Nicolas Hulot, séducteur et Harceleur???

Nicolas Hulot « Dragueur » et ou « Séducteur ? » Ou bien encore « Harceleur ? »

clip_image002

Halte à la confusion et à l’utilisation erronée de certains mots de la langue Française

Dragueur ou dragueuse : Celui ou celle qui drague une autre personne

Séducteur ou charmeur: Personne qui charme et qui fait des conquêtes, « celui ou celle qui use de ses charmes » pour séduire et, ou obtenir ce qu’il (elle) désire ou veut.

Art de la « séduction » Action par laquelle on est séduit, ou, on séduit quelqu’un.

Attrait fait pour un homme d’amener une femme à « se donner » à lui.

Séduire : action ou manœuvre qui consiste à obtenir les faveurs de quelqu’un… Attirer par des manœuvres, gagner de manière irrésistible, action de charmer, action de fasciner, etc. …

Ne pas confondre « Harcèlement »

Action de : Soumettre par des subterfuges ou des ruses à des attaques morales ou physiques répétées, à des critiques ou moqueries incessantes, user de position dominante ou de menaces jusqu’à ce que la victime cède.

CBV

Publicités

A l’école de Mélenchon

A l’école de Mélenchon (Mode d’emploi)

clip_image002

Mélenchon se dit aussi opposé aux écoles privées « pour l’enseignement des métiers »: « Je ne permettrai plus que quand on rentre au Salon de l’éducation, on ait d’abord les boîtes privées, et les boîtes publiques qui sont gratuites derrière (…). Je défends la République et son école laïque, « obligatoire et gratuite ». Il se dit aussi opposé aux écoles privées pour l’enseignement des métiers !!!

Diantre, et que vont devenir les « maitres artisans et compagnons » si Mélenchon supprime l’enseignement privé ? (Dans la seconde moitié des années cinquante, lorsque je suis entré dans le monde du travail, c’est un maitre artisan et compagnon qui a assuré l’essentiel de mon apprentissage, en complément, le jeudi matin j’avais cours technologique dispensé par un prof technique et le samedi matin on avait un cours de rattrapage scolaire) à la fin de cet apprentissage j’ai obtenu mon diplôme de fin d’apprentissage et par la suite je suis devenu compagnon, certifié par la chambre des métiers de France.

Pour rappel, Monsieur Mélenchon, l’enseignement scolaire peut être dispensé par les parents de l’enfant, seule l’éducation est obligatoire mais pas la scolarisation publique (c’est un droit du Code Napoléon et également un droit fondamental « Charte des Nations-Unies » (Les parents dispose du choix d’instruction à donner à leurs enfants).

Cependant, Jean-Luc Mélenchon reconnaît que les écoles privées font du bon travail. Si elles connaissent un tel succès, admet-il encore, c’est « parce que les parents ne sont pas satisfaits de l’école publique ». Ils trouvent que le travail n’y est pas fait comme ils le souhaiteraient, que la discipline n’y est pas ce qu’elle devrait être. La preuve que je veux faire, c’est qu’on est capable de remédier aux difficultés que rencontre l’école publique de manière à ce qu’elle redevienne totalement attractive, puisqu’elle est gratuite. Jean-Luc Mélenchon promet d’abroger la réforme du collège, estimant que « l’autonomie des établissements, c’est valable pour un supermarché, pas pour une école. Je ne suis pas d’accord pour que, d’un collège à l’autre, les chefs d’établissements puissent choisir jusqu’à 20% des horaires d’enseignement, précise-t-il. Les programmes doivent être nationaux. Le candidat s’engage aussi au retour de la gratuité de la cantine et des activités périscolaires.

