Taxes, contributions, redevances

Taxes, contributions, redevances et prélèvements en tous genres…

clip_image002

Le matraquage fiscal. (Et pendant ce temps là… les maires se plaignent de la réduction des donations de l’Etat… de qui se moque-t-on ?)

Bruno Le Maire l’a annoncé début janvier : « Il n’y aura pas de nouvel impôt pendant le quinquennat. » sauf que : « Les grandes promesses de baisse d’impôts (ou de taxes) n’engagent que les contribuables qui les écoutent et qui y croient encore ».

Sauf que la fiscalité augmente par des procédés détournés, et selon Jean-Baptiste Colbert, «L’art de l’imposition consiste à plumer l’oie pour obtenir le plus possible de plumes avec le moins possible de cris».

Taxes, surtaxes, contributions, et contributions «exceptionnelles», redevances en tous genres… il s’agit bien d’impôts déguisés, que nos édiles le veuillent ou pas. Notre ministre de l’économie « Bruno Lemaire » en use abondamment, et il aurait bien tort de s’en priver puisque les gouvernements précédents en on abusé eux aussi, exemple : « l’augmentation du prix du carburant à la pompe pour éponger la dette due à l’abandon de l’écotaxe pour les camions » en définitive ce sont les automobilistes et tous ceux qui se chauffent avec de l’énergie faucille qui ont mis la main au porte monnaie.

Depuis que Macron est Président de la République, ce sont donc en définitive, sept taxes et contributions qui ont déjà été créées par ce gouvernement. Bruno Lemaire, notre ministre de l’économie a déclaré qu’il n’y aurait «pas de hausse d’impôt» pendant le quinquennat (cherchez l’erreur ?)

Enfin, le gouvernement actuel a maintenu la décentralisation fiscale mise en œuvre par le précédent gouvernement, laquelle consiste pour l’État à transférer certaines compétences aux collectivités territoriales, sans ressources supplémentaires, mais en leur offrant la possibilité de créer un nouvel impôt local. L’État a ainsi transféré aux EPCI à fiscalité propre la compétence sur la Gestion des Milieux Aquatiques et la Prévention des Inondations (GEMAPI) et la faculté d’instaurer une nouvelle taxe GEMAPI, rebaptisée depuis lors «taxe inondation». Nouvelle taxe qui est loin d’être anodine puisque son montant pourra s’élever en 2018 jusqu’à 40 € par habitant, soit jusqu’à 200 € pour un couple avec trois enfants ; ce qui devrait largement venir compenser la baisse d’un tiers du montant de la taxe d’habitation en 2018.

Moralité : Pierre Mauroy l’ancien premier ministre de Mitterrand avait raison sur ce point, en disant (Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent ou en font cas…) depuis la leçon a été retenue par tous les gouvernements successifs, qu’ils soient de gauche ou de droite.

CBV

Publicités

Sur les affaires Hulot et Darmanin

Sur les affaires Hulot et Darmanin (harcèlement à caractère sexuel)

Selon Rachida Dati, «Il ne s’agit pas de rumeurs»

L’ancienne garde des Sceaux estime que les affaires qui pèsent sur les deux membres du gouvernement révèlent avant tout le «comportement des puissants vis-à-vis des femmes». L’ex-garde des Sceaux de Nicolas Sarkozy est allée plus loin. D’après elle, «pendant très longtemps, ce sentiment de toute-puissance de ces hommes a conduit à ce que ces hommes ont considéré qu’ils ne seraient jamais rattrapés par la patrouille». Rachida Dati se dit également gênée par «ces soutiens inconditionnels de commentateurs ou du gouvernement, parfois même des soutiens indécents (…) qui vont à l’encontre du sentiment de l’opinion publique». «L’opinion publique ne supporte plus ce sentiment de protection des puissants entre eux», ajoute-t-elle.

clip_image002

® CBV

Commentaire : « Agnès Buzyn la ministre de la Santé qui soutient Nicolas Hulot, ferait mieux de s’occuper sérieusement de son ministère et notamment des vieux » D’autant que sur l’affaire de 2008, Nicolas Hulot reconnait les faits en disant que l’affaire a été classée sans suite (affaire prescrite) et que la plaignante était majeure… Donc il ne peut s’agir de rumeurs, mais plutôt de l’aveu d’un fait ayant existé de la part de Hulot.

CBV.

Paris paralysé avec 12 Cm de neige !

La neige a pris de court les Français ces derniers jours. Pour les Québécois, c’est la routine, et ils ne se sont pas gênés pour se moquer.

clip_image001

Globalement, les Québécois se marrent bien en nous regardant, on peut le dire.

