« BIO » une véritable arnaque à l’encontre du consommateur crédule

« BIO » une véritable arnaque à l’encontre du consommateur crédule qui en plus n’y connait rien en culture et jardinage.

BIO se traduit par « vie naturelle » mais il est vrai que le seul mot « Bio » est magique, et nombreux sont les couillons et couillonnes à se faire avoir par excès de crédulité…

Attention aux montagnes de promesses du bio, prévient 60 Millions de consommateurs pointe du doigt certaines failles du label bio, qui n’empêche pas l’utilisation de certains pesticides.

(Il souligne également l’incohérence environnementale des fruits hors-saison)

A l’heure où les scandales alimentaires s’enchaînent, le logo fait figure de Graal. Pourtant il est loin d’être sans failles, souligne la rédactrice adjointe du magazine, Christelle Pangrazzi, Or, ajoute-t-elle, en optant pour le bio, le consommateur devrait avoir la garantie d’acheter responsable d’un point de vue aussi bien nutritionnel qu’écologique ou éthique. Selon les chiffres révélés mardi par l’Agence Bio, le bio représente désormais 5% des achats alimentaires des Français, avec près de 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires. L’Agence Bio note également le renforcement du poids de la grande distribution, qui commercialise désormais la moitié des produits bio, alors que jusqu’à l’an passé, les commerces spécialisés menaient la danse. La vente directe conserve 12% de parts de marché en 2018 (+12,8%). Etant donné le poids du secteur côté consommateur, l’heure n’est plus aux montagnes de promesses, si bio soient-elles, conclut Mme Pangrazzi.

Parmi les 130 produits testés par le magazine, quelques uns sont emblématiques: le lait, les céréales du petit déjeuner, la pâte à tartiner, les pommes, mais aussi le vin, la viande ou le poisson.

Exemple :

clip_image002 clip_image004

La fraise rouge des bois qui pousse en abondance en bordure de nos bois en France et en Europe et sa cousine Canadienne, ces deux végétaux (véritablement « Bio » poussent naturellement dans la nature et peuvent être cultivés dans nos jardins (ce n’est pas ce qui manque chez moi ou il y en a à profusion) ces fraisiers font le bonheur des oiseaux en ne me laissant que des miettes…

clip_image006

Que ce soit pour les tomates ou les autres légumes, tout ce qui est cultivé sous serres climatisées et qui vous produit des fruits et légumes en toutes saisons, n’a rien à voir avec le « Bio ». (Surtout avec les fraises estampillées « produit de France » qui sont vendues au mois de mars alors que naturellement il faut attendre le mois de mai) ces fraises là ne sont pas « Bio ». De toute façon, les fraises que nous trouvons en vente dans les magasins son des hybrides obtenus par croisement ou manipulation génétique fait de la main de l’homme (vous ne trouverez pas à l’Etat naturel dans la nature des fraises « Gariguette » ou autres)

CBV

Publicités

Exonération de CSG

Exonération de CSG, qui peut en être exonéré ?

Couple et personne seule

Le tableau ci-dessous résume les taux applicables aux personnes seules et aux couples.

Taux de CSG

Revenus pour une personne seule

Revenus pour un couple

0%

Moins de 11 129 €

Moins de 17 071 €

3,80 %

Entre 11 129 et 14 548 €

Entre 17 071 et 22 316 €

6,60 %

Entre 14 549 et 22 579 €

Entre 22 317 et 34 635 €

8,30 %

22 580 et plus

34 636 et plus

     

(Il s’agit du revenu fiscal de référence qui figure en bas de la page d’avis d’impôt ou « Avis de situation déclarative à l’impôt sur le revenu » Revenu imposable après abattements)

Les retraités dont le taux est ramené à 6,60 % bénéficient d’un remboursement de CSG en 2019.

Réalisé en collaboration avec des professionnels du droit et de la finance, sous la direction d’Eric Roig, diplômé d’HEC.

Réchauffement climatique, et si on arrêtait de manipuler la jeunesse

Halte à la manipulation sur le réchauffement climatique

Réchauffement climatique, et si on arrêtait de manipuler la jeunesse (très influençable) en jetant un œil sur l’histoire de notre planète.

Il y a bien longtemps, entre 13 000 et 8 000 ans avant J-C, il a fait très chaud (l’augmentation de la température d’environ 6°C aurait lourdement affecté les grands mammifères adaptés au froid (la supposée chute d’une météorite responsable de la fin des « dinosaures » n’a rien à voir dans la disparition de mammifères comme les mammouths

La plupart des espèces de mammouths se sont éteintes il y a 12 000 à 15 000 ans. Une dernière espèce de mammouth nain est attestée au nord de la Sibérie dans l’île Wrangel entre 5 700 et 1 700 av. J.-C.

