« Anticor » saisit la Haute autorité pour la transparence sur Patrimoine de Macron

clip_image002

« Anticor » saisit la Haute autorité pour la transparence sur Patrimoine de Macron

L’association Anticor a annoncé lundi avoir saisi la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) pour lui demander « de vérifier le caractère exhaustif, exact et sincère » de la déclaration de patrimoine du candidat à la présidentielle Emmanuel Macron.

Dans sa déclaration d’intérêts signée le 24 octobre 2014, Emmanuel Macron indique avoir perçu, comme banquier à la banque Rothschild puis comme secrétaire général adjoint à la présidence de la République, « 3,3 millions d’euros de revenus avant impôts », de 2009 jusqu’à son entrée au gouvernement comme ministre de l’Economie en août 2014, selon un communiqué d’Anticor.

Il a touché notamment, pour ses activités dans la banque d’affaires, « 2,8 millions d’euros » entre 2009 et sa nomination en mai 2012 au secrétariat général de la présidence sous François Hollande.

L’association anticorruption souligne un « manque de cohérence entre les revenus et le patrimoine déclarés », qui a été relevé par certains médias, notamment par « les Décodeurs du Monde, le 17 février 2017, et par Mediapart, le 5 mars 2017 ».

Dans sa déclaration de patrimoine, signée le même jour, le candidat d’En marche! avait fait état d’un patrimoine de « 1,2 million d’euros et d’un endettement de 1 million d’euros », « soit un patrimoine net de seulement 200.000 euros », de quoi susciter des « interrogations » selon Anticor.

Les parlementaires et membres du gouvernement ont l’obligation de déclarer leur situation patrimoniale à la HATVP au début et à la fin de leurs fonctions ou de leur mandat. La déclaration d’intérêts est publiée uniquement au début de la prise de fonctions ou de mandat.

« La déclaration de patrimoine d’Emmanuel Macron a été contrôlée à deux reprises en 2014, puis en 2016 (à son départ du gouvernement, ndlr), avant publication par la HATVP qui n’a pas eu à faire d’observations », a indiqué à l’AFP une source proche du dossier.

Dans un entretien à La Croix, Emmanuel Macron s’est expliqué sur cette différence entre le patrimoine déclaré et ses revenus perçus.

« Comme banquier d’affaires, j’avais le statut d’indépendant. J’ai donc payé, sur le montant brut de ma rémunération, des cotisations sociales patronales, salariales, puis l’impôt sur le revenu. Ces cotisations ont augmenté et frappé mon dernier revenu de référence, au point que je ne gagnais plus assez pour payer mes impôts! », a-t-il notamment fait valoir.

Depuis sa création, la HATVP, qui a pris la suite d’une précédente commission, a transmis une quinzaine de dossiers de parlementaires à la justice lorsqu’elle constatait des déclarations incomplètes ou mensongères.

Le parti socialiste en perdition, est aux abois…

clip_image002

Pour tenter d’enrayer l’hémorragie il fait feu de tous bois avec la complicité à peine voilée de certains médias. Les dossiers sortent dans la presse les uns après les autres et la justice s’en empare à une vitesse hypersonique alors que d’autres affaires bien plus graves trainent pendant une éternité.

Tous ceux qui font de l’ombre au PS ont droit à un traitement de faveur spécial.
Pour François Fillon, et bien que cela soit légal, c’est l’emploi de sa femme et de ses enfants.
Pour Emmanuel Macron, c’est sa déclaration sous-évaluée à l’ISF qui ressort ?
Pour Marine Le Pen, c’est le Parlement européen qui réclame 340 000 euros pour de présumés emplois fictifs.
Pour Benoît Hamon, c’est sa politique électoraliste à Trappes qui défraie les médias.

Il y a tout intérêt à regarder ou nous posons les pieds pour ne pas risquer de marcher sur une peau de banane.