Douze centimètres. C’est le cumul de neige tombée à Paris ces deux derniers jours. « Ça panique pour un 12 centimètres de neige et un petit – 8 °C dehors, alors que c’est presque la routine pour nous, et encore, une piqûre de moustique avec ce qu’on a comme hiver actuellement ! »

La neige à Paris et en Ile-de-France, c’est à chaque fois toute une histoire, des tonnes de sel déversées et de tweets partagés. #CestCoolLaNeigeMais (au choix) : ça bousille les baskets ; ça te donne l’air de marcher comme si ta mère venait de laver par terre ; les amateurs de Ugg se sentent légitimes ; les SDF dorment toujours dehors ; les livreurs ne livrent plus ; on ne voit plus les crottes de chien sur les trottoirs ; ce serait mieux avec une tartiflette et du vin chaud ; et, surtout, les Québécois nous raillent. Pour mieux comprendre l’hiver et la neige, les Français sont invités au Québec, s’ils le souhaitent, pour une session pédagogique.

Une internaute parisienne, Morgane A., partie vivre à Montréal, n’a pu résister à la tentation de filmer un de ses collègues devant BFM, et de nous envoyer la vidéo :

« Non, c’est une blague ? Elle est où la neige ? Y a pas de neige ! J’ai plus de neige sur ma voiture que ce qu’y a là !»

Déjà, en 2013, France 2 faisait l’objet d’un détournement canadien dans l’émission satirique Infoman, dans un froid glacial, où il rassurait les internautes en relativisant : « Ça pourrait être pire, on pourrait être en France. » Pour leurs amis les Français, les internautes Québécois ont aussi mis à disposition une vidéo qui « explique les réalités de l’hiver »,sous la forme d’un tutoriel humoristique qui donne les clés pour sortir son char (sa voiture) quand il a neigé.

clip_image003

Voir l’info (Paris ensevelie sous la neige de Radio Canada) c’est ici : http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1082739/paris-tempete-neige

clip_image005

CBV ☺

Le PS est mort.

Manuel Valls : « Le PS est mort »

(Cela ressemble à un “remake” ou un nouvel épisode de la scission de 1920 (Rebelote)

L’ex-Premier ministre, qui a quitté le PS en juin dernier, estime que « le cycle de la social-démocratie, de ce qu’est le Parti socialiste, est terminé ».

Désormais, la vie de son ancien parti ne l’intéresse plus. Interrogé sur l’élection à la tête du PS, qui voit s’affronter Olivier Faure, Luc Carvounas, Stéphane Le Foll et Emmanuel Maurel, il a précisé qu’il « ne rentrait pas dans le débat ». « Au-delà du casting et de l’affection que j’ai pour les militants, les sympathisants du Parti socialiste, je pense que le cycle de la social-démocratie, de ce qu’est le Parti socialiste, ce cycle, en Europe comme en France, est terminé », a-t-il ajouté. Et d’insister : « Je pense que le PS a terminé son rôle historique et qu’il faut reconstruire quelque chose de totalement différent. Le Parti socialiste est mort, il faut construire autre chose, qui est le social-réformisme. »

clip_image002
« Ces résultats marquent la fin d’une époque et appellent un profond renouvellement », avait de son côté déclaré Jean-Christophe Cambadélis, qui était encore Premier secrétaire du parti, après le lourd échec de Benoît Hamon au premier tour de l’élection présidentielle. L’ancien ministre de l’Éducation nationale avait recueilli 6,36% des voix, soit le plus faible score depuis la naissance du parti au Congrès d’Épinay en 1971.

Rumeurs de harcèlement sexuel à l’encontre de Hulot

Rumeurs de harcèlement sexuel visant Nicolas Hulot

C’est à la mode en ce moment…

Cependant les hommes ne sont pas les seuls dans ce domaine, car bien des femmes en position dominante se livrent à la pratique de la « drague lourde » et curieusement, la plupart des hommes ne s’en plaignent pas, chacun y trouvant son compte…

Mais c’est vrai que lorsqu’une femme dit « non » elle n’a pas dit « oui » donc il convient d’aller voir ailleurs. Ce qui n’est pas admis et est un manque de respect, ce sont les gestes déplacés du genre mains aux fesses ou comme l’on dit vulgairement,  « la main au panier » Messieurs, sachez que si vous prenez une baffe ou un coup de genoux entre les jambes vous écrasant les bijoux de famille, vous n’avez que ce dont vous méritez.

clip_image002

Des rumeurs. Le ministre de la Transition écologique a vivement réagi jeudi sur BFMTV au sujet de rumeurs « ignominieuses » de harcèlement sexuel qui le viseraient. Le ministre cite deux « affaires qui n’en sont pas » ?