CBV

Que ce soit à la ferme ou en politique, la règle est la même

Que ce soit à la ferme ou en politique, la règle est la même (se débarrasser des fruits véreux avant qu’ils ne contaminent les autres)

A la ferme, les fruits véreux sont à éliminer si l’on veut conserver le reste de la récolte et en profiter le plus longtemps possible

clip_image001

En politique il en va-de-même, pour conserver en bon état de convivialité et d’entente un groupe qui se doit d’être soudé, il convient de se séparer de tous les fruits véreux (les trublions) qui risquent de gangrener le groupe et de le conduire à sa perte. (Désolé pour tous ceux qui s’offusquent d’une telle solution radicale) mais il n’y a pas d’autre solution… Certes, il y a une solution qui consiste à dialoguer avant toute action radicale, la conciliation reste toujours possible, sauf pour les récalcitrants, sinon cela revient à tenter d’atteler des chevaux sauvages à une carriole, (les chevaux vont ruer dans les brancards) donc il convient de ne pas les utiliser et de les dresser avant toutes utilisations, sinon c’est la catastrophe.

clip_image003

Ce cheval montre qu’il refuse la soumission et doit être dressé, en politique, ceux qui refusent de se soumettre aux règles de discipline et à la déontologie, sont des fauteurs de troubles.

Les Français n’ont pas oublié ce qui s’est passé il n’y a pas si longtemps avec la guerre fratricide entre Fillon et Copé pour une histoire de perchoir… (Résultat, un désastre)

Cependant soyez rassurés, je n’ai nulle intention d’imposer ma vision des choses, restant libre de mes choix et convictions (politique ou tout autre). Comme la majorité des Français « marre d’être balloté »

CBV

Réduction du nombre de parlementaires

Réduction du nombre de parlementaires : vers un référendum ?

Emmanuel Macron et sa majorité vont-ils sortir la carte du référendum pour décider de l’avenir des institutions tricolores, réforme majeure inscrite à l’agenda 2018 ? Toute réforme de la Constitution réclame un vote, à une majorité des 3/5 des députés et sénateurs réunis en Congrès. A défaut, une consultation directe des Français est prévue par le texte fondamental…

Du côté des députés LR, le ton est à la fermeté à l’image de du président du groupe à l’Assemblée, Christian Jacob, qui a mis au défi Emmanuel Macron de s’en remettre aux Français

Faut-il rappeler que lors du référendum de 1969, le Général De Gaulle a été combattu pas les élus locaux qui ont tout fait pour manipuler les électeurs.

Si référendum il y a en 2018 ou plus tard c’est le peuple qui aura le dernier mot et pas les édiles de tous bords qui vont essayer de tromper les électeurs, sauf que selon les sondages d’opinions les Français seraient d’accord pour réduire le nombre de parlementaires qui grèvent les finances de l’Etat et pas que… (Pour rappel en 1969 les Français n’avaient pas internet) donc les informations ne circulaient pas aussi facilement que maintenant.

Selon la constitution Française le principe de la République est : « Gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple »

Article 3 : La souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum.

Idem pour la Charte des Nations-Unies (ONU)

Article 19 : La volonté du peuple est le fondement de l’autorité des pouvoirs publics.

Commentaire :

Au lieu de passer son temps en critique sur ce que fait Macron ou ne fait pas, monsieur Jacob, devrait se demander pourquoi le désastre de la Présidentielle et des législatives qui ont fait suite… « Apparemment la leçon n’a pas été retenue et comme si cela ne suffisait pas, certains ont du mal à digérer leur défaite lors de l’élection du Président de « Les Républicain s » (à croire que nous sommes revenu à l’époque ou Fillon et Copé se sont écharpés en se disputant la présidence de l’UMP)

Ce n’est pas comme cela que l’on avance, bien au contraire.

Le fait que les Français reprochent qu’il y a trop de monde au portillon de la gouvernance de la France et chez les élus locaux, n’est pas nouveau et les Français sont plutôt pour en réduire le nombre.

Question : à quoi sert l’IRFM, si les administrés doivent se taper 20 ou 30 kilomètres pour être reçu par leur député ? (Il arrive souvent que le député ne soit même pas de la circonscription qu’il est censé représenter.

