La députée LFI Caroline Fiat poursuivie aux prud’hommes

clip_image002

La députée LFI Caroline Fiat poursuivie aux prud’hommes par son ex-attaché parlementaire

Auparavant aide-soignante, Caroline Fiat, 40 ans, a été élue en juin dernier députée La France insoumise (LFI) de la 6e circonscription de Meurthe-et-Moselle. « Je ne m’attendais pas à être députée. Et donc pas à être employeur », a confié ce week-end cette dernière au Républicain Lorrain alors qu’un de ses ex-collaborateur l’attaque aux prud’hommes pour licenciement sans cause sérieuse. Il lui demande près de 35 000 euros pour rupture illégale du contrat de travail, écrit L’Express.
Le jeune homme a été embauché juste après les élections législatives pour gérer une partie de la communication de l’élue LFI. À l’époque, il reçoit alors un contrat de travail type de l’Assemblée nationale « où il n’y a que des cases blanches. Rien n’était renseigné », explique son avocat Me Thomas Hellenbrand dans les colonnes du quotidien régional. « Il n’y avait aucune information sur la rémunération, le temps de travail, le statut du salarié, le lieu de travail… Rien. Cela démontre une certaine impréparation », déplore-t-il. Son client a tout de même envoyé les documents et signé un blanc-seing. Et n’a jamais reçu de contrat en retour. Auprès de l’Express, l’avocat reconnaît « l’imprudence » du jeune homme, mais la justifie par la « confiance » qu’il avait en Caroline Fiat.

« J’ai envoyé ces documents vierges en demandant à mon équipe de donner leurs informations personnelles, numéro de Sécu, etc., afin de gagner du temps », explique cette dernière au Républicain Lorrain, quelques heures avant, ironie du sort oblige, avant le rassemblement à Paris contre la réforme du Code du travail. « On s’est quand même assis autour d’une table pour discuter du contrat. »
« UN BON EXEMPLE DE CE QU’IL NE FAUT PAS FAIRE »
Le salarié reçoit bien un certificat d’adhésion à la complémentaire santé des attachés parlementaires et est payé fin juillet, mais sans recevoir de bulletin de salaire, assure son avocat. En août, il apprend qu’il va être remplacé. « Il ne bossait pas. Je n’étais pas du tout à l’aise avec ça, mais il fallait faire quelque chose », assure Caroline Fiat. « Les gens qui me connaissent savent que je n’ai pas fait ça de gaieté de cœur », insiste-t-elle.
De son côté, elle explique avoir mis fin au contrat de son salarié pendant sa période d’essai. Le plaignant et son avocat considèrent quant à eux que le contrat de travail n’étant pas valable, il doit être requalifié en CDI à temps plein sans période d’essai. « Ce n’est pas possible d’agir ainsi et de mépriser les règles du Code du travail », dénonce Me Hellenbrand, avant d’ajouter : « Cela tombe à un moment où on cherche à fragiliser les contrats de travail. Il faut éviter les abus et éviter de mépriser le salarié. Ce dossier est un bon exemple de ce qu’il ne faut pas faire ».

Publicités

Les routiers bloquent routes et dépôts pétroliers

Les routiers bloquent routes et dépôts pétroliers. Cependant ils sont loin de faire l’unanimité parmi leurs congénères.

clip_image002

Les routiers CGT et FO ont appelé à une grève reconductible contre la réforme du travail qui risque, selon les syndicats, d’affaiblir les protections des salariés et de diminuer leur rémunération. La mobilisation est « à la hauteur de nos attentes », a estimé Jérôme Vérité, numéro un de la CGT-Transports, lundi matin. 

Les chauffeurs routiers ont entamé leur journée d’action contre la réforme du code du travail avant l’aube, lundi 25 septembre. Les premiers blocages se sont mis en place dans la nuit, notamment sur l’autoroute A22 près de la frontière belge. Dans le reste du pays, on compte plusieurs opérations escargot, barrages filtrants ou distributions de tracts aux abords sur des axes routiers ou aux abords des dépôts de carburants.

Ce qui est inacceptable ce sont les propos tenus par une manifestante à Bassens Gironde, qui disait qu’elle s’en foutait de prendre la population en otage, de toute façon elle était payée…également de la part d’un autre manifestant qui faisait allusion à une dictature gouvernementale alors que lui-même, est un dictateur en prenant la population en otage.

Commentaire : C’est bien là la preuve et la démonstration qu’il est plus facile de prendre la population en otage, plutôt que de s’en prendre directement au gouvernement et au Président de la République. Question : Qui instaure la dictature ? Le Gouvernement ? C’est un fait avec les ordonnances mais en prenant la population en otage, c’est aussi une forme de dictature, un manque de courage et de détermination à l’encontre de l’exécutif au pouvoir.

Il y a également un grand risque de sanctions contre les routiers qui manifestent avec les véhicules de leurs entreprises, plutôt que d’utiliser leurs véhicules.

Moralité, l’effet recherché risque de ne pas être celui escompté en se mettant la population à dos.

CBV

Pauvre Mélenchon …

clip_image002

Pauvre Mélenchon gravement atteint de « Délirium TREMENS » (Etat d’agitation, onirisme et trouble de la conscience… Trouble psychique caractérisé par des hallucinations et des idées fausses persistantes entrainant la conviction qui est la sienne, exemple (C’est la rue qui a abattue les Nazis !) Le délire de Mélenchon est causé par un état émotionnel et passionnel (le pouvoir) au point d’en perdre la raison, oubliant que c’est la rue qui est responsable de la guerre civile en Espagne, le pays d’origine de son grand-père, qui opposa le camp des « nationalistes » à celui des « républicains ». Elle se déroula de juillet 1936 à avril 1939 et s’acheva par la défaite des républicains.