La seconde affaire, « qui est vraie », concerne « la petite-fille d’un homme politique célèbre ». Selon Nicolas Hulot, cette dernière a déposé plainte contre lui en 2008, concernant des faits datant de 1997 (il précise qu’elle était alors majeure). Cette plainte a été « classée sans suite », l‘affaire était « prescrite » affirme-t-il. (ce qui ressemble à un aveu de la faute commise)

clip_image004

Non il n’y a pas de lois qui interdisent la drague, sauf si cette drague est accompagnée de menaces, (notamment de licenciement ou de privation de privilèges, ou avantages) certaines personnes (hommes ou femmes) profitant de leur position dominante pour se faire…

CBV

Laurent Wauquiez à la reconquête de la droite

Laurent Wauquiez à la reconquête de la droite sociale, patriote et républicaine.

clip_image002

Je n’oublie rien de ce passé qui a fait notre force. Mais je sais aussi que maintenant il nous appartient d’écrire une nouvelle histoire pour la droite. Je pense que la droite doit retrouver sa colonne vertébrale et c’est pour cela que je suis à vos côtés. Je veux vous rendre votre dignité. Nous sommes de droite et nous sommes fiers d’être de droite.

Cette volonté d’imprimer son leadership s’est manifestée dans la manière qu’il a eue de composer les structures dirigeantes de LR. Laurent Wauquiez est volontiers d’un bloc. Quand il s’oppose à Emmanuel Macron, le président du parti Les Républicains (LR) le fait sans ménagement. Quand il développe ses idées, quand il prend en main une formation politique, il ne s’embarrasse pas de compromis tortueux pour rassembler à tout prix. « Je me suis fixé des lignes rouges : (je ne cherche pas à retenir ceux qui veulent quitter notre famille politique)»

CBV

Nicolas Dupont-Aignan, passe du Gaullisme qu’il revendiquait à l’extrême-droite.

Nicolas Dupont-Aignan, passe du Gaullisme qu’il revendiquait à l’extrême-droite.

En politique tous les coups sont permis, ou presque…

Le plan de Nicolas Dupont-Aignan pour « tuer » Les Républicains

« Le choix que j’ai fait au second tour de la présidentielle, où l’on m’a agoni, il est archi payant (…) On n’a jamais eu autant de monde. On va atteindre les 20 000 ! », se réjouit dans Le Parisien le président de Debout la France, parti qui réunit son conseil national à Lyon ce samedi 3 février. Selon le quotidien, c’est « un big-bang » que compte bien réaliser Nicolas Dupont-Aignan l’an prochain aux Européennes. Il a sa petite solution pour se débarrasser des Républicains. « Vous devriez mettre Edouard Philippe tête de liste, et après, vous mettez Xavier Bertrand ou Valérie Pécresse à Matignon. Là, vous tuez les Républicains ! », s’amuse-t-il dans Le Parisien. Sa route, c’est avec Marine Le Pen qu’il veut la tracer, même s’il lui conseille pour l’instant de prendre des vacances. (On a intérêt à s’entendre. Nos sorts sont liés), indique-t-il dans le journal, bien qu’il précise ne pas être vice-président du Front ?

clip_image002

(Dupont-Aignan), Nicolas Dupont, de son vrai nom… Il est successivement membre du Rassemblement pour la République (RPR), du Rassemblement pour la France (RPF) et de l’Union pour un mouvement populaire (UMP), avant de fonder (en 1999) et présider Debout la France (DLF), anciennement Debout la République, parti se réclamant du gaullisme et du souverainisme.

Dès 13 ans, Nicolas Dupont-Aignan est un fervent partisan du candidat du gaullisme social Jacques Chaban-Delmas, collant des affiches pour le candidat lors de la présidentielle de 1974. Il est ensuite membre du Rassemblement pour la République (RPR).

Question : Comment quelqu’un qui se revendique du Gaullisme, peut-il trahir son camp pour rejoindre le camp de l’extrême droite dont certains membres sont issues du Pétainisme collaborateur et également issues des rangs de l’OAS, « cette organisation qui a tentée de tuer le Général De Gaulles lors d’un attentat manqué ?

En réalité, Mr Dupont est un opportuniste, prêt à trahir pour son idéal politique et par vanité, allant d’une table à l’autre histoire de voir si la soupe est meilleure ailleurs.

Candidat aux élections présidentielles de 2012 et de 2017, il recueille respectivement 1,79 % et 4,70 % des suffrages exprimés. Dans l’entre-deux-tours de l’élection de 2017, il conclut une alliance de gouvernement avec Marine Le Pen, qui devient caduque après l’élection d’Emmanuel Macron.

Il faudrait vraiment que Marine Le Pen en soit amoureuse pour s’allier avec ce personnage, à moins qu’elle n’ait la mémoire courte… Mais sait-on jamais, en politique toutes les roublardises sont permises.

CBV