Messieurs Jacob et certains autres, vous voulez aller contre vos administrés, et bien chiche ! Sauf que nous ne sommes plus en 1969 et internet est un moyen très puissant pour faire circuler les informations. (Les Français sont plutôt pour la réduction de certains privilèges chez nos édiles… et de leur nombre.

Les Français ont démontré qu’ils n’étaient plus disposé à ce laisser manipuler lors des dernières élection et ce n’est pas sur que les élus aient retenu la leçon.

CBV

L’esclavage moderne ce n’est pas en France ???

L’esclavage moderne ? C’est pas chez nous, ce n’est pas en France !

Monsieur Yann Moix, ceci s’adresse à vous, qui soutenez l’immigration clandestine, vous qui par votre naïveté vous rendez coupable de complicité de ce que l’on nomme « esclavage moderne » car c’est bien de cela qu’il s’agit. Monsieur Yann Moix vous êtes un être méprisable et indigne car la réalité est toute autre que ce que vous voulez faire croire…

Lisez donc ce qui suit et qui est l’œuvre de l’association « CCM » qui dénonce les méfaits de l’immigration clandestine et de la traite des êtres humains par leurs congénères.

Ce sont la misère, lexclusion et les migrations à risque qui permettent les situations d’esclavage et de la traite des êtres humains.

Confronté depuis des années à des centaines de situations d’asservissement domestique au sein des familles, le CCEM constate que, la plupart du temps, les victimes, ou leur famille, connaissent leurs employeurs et sont attirées par de fausses promesses. Des promesses de scolarisation pour les mineur(e)s, des promesses d’embauche ou de titre de séjour pour les adultes. Le travail domestique étant dévolu aux femmes – et aux enfants dans certaines régions du monde- 75% des personnes suivies par les juristes du CCEM et les avocats bénévoles sont des femmes et  29% étaient mineur(e)s au moment des faits.

     La grande majorité d’entre elles ont été recrutées directement par leur employeur, et une petite partie par un intermédiaire ou une agence. Ce sont en général les femmes qui se chargent du recrutement via des réseaux familiaux. Les recrutements par des agences concernent la plupart du temps les employeurs les plus riches.

       Leurs employeurs appartiennent à toutes les catégories socio professionnelles. On retrouve des victimes dans les grands ensembles et dans les beaux quartiers. Les diplomates et les nababs n’ont pas le monopole de ces pratiques. Il arrive que la pauvreté exploite la misère.   

http://www.esclavagemoderne.org/0010-qui-sont-les-victimes-et-les-exploiteurs–/13-page.htm

Commentaire perso : (CBV)

Monsieur Yann Moix, en 2008 j’ai fais parvenir, un courrier au service presse du Haut Commissariat des droits de l’homme à Genève “ONU” (suisse) dénonçant cet état de fait et en retour j’ai reçu un message de félicitation.

Comme quoi, Monsieur Moix, vous n’êtes pas le Bon Dieu mais le diable en personne, en prenant partie pour le trafic d’êtres humains, et l’esclavage moderne. Dans la réalité, ces pauvres migrants sont exploités et sont selon votre expression une chance pour les membres de leur famille et les patrons peu scrupuleux qui les exploitent, mais pas pour eux, loin s’en faut.

CBV

Yann Moix à Macron sur les migrants : "Vous êtes indigne de votre fonction"

Yann Moix à Macron sur les migrants : « Vous êtes indigne de votre fonction »

« Monsieur le président de la République, chaque jour, vous humiliez la France en humiliant les exilés, accuse Yann Moix à l’attention d’Emmanuel Macron. Vous les nommez ‘migrants’ : ce sont des exilés. La migration est un chiffre, l’exil est un destin. Réchappés du pire, ils représentent cet avenir que vous leur obstruez, ils incarnent cet espoir que vous leur refusez. C’est à leur sujet que je vous écris » !!!