Outre le changement dans la végétation et les écosystèmes, « l’augmentation de la température (6 ° C entre 13000 et 8000 av. J.-C.) » aurait lourdement affecté les mammifères adaptés au froid, causant finalement leur extinction. Dans le cas d’animaux comme le mammouth laineux, sa fourrure épaisse, qui permettait à son corps de conserver sa chaleur sous des climats glaciaux, pourrait l’avoir empêché d’éliminer l’excès de chaleur et aurait causé la mort de l’animal par hyperthermie. Les grands mammifères, qui ont un rapport surface-volume inférieur, auraient souffert plus que les petits mammifères.

Les mammouths ont sans doute disparu à la suite d’un réchauffement rapide (en environ mille ans), ce qui a contribué à faire disparaître la steppe à mammouth, faite d’herbe et d’arbustes, au profit des forêts de conifères au sud et des régions couvertes de neige au nord. Les molaires du mammouth sont parfaitement adaptées pour brouter de l’herbe. Voici treize mille ans, la température et l’humidité ont commencé à augmenter globalement, permettant la migration vers le nord des plantes comestibles. Dans un premier temps, les grands mammifères du Nord ont pu tirer parti de cet accroissement de nourriture disponible, mais le changement climatique a fini par les mettre en danger. Les nouvelles conditions météorologiques avantageaient les arbres qui ont prospéré au détriment des étages inférieurs dont se nourrissaient les mammouths et les autres grands mammifères. Certains animaux, comme le bison et le wapiti, se sont adaptés à la nouvelle situation, mais d’autres, comme les mammouths, ont été décimés et ont fini par s’éteindre.

La plupart des mammouths ont disparu à la fin de la dernière glaciation. On n’a pas encore trouvé d’explication définitive pour cette extinction. Une petite population a survécu sur l’île Saint-Paul, en Alaska, jusque vers 6000 av. J.-C. et les mammouths nains de l’île Wrangel n’ont pas disparu avant 2000 av. J.-C. environ. Il existe plusieurs théories pour expliquer la disparition de la mégafaune du Pléistocène en général et celle des mammouths en particulier, mais la plus vraisemblable est que cette extinction n’est pas due à une cause unique mais à une combinaison de plusieurs facteurs.

clip_image002

Mammuthus primigenius (Mammouth laineux)

clip_image004

Dima, petit mammouth conservé au musée zoologique de Saint-Pétersbourg.

Un stage obligatoire pour les apprentis médecins ?

Bientôt un stage obligatoire en zone sous dotée pendant les études de médecine ?

Les stages c’est bien, mais cela devrait se faire sous la surveillance ou en présence d’un médecin agréé.

clip_image002

Les étudiants en médecine vont-ils bientôt avoir l’obligation d’effectuer un stage dans les zones où l’offre de soins est insuffisante ? C’est la volonté des députés, qui en ont voté mardi 12 mars le principe, dans le cadre de l’examen du projet de loi santé.

Sur proposition des rapporteurs et du groupe LREM, les députés ont en outre voté le report d’un an, de 2019 à 2020, du début de la réforme de l’accès au troisième cycle des études de médecine, qui prévoit à terme de supprimer les épreuves classantes nationales en fin de 6e année. Ainsi, du fait de ce report, les futurs externes, qui débuteront leur 4e année à la rentrée 2020 (et non plus 2019), passeront de nouveaux examens.

Autre point d’actualité, il s’agit du sommeil :

clip_image004(A la fin du mois, nous dormirons une heure de moins)

Selon l’organisme Santé publique France, plus d’un tiers des Français dorment moins de 6 heures par nuit, ce qui peut augmenter les risques d’obésité, de diabète de type 2, d’hypertension, de pathologies cardiaques et d’accidents. « Plus d’un tiers des Français (35,9%) dorment moins de 6 heures. Or on sait par de très nombreuses études épidémiologiques que dormir moins de 6 heures est associé à un risque plus élevé d’obésité, de diabète de type 2, d’hypertension, de pathologies cardiaques et d’accidents », soulignent dans le BEH le spécialiste du sommeil Damien Léger et le directeur général de Santé publique France, François Bourdillon. « Dormir moins de 6 heures réduit aussi la vigilance dans la journée, augmente l’irritabilité et perturbe les relations familiales ainsi que la qualité de vie et de travail » ajoutent-ils en notant que ce « déclin n’est pas une fatalité ».

(Ce n’est pas en passant en heure dite d’été que les choses vont s’améliorer !)

