen au Parlement de Strasbourg.

En attendant Marine Le Pen multiplie les attaques en se trompant d’élection, (Macron ne doit pas sortir premier…) comme quoi la campagne pour les Européennes se limitent en un anti Macron exacerbé en oubliant les enjeux pour l’Europe.

Et si dimanche les électeurs renvoyaient Marine Le Pen et le « FN/RN » à ses études en déjouant les pronostics des sondages d’opinions “ et surtout en accomplissant le devoir citoyen ”

CBV

(En raison de la trêve imposée pour les élections, rendez-vous lundi pour les résultats)