Commentaire perso : Monsieur MOIX, vous avez tout faux, et permettez-moi de vous dire que vous faites un amalgame entre « asile (politique) et immigration clandestine pour des raisons économiques…Etant moi-même petit fils de migrants économique, contrairement à vous je ne fais pas de mélange des genres, je suis parfaitement capable à mon âge (75 ans) de faire la distinction entre asile politique, ce qui doit être reconnu pour les exilés, et l’immigration clandestine dont il est reconnu un droit par la Charte des Nations-Unies de limitation des effets de l’immigration Clandestine.

Pour info lorsque mes grands-parents paternels se sont installés en France, ils n’avaient que la frontière à traverser et de plus ils avaient un moyen légal de subsistance, ce qui leur a permis d’obtenir un titre de séjour et plus tard la nationalité Française

Par contre ceux qui se livrent au trafic des êtres humains et qui soutiennent ce trafic, doivent être tous mis en prison… faut-il rappeler que le trafic d’êtres humains fait partie de ce que l’on appelle économie parallèle ou clandestine et rapporte autant que la drogue et la prostitution.

Vous ne manquez pas d’hypocrisie en affirmant que ces clandestins peuvent être une chance pour la France !!! Et pourquoi ne seraient-ils pas une chance pour leur pays d’origine ? Ne serait-il pas plus intelligeant et constructif de les aider dans leur pays et de faire en sorte qu’ils soient heureux, au lieu de leur faire miroiter un paradis qui se transforme en enfer et enrichit les trafiquants de tous poils.

Monsieur Moix, vous semblez ignorer ce qui est prévu par les Nations-Unies sur ce sujet, aussi je vous propose de le consulter et surtout de lire ce qui est écrit dans l’article « 2 »

CBV (petit fils de migrants économique)

Déclaration sur les droits de l’homme des personnes qui ne possèdent pas la nationalité du pays dans lequel elles vivent

clip_image001

http://www.ohchr.org/FR/ProfessionalInterest/Pages/HumanRightsOfIndividuals.aspx

Article premier

Aux fins de la présente Déclaration, le terme « étranger » s’applique, compte dûment tenu des précisions apportées dans les articles suivants, à tout individu qui ne possède pas la nationalité de l’Etat dans lequel il se trouve.

Article 2

1. « Rien dans la présente Déclaration ne doit s’entendre comme légitimant l’entrée et la présence illégales d’un étranger dans un Etat ou comme restreignant le droit de tout Etat d’édicter des lois et règlements concernant l’entrée des étrangers ainsi que les termes et les conditions de leur séjour ou d’établir des distinctions entre ses ressortissants et les étrangers ». Ces lois et règlements ne doivent toutefois pas être incompatibles avec les obligations juridiques internationales de l’Etat concerné, y compris celles relatives aux droits de l’homme.

2. La présente Déclaration ne porte pas atteinte aux droits accordés par le droit interne ni aux droits qu’un Etat est obligé d’accorder aux étrangers en vertu du droit international, même lorsque la présente Déclaration ne reconnaît pas ces droits ou les reconnaît dans une moindre mesure.

Article 3

Tout Etat publiera les lois et règlements nationaux qui affectent les étrangers.

Article 4

Les étrangers se conforment aux lois de l’Etat dans lequel ils résident ou se trouvent, dans le respect des coutumes et traditions de son peuple.

CBV

Des fonctionnaires logés gracieusement

Assemblée nationale : Des fonctionnaires logés gracieusement (Privilèges obligent)

France Inter vient de rendre public un document qui pointe les privilèges dont certains non élus de la République disposent à l’Assemblée nationale. Ainsi, le secrétaire général de l’Assemblée nationale, qui gagne 18 000 euros nets par mois, a pour lui un appartement de 182m², un majordome, lequel, pour ses services, a droit à un appartement de 49m².