Et ce n’est pas tout, ceux qui affichent clairement leur appartenance politique de droite sur Facebook ou ailleurs, sont censurés sur action du gouvernement qui se passe bien volontier de la case justice (en clair il ne fait pas bon d’être opposé au gouvernement en place…) Disons-le tout net, personne n’est épargné. C’est un signe qui ne trompe pas, les cadavres dans les placards ressortent comme par hasard ! Les médias martèlent les sujets qui sonnent bien à leurs oreilles – revenu universel, “transition énergétique”, etc. … et ignorent ceux qui intéressent le plus les Français.

Curieusement cette justice si prompte à réagir actuellement à la simple lecture du Canard Enchainé, est restée muette en ce qui concerne le trésorier de campagne de François Holland, et pour tant il y a matière à enquêter, ne serait-ce que sur la forme (Jean-Jacques Augier, par le biais d’une société écran « Eurane SA » il possède deux sociétés offshore. (Pour quelle raison la justice financière ne s’est elle pas intéressée de prés à cette affaire ? La justice ne fonctionnerait-elle que contre les opposants ?

Biographie du trésorier de campagne de François Hollande :
Jean-Jacques Augier est un inspecteur des finances, militant politique et homme d’affaires français

2000-2002 : Secrétaire national du Parti radical de gauche (PRG).

2001-2005 : Conseiller municipal de Paris, Ve arrondissement.

2012 : Trésorier de campagne de François Hollande.

Il possède la holding financière Eurane SA dont il est en 2002 président-directeur-général, et à ce titre actionnaire de deux sociétés offshore dans les îles Caïmans. Le 4 avril 2013, Le Monde rapporte que son nom apparaît dans la liste Offshore Leaks publiée par l’ICIJ après les aveux de Jérôme Cahuzac (l’ancien ministre ayant reconnu avoir possédé un compte bancaire à l’étranger le 2 avril 2013, soit deux jours plus tôt), ce qui incite le président de la République à réagir publiquement en indiquant qu’il « ne connait rien des investissements de Jean-Jacques Augier ».

Jean-Jacques Augier confirme ses participations dans des sociétés basées aux Iles Caïmans, mais déclare que celles-ci sont légales ?

CBV

Un ami Facebook n’est pas obligatoirement un ami

Un ami Facebook n’est pas obligatoirement un ami

clip_image001

Un « ami Facebook » est-il réellement un ami ? Non c’est un leurre, un attrape couillons… Cependant ne rêvez pas, ils (les réseaux sociaux) vivent à vos dépends et ne partagent pas le gâteau avec vous. (Pire si vous êtes jugé peu rentable, vous pouvez êtres virés « Twitter »)

Sur Facebook et sur tous les réseaux sociaux, il est commun d’avoir plusieurs centaines d’amis, ou peuvent se mélanger les membres d’une même famille, les relations de travail, et également, mais le plus souvent, des inconnus. Le fait que des personnes qui acceptent d’entrer en contact virtuellement sur ces réseaux, ne renvoie pas à des relations d’amitié au sens traditionnel et pur du terme.

Selon la Cour de Cassation, en date du 5 janvier 2017, « Un ami Facebook » n’est pas automatiquement un « ami » au sens le plus noble du terme…

Il convient de ne pas confondre « amitié » et simple relation de « copinage » ou relations sans lendemain.

Nous ne sommes pas obligés de décliner notre véritable identité à des gens que nous ne connaissons absolument pas. Les obligations faites de décliner notre identité véritable et notre numéro de téléphone sur ces réseaux, c’est illégal et abusif. Derrière cette obligation se cache en réalité le fait que ces réseaux se sont transformés en entreprises spécialisées dans la diffusion de la publicité, (sans partager le gâteau) et également dans le renseignement au service de tel ou tel Etat.

Un conseil, dites en le moins possible sur vous, sur vos goûts personnels et ou politiques. Souvenez-vous, « pour vivre heureux, vivons cachés » Ne soyons pas trop bavards.

Protégeons-nous de ces sangsues qui n’ont qu’un but, tirer le plus de renseignements possibles sur nous.