Changement de climat ou les caprices de dame nature

clip_image002

Gulf Stream.  

Et si l’homme était accusé à tort d’être le principal responsable du réchauffement climatique… Bien entendu les gourous de l’écologie vont me traiter de tous les noms d’oiseaux, cependant le climat a son histoire qui est gravé jusque dans les profondeurs des glaces polaires et dans les sédiments au fond des océans et de nos grands lacs, ainsi que dans les grandes étendues marécageuses de Sibérie, aujourd’hui emprisonnées dans la glace.

L’été dernier a été très chaud et sec en France : on se souvient de la canicule en juillet, et de la sécheresse qui s’était prolongée jusqu’en octobre, il faut se souvenir qu’un épisode de forte chaleur a également eu lieu lors de l’été 1881 et avait duré une quinzaine de jours, voir la carte ici : Températures maximales du 20 juillet 1881 (clic sur le lien)

On constate qu’El Niño est un dérèglement climatique d’une périodicité de 6 à 10 ans. Le dernier grand épisode est celui de 2015 – 2016, responsable d’un pic de chaleur planétaire qui reste le point culminant du réchauffement climatique contemporain. Auparavant, celui de 1998 était le plus puissant.

A contrario, la décennie 2000 – 2010 était à dominante « La Niña » et explique en partie plusieurs années de « plateau » dans le réchauffement climatique et le retour des hivers froids dans l’hémisphère nord.

La Niña est un phénomène climatique ayant pour origine une anomalie thermique des eaux équatoriales de surface (premières dizaines de mètres) de l’océan Pacifique centre et est caractérisée par une température anormalement basse de ces eaux.

clip_image003

Les anomalies climatiques mondiales liées à La Niña sont moins prononcées que celles associées à El Niño et, dans certaines régions, ont tendance à être inverses. Cependant, les effets de La Niña ne sont pas toujours le contraire de ceux d’El Niño2. Les anomalies thermiques des eaux de surface ont des répercussions sur les phénomènes climatiques dans le bassin Pacifique avec la recrudescence de typhons dans l’océan Pacifique Ouest (Asie tropicale, Insulinde et Ouest de l’Océanie). En revanche, les eaux riches en nutriments dans l’océan Pacifique Est, sont propices à la pêche.

Ces modifications touchent aussi d’autres océans et donc d’autres régions du globe comme dans l’océan Atlantique où les ouragans sont plus nombreux, où des conditions climatiques plus sèches que la normale apparaissent dans l’Est de l’Amérique du Sud et dans l’Est de l’Afrique et où l’Afrique australe subit des conditions climatiques plus humides

clip_image005

El Niño est une conséquence régionale d’une perturbation dans la circulation atmosphérique générale entre les pôles et l’équateur. Son apparition déplace les zones de précipitations vers l’Est dans l’océan Pacifique et empêche la remontée d’eau froide le long de la côte de l’Amérique du Sud,

clip_image006

clip_image007

Sans ce courant d’eau chaude en surface, les températures hivernales seraient moins clémentes en Europe de l’Ouest et notamment en France et au Royaume-Uni.

La circulation thermohaline mondiale correspond au couplage de plusieurs cellules de convections océaniques et participe à la redistribution de la chaleur.

La circulation thermohaline est la circulation océanique engendrée par les différences de densité (masse volumique) de l’eau de mer. Ces différences de densité proviennent des écarts de température et de salinité des masses d’eau, d’où le terme de thermo — pour température — et halin — pour salinité.

Température, salinité et densité sont reliés par la fonction d’état1 de l’eau de mer. Les eaux refroidies et salées plongent au niveau des hautes latitudes dans l’Atlantique-Nord (Norvège, Groenland, et mer du Labrador) et descendent vers le sud, à des profondeurs comprises entre 1 et 3 km, formant l’eau profonde Nord-Atlantique. La remontée de ces eaux se fait principalement par mélange vertical dans tout l’océan.

La MOC correspond à la fonction de courant méridienne. Elle s’obtient en intégrant la composante méridienne de la vitesse de courant suivant la longitude et la profondeur. Lorsque l’intégration zonale de la vitesse se limite au bassin atlantique, on parle d’AMOC pour « Atlantic MOC ».