La fin du monde

La fin du monde pour le 23 septembre 2017 ?

Un canular de plus qui fait couler beaucoup d’encre…

Toutes ces prophéties sont basées sur des interprétations subjectives ou farfelues du Nouveau Testament ou autres prophéties religieuse. Ce type de prophéties continue de faire parler et d’intriguer les gens, croyants ou non.

En 2011, une radio dirigée par l’évangéliste Harold Camping pour promouvoir sa vision, selon laquelle la fin du monde devait survenir le 11 mai de l’année.

La fin du monde le 21 décembre 2012 ?

Face à l’apocalypse annoncée, Hollande avait prévu de passer quelques jours (du 19 au 25 décembre) au seul endroit de la planète qui serait épargné…

clip_image002

Force est de constater (ce jour, dimanche 24 septembre 2017) que le soleil brille devant ma porte et la Terre continue de tourner, et nous avec.

CBV

Mélenchon (Qu’est-ce qu’il fait, qu’est-ce qu’il a, qui c’est celui-là ?)

Qui c’est, celui-là ?

Qu’est-ce qu’il fait, qu’est-ce qu’il a, qui c’est celui-là ?

clip_image001

Complètement toqué, ce mec-là, complètement gaga
Il a une drôle de tête ce type-là
Qu’est-ce qu’il fait, qu’est-ce qu’il a ?

Qu’est-ce qu’il fait, qu’est-ce qu’il a, qui c’est celui-là ?
Il a un drôle d’accent ce gars-là.

Non mais cha va pas, mon p’tit gars
On va l’mettre en prison ce type-là
S’il continue comme ça.

clip_image003 Vidéo

Manifestation de la France insoumise

Manifestation de la France insoumise (Une mascarade de plus pour Mélenchon plutôt qu’une réussite)

(«Ni Dieu, ni maître… ni Mélenchon ») Un appel de la mouvance autonome, appelant à s’inviter en tête du cortège et « montrer que c’est (eux) les vrais insoumis » avait circulé sur internet avant la manifestation.

clip_image002

Pour un samedi, il n’y avait pas vraiment foule, (entre 30 000 et 150 000) selon les sources, pas de quoi pavoiser ni revendiquer un quelconque succès. En fait, en semaine les syndicats CGT et FO ont fait mieux sans pour autant être grandiose.

clip_image004

Mélenchon peut toujours compter sur les communistes et la CGT, mais jusqu’à quand ?

Et pendant ce temps-là :

La lettre choc de Philippe Torreton à Mélenchon

Philippe Torreton dit non à Jean-Luc Mélenchon. L’artiste n’a pas du tout apprécié la manifestation de ce samedi 23 septembre ou du moins son appellation, « Marcher contre le coup d’État social ». Un slogan loin d’être du goût du comédien. « Si ce qui se passe en France est un « coup d’Etat social », je ne sais comment qualifier le régime politique de Maduro », lance-t-il dans une lettre ouverte publiée sur le site de L’Obs, adressée directement au leader de la France Insoumise où il lui reproche aussi d’avoir accusé Benoît Hamon de l’avoir fait perdre à l’élection présidentielle. Un scrutin qui ne lui avait pas non plus réussi il y a 5 ans. « Il me paraît (…) évident que ces deux échecs sont les vôtres et uniquement les vôtres », écrit Philippe Torreton, choqué que Jean-Luc Mélenchon prononce un discours très anti-Macron qui lui semble incohérent au regard de son parcours. « Soyez quitte vis-à-vis de la nation et redonnez aux Français, aux gens, l’intégralité des sommes que vous avez perçues de l’État durant votre longue carrière politique », écrit-il sans détour dans L’Obs. L’acteur dénonce des « grosses ficelles de propagande pour exciter les foules » et appelle à faire attention à « l’écho des formules à l’emporte-pièce », qui selon lui « peut tuer ». « Le meilleur service que vous puissiez rendre au peuple de gauche serait, à mon sens, d’analyser votre défaite car on ne construit pas l’avenir sur un déni de réalité », conclut Philippe Torreton.

Mobilisation en baisse contre la réforme du Code du travail !

clip_image001

132 000 manifestants dans toute la France, selon la police contre la « Réforme du code du travail ».

A Paris, selon la préfecture de police, ils étaient 16 000. D’après les syndicats, ils étaient 55 000. Ils étaient entre 24 000 et 60 000 dans la capitale le 12 septembre. La mobilisation apparaît en retrait, selon les premiers chiffres recueillis par l’AFP en régions auprès des organisateurs et des autorités. Quelques incidents ont été constatés à Nantes et à Paris, sur le boulevard Auguste-Blanqui, en fin de défilé. La police a répondu aux jets de projectiles par des tirs de gaz lacrymogène. Mais Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, a revendiqué jeudi un niveau de mobilisation «équivalent» à celui de la semaine dernière et «plus de débrayages dans les entreprises. Dans la plupart des cortèges, étaient très présents les représentants de La France Insoumise, qui prévoit une manifestation samedi contre le «coup d’Etat social» que représente selon elle cette réforme. «Ce n’est qu’un début», a lancé à Paris Jean-Luc Mélenchon.

Pour rappel Public +Privé = 23,21 million de salariés (hors emplois aidés) +183 500.

Ce 21 septembre ils étaient environs 132 000 voire 150 000 au plus avec les insoumis inclus, ce qui représente : 0,65% de l’ensemble des salariés Public+Privé. (Pas de quoi chanter victoire…)

clip_image003 Le Dieu Panthéiste Mélenchon …

Question : Quel impact avec la prochaine mobilisation de Mélenchon prévue samedi ?

CBV