Que ce soit, Twitter, Yahoo, Bing, Pinterest, Viadeo, Flickr, etc. … Ils n’ont qu’un but rassembler le plus de monde possible, car plus nous sommes nombreux, plus ils sont intéressés, plus c’est juteux financièrement pour eux.

Papy CBV

Condamné à quatre ans de prison pour avoir transmis le sida à sa compagne.

Un Sud-Africain a été condamné, lundi 9 janvier, à quatre années de prison ferme, par le tribunal correctionnel de Mulhouse, pour avoir transmis à sa compagne le virus de l’immunité déficiente (VIH) Il n’a rien expliqué lors de l’audience, ni n’a jamais cherché à prendre contact avec elle, selon l’avocate de la jeune femme originaire d’Alsace avait rencontré cet homme en Allemagne, et était déjà mère d’un enfant lorsqu’elle s’est rendue compte quelle avait été contaminée.

A nouveau enceinte, en 2007, et peu après son accouchement, et alors que le père de l’enfant s’était volatilisé depuis plusieurs mois, la jeune Alsacienne a porté plainte et son ex compagnon a été condamné par contumace à quatre ans de prison en 2014. Finalement arrêté en décembre 2015 en Estonie, ou il vivait avec son épouse, l’homme a été transféré en France en septembre 2016

Egalement en décembre 2016 un homme d’origine Portugaise a été condamné en son absence à douze ans de réclusion criminelle par la cour d’assises du Gard, pour avoir transmis le virus du sida à sa compagne

Dans le domaine de transmission du VIH responsable du ou des Sidas et selon le comité de surveillance des droits de l’homme des Nations-Unies, Transmettre le Sida n’est pas un acte criminel sous le prétexte que les gens font ce qu’ils veulent dans le privé ! A noter que Nicolas Sarkozy tient ce même langage… Chacun fait ce qu’il veut dans le privé !

Moralité avec de tels langages, ce n’est pas demain que l’on éradiquera le Sida et toutes les autres maladies ou infections transmises sexuellement.

clip_image001 Les infections opportunistes comme la pneumocystose et les tumeurs malignes comme le sacroma de Kaposi peut signaler la fin de l’étape de l’infection par le VIH du SIDA

CBV

Le directeur de Charlie Hebdo relaxé

Le collectif contre l’handiphobie a perdu mardi 10 janvier son procès intenté contre l’hebdomadaire Charlie Hebdo pour sa Une sur Nadine Morano. Poursuivi pour injure et provocation à la haine et à la discrimination, le directeur du journal a été relaxé par la Chambre du Tribunal Correctionnel de Paris

clip_image002

En fait, et selon que l’on soit de gauche ou de droite, la sentence diffère.

Dans l’affaire du « casse toi pov’con » adressé à Nicolas Sarkozy, la Cour de justice des droits de l’homme « CEDH » avait jugée disproportionné une sentence Pénale à l’encontre du syndicaliste condamné par la justice Française.

Pour la même injure proférée à l’encontre de Macron, un jeune de 16 ans a été condamné pénalement.

Moralité, il est permis de caricaturer voire d’injurier les personnalités de droite, mais il est interdit d’en faire de-même à l’encontre de personnalités de gauche.

Jacqueline Sauvage graciée par le Président de la République

clip_image001 François Hollande accorde une grâce totale à Jacqueline Sauvage, condamnée pour le meurtre de son mari violent

François Hollande a annoncé, mercredi 28 décembre, avoir accordé une grâce totale à Jacqueline Sauvage, condamnée à 10 ans de prison pour le meurtre de son mari violent. Cette dernière est « immédiatement » libérable.

« Le président de la République a estimé que la place de Mme Sauvage n’était plus aujourd’hui en prison, mais auprès de sa famille », a ajouté le palais présidentiel. Le 9 décembre, l’Elysée avait indiqué avoir transmis cette demande de grâce au ministère de la Justice, qui devait d’abord rendre un avis, avant que le président ne se prononce.