Le directeur de cabinet du président de l’Assemblée ne dispose, lui « que » de 149 m² de surface dans son nid douillet du Palais Bourbon, assorti d’une solde de 10 000 euros nets mensuels. France Inter révèle en outre que le chef du département « génie climatique », qui touche 7 750 euros par mois, comme son homologue du département électrique, logent tous les deux dans 167m² et 107m². La radio a fait le calcul : en tout, 1700 m² sont dédiés au logement de fonctionnaires hébergés gracieusement… Cette révélation intervient alors que les députés se cherchent des nouveaux bureaux et se demandent s’ils vont réellement acheter l’hôtel de Broglie, pour un coût astronomique de 60 millions d’euros. Le document a hérissé certains députés, qui estiment que ces fonctionnaires peuvent se loger eux-mêmes grâce à leur salaire. Il était jusqu’à présent tenu secret par le président de l’Assemblée nationale, François de Rugy, qui l’avait reçu du premier questeur Florian Bachelier.

6Medias, publié le lundi 22 janvier 2018 à 07h56

clip_image002

Loi relative à la déontologie des fonctionnaires – 21/04/2016

La loi n° 2016-483 du 20 avril 2016 relative à la déontologie et aux droits et obligations des fonctionnaires a été publiée au Journal officiel du 21 avril 2016.

La loi comprend 5 titres.

Le titre Ier (articles 1 à 19) est relatif à la déontologie

Le titre II (articles 20 à 39) vise à moderniser les droits et obligations des fonctionnaires.

Le titre III (articles 40 à 61) rassemble diverses dispositions tendant à assurer l’exemplarité des employeurs publics.

Le titre IV (articles 62 à 64) contient diverses dispositions statutaires relatives aux juridictions administratives et financières

Le titre V (articles 65 à 90) réunit les dispositions diverses et finales

Le dossier législatif sur le site du Sénat

La question qui se pose est la suivante : Sommes-nous vraiment en République ou sous un régime de royauté avec tous ses privilèges ?

clip_image004

4 août 1789 : abolition des privilèges et des droits féodaux – C’est le triomphe du principe d’égalité devant la loi… clip_image006

Ce que gagnent les fonctionnaires les mieux payés de la République

(Les intouchables d’État)

· Directeur régional des finances publiques d’Ile-de-France: 21.290 euros nets par mois

· Secrétaire général du ministère des Finances: 15.710 euros nets par mois

· Vice-président du Conseil général de l’économie, de l’industrie, de l’énergie et des technologies (CGEIET), patron du corps des Mines: 14.200 euros nets par mois

· Chef de l’Inspection générale des finances (IGF): 12.955 euros nets par mois

Enfin, l’auteur s’est procuré des décisions de la direction du budget datant de 2016 et portant sur les rémunérations, et a également interrogé un certain nombre de responsables qui ont accepté de donner le montant de leur salaire. Voici un petit hit-parade non exhaustif des rémunérations mensuelles au sommet de l’État et des agences publiques :

· Gouverneur de la Banque de France: 37.580 euros bruts

· Vice-président du Conseil d’État: 16.170 euros nets

· Président de l’Autorité de la concurrence: 14.800 euros nets

· Premier président de la Cour des comptes: 14.750 euros nets

· Directeur de l’Agence Régionale de Santé d’Ile de France: 16.700 à 17.500 euros bruts

· Président de la Société du Grand Paris (SGP): 17.000 euros bruts

· Directeur général de Sciences-Po Paris: 16.670 euros bruts

· Président du Centre scientifique et technique du bâtiment: 16.330 euros bruts

· Directeur général de l’Association nationale pour la formation professionnelle des adultes (AFPA): 16.230 euros bruts

· Président de la Réunion des musées nationaux-Grand Palais: 16.000 euros bruts

· Directeur général de Business France: 16.000 euros bruts

· Président de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME): 15.830 euros bruts

· Président de l’Institut national de l’audiovisuel (INA): 15.400 euros bruts

· Directeur général de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU): 14.290 euros bruts

Mélenchon et les canons à merde

Mélenchon, le défenseur de la fonction publique et des Fonctionnaires en général  

CBV