C’est dans l’océan Atlantique que la circulation méridienne de retournement est la plus intense et la plus étudiée. Elle est constituée de deux cellules convectives. Dans la cellule supérieure, les eaux chaudes de surface sont transportées vers le nord où elles se densifient sous l’effet des flux intenses de chaleur et d’eau douce avec l’atmosphère. Dans certaines régions particulières, elles peuvent devenir plus denses que les eaux sous-jacentes et plonger, alimentant ainsi l’eau profonde nord-atlantique. Cette eau profonde est transportée vers le sud où une partie remonte en surface dans l’océan Austral fermant ainsi la cellule. Le transport vers le sud de l’eau profonde nord-atlantique et leur remontée au niveau de la divergence antarctique forme également la branche supérieure de la seconde cellule convective. Cette cellule est alors fermée par la formation d’eau profonde et d’eau de fond au niveau de la mer de Weddell qui tapisse le fond de l’océan Atlantique.

Une énorme faute de français diffusée sur M6 amuse les internautes

Enquête exclusive : une énorme faute de français diffusée sur M6 amuse les internautes

Source : https://www.msn.com/fr-fr/divertissement/entertainmenttv/enquête-exclusive-une-énorme-faute-de-français-diffusée-sur-m6-amuse-les-internautes-video/ar-BBUlHlw?li=BBoJIji&ocid=HPCDHP

La grammaire et l’orthographe, vastes problèmes. Dimanche soir, M6 diffusait un numéro inédit d’Enquête exclusive autour de la sécurité privée.

Les internautes ont été surpris par l’une des questions posées : au lieu d’écrire « Puis-je procéder à la palpation on pouvait lire « Peux-je procéder à la palpation ? ». Une grosse faute qui n’est pas passée inaperçue sur Twitter

Commentaire et réponse : Ce n’est pas dans mes habitudes de critiquer les écrits des uns et des autres, cependant c’est tellement Cocasse, que je ne peux m’empêcher d’y mettre mon grain de sel… surtout que certains internautes feraient bien de se relire avant de publier leurs commentaires et de critiquer les autres.

Exemple :

clip_image001

Il y « avais » au lieu de « il y avait »

clip_image002

Tiens donc que vient faire le mot « dead » ici ? Depuis quand ce mot fait partie de la langue de Molière ? (Dead en Français signifiant « Mort ») pourquoi ne pas écrire « morte de rire » ce qui est bien Français ?

clip_image003

Ici il s’agit d’une faute de frape… Il est vrai que la lettre « r (R) » côtoie la lettre e (E) donc c’est pardonnable, cependant une relecture aurait pu corriger cette erreur.

Le plus triste dans tout ça, c’est de constater les quolibets de certains journalistes qui feraient bien de se relire avant de poster un article et cela que ce soit la presse écrite ou à la Télé ou il n’est pas rare de voir des fautes dans les bandeaux sous images… Comme quoi, « nul n’est parfait »

CBV

Couple tué par un gendarme ivre au volant…

Geneviève et Florencio sont morts mardi dernier en Isère dans un accident de la route provoqué par un gendarme ivre. Jugeant l’enquête bâclée, leurs enfants réclament une condamnation pour les gendarmes qui n’ont pas empêché leur collègue de prendre la route.

clip_image002

«Tout a été bâclé», dénonce la famille

On ne connaît même pas la vitesse du chauffard. On n’a pas non plus vérifié s’il avait eu un comportement dangereux par le passé, comme l’a affirmé son ex-femme. Tout a été bâclé », rétorque Olivier Duron.

De son côté, la procureure de Bourgoin-Jallieu, Dietlind Baudoin, assume sa décision de ne pas poursuivre d’autres gendarmes : « Il n’y a, à mon sens, pas d’infraction pénale les concernant. Leur responsabilité ne peut être que morale. Le dossier pouvait parfaitement être jugé en l’état. »

Commentaire : Faut-il rappeler que les agents des forces de l’ordre (qu’ils soient gendarmes, Policiers ou CRS, ce ne sont pas tous des anges, ils sont comme tous les humains avec leurs défauts ?

Ce genre de fait n’est pas nouveau… J’ai connu dans les années 60/70 un collègue de travail accidenté par un gendarme en service et ivre, dans la même période, nous étions un petit groupe habitué à nous retrouver au bistro du coin pour taper une bellotte et il arrivait souvent que des gendarmes en service se joignent à nous et ne rechignent pas à boire leur petite bière ou un Ricard, j’ai même vu un commissaire de police se joindre à nous, comme quoi (soyez sobres mais ne faites pas comme nous !)

C’est un secret de polichinelle, mais à chaque fois que ces messieurs-dames fêtent un évènement quelconque (anniversaire ou autre) pensez-vous qu’ils boivent de l’eau claire ? et au cours d’un repas, après l’apéro, s’en tiennent-ils à un verre de vin ? (Seulement eux, ils ne soufflent pas dans le ballon) par contre ils vous oblige à le faire lorsque ils vous contrôle .

CBV