Forte mobilisation en faveur de cette grâce

Le 10 décembre dernier, plusieurs centaines de personnes s’étaient réunies place du Trocadéro à Paris pour réclamer la grâce totale de Jacqueline Sauvage, en présence de plusieurs personnalités comme Eva Darlan, la présidente du comité de soutien, et les actrices Anny Duperey et Danièle Evenou. Devenue un symbole des victimes de violences conjugales, Jacqueline Sauvage avait obtenu le 31 janvier 2016, après une forte mobilisation, une grâce partielle du président François Hollande, lui permettant de présenter immédiatement une demande de libération conditionnelle. Cette demande a été rejetée en première instance, puis en appel la semaine dernière.

Une femme condamnée à quatre reprises

Dénonçant un « bras de fer entre magistrats du siège et l’exécutif », Nathalie Tomasini, l’une des avocates de Jacqueline Sauvage, avait appelé le 10 décembre à « rendre justice en graciant cette femme qui a été condamnée à quatre reprises alors qu’elle a été victime à de multiples reprises ».

En octobre 2014, comme en appel en décembre 2015, Jacqueline Sauvage avait été condamnée à dix ans de réclusion criminelle. Ses trois filles avaient témoigné à charge contre leur père, expliquant avoir été violées et battues comme l’était leur mère.

Philippe Doucet, porte-parole de Manuel Valls dans le viseur de la justice

clip_image002

Trois semaines après l’annonce de sa candidature à la primaire de la gauche Manuel Valls voit déjà son équipe de campagne fragilisée. L’un de ses porte-parole, le député du Val-d’Oise Philippe Doucet, est dans le viseur de la justice pour des soupçons d’irrégularités dans la gestion de la mairie d’Argenteuil, révèle, mardi 27 décembre, Le Parisien.
En mars 2016 déjà, le pôle financier du tribunal de grande instance de Paris ouvrait une information judiciaire suite aux plaintes déposées par le successeur de Philippe Doucet à la mairie d’Argenteuil, Georges Mothron.

Elles portaient sur des faits de « favoritisme, complicité et recel, trafic d’influence, détournement de fonds publics et abus de confiance aggravé » et sur une période allant de 2008 à 2014. La mairie s’est portée partie civile dans cette affaire.

Le juge Serge Tournaire, enquête notamment sur un appel d’offres pour la publication du journal municipal, confiée entre 2008 et 2009 à l’entreprise Les Argonautes, fondée par Alain Assouline, alors élu socialiste. La prestation, d’un montant de 256.000 euros, aurait été attribuée hors marché et sans mise en concurrence préalable.
EMPLOIS FICTIFS ?
Selon les informations du Parisien, de nouveaux éléments sont venus alourdir le dossier, à tel point que le juge Tournaire a demandé un élargissement du champ d’investigation de l’enquête. Les nouvelles pièces portent d’abord sur des soupçons d’emplois fictifs entre 2012 et 2014 : trois personnes officiellement payées comme chargées de mission à la mairie d’Argenteuil auraient, en réalité, été employées en tant qu’assistantes parlementaires de Philippe Doucet, assure le quotidien local. Les salaires versés s’élèveraient à plus de 95.000 euros. L’une de ces personnes est entrée au cabinet de Manuel Valls lorsqu’il était à Matignon et travaillerait toujours auprès de l’actuel chef du gouvernement, Bernard Cazeneuve.
Par ailleurs, le juge enquête également, désormais, sur les conditions suspectes de passation d’un marché d’assainissement de la communauté d’agglomération d’Argenteuil-Bezons, dont Philippe Doucet a été président de 2008 à 2015.
A l’heure actuelle, l’enquête se poursuit, et Philippe Doucet n’a pas encore été entendu par le juge Tournaire. Une éventuelle mise en examen nécessiterait, au préalable, une levée de son immunité parlementaire. « Je n’ai jamais été inquiété, ni même entendu par le juge, a répondu le député, interrogé par Le Parisien. Quant aux soi-disant emplois fictifs, un récent rapport de la Chambre régionale des comptes note qu’il n’y a rien de répréhensible dans ma politique de l’emploi ».
L’équipe de campagne de Manuel Valls n’a pas souhaité s’exprimer sur cette affaire