La France et les armes chimiques

La France peste contre l’utilisation d’arme chimique en Syrie et elle a raison, mais n’a-t-elle rien à se reprocher ? Pire, la France serait l’un des principaux promoteurs d’antan, n’ayant cessé ses essais sur le Site B2 (Sahara) qu’en 1978.

Tout le monde se plait à dire que les armes chimiques sont particulièrement odieuses et inhumaines. La destruction massive de populations entières et particulièrement de populations civiles est possible avec ce genre d’arme. Les belligérants européens de la Première guerre mondiale qui les utilisèrent aussi avant ou après ce conflit dans les guerres coloniales. La France est du nombre de ces belligérants et doit même être considérée comme un de leurs principaux promoteurs.

Cette production a pu se développer dans les poudreries nationales ou dans des usines privées et le documentaire (http://www.ina.fr/video/CAB89001713) fait bien comprendre que la « traçabilité » comme on dirait aujourd’hui des armes chimiques est délicate car les armes chimique sont souvent des mélanges de plusieurs composants dont chacun peut être isolément d’un usage civil inoffensif.

Les armes chimiques ont connu un sort international très particulier, celui d’avoir fait l’objet d’un traité international prévoyant leur interdiction et leur destruction.

clip_image002 B2-Namous ou « Bidon2 »

Personnellement j’ai été affecté à ce centre d’essai d’armes chimiques les deux derniers mois de mon incorporation militaire dans le Sahara avant de revenir en France (il m’a été reproché à l’époque de faire une tête d’enterrement, à remarquer qu’il y avait de quoi)

La France a disposé pendant plusieurs décennies d’un polygone d’essai d’armes chimiques dans le Sahara. Le centre dénommé B2 Namous est situé dans l’ouest du Sahara algérien, à proximité de l’oasis marocaine de Figuig. Ouvert dans les années 30, il a servi à la mise au point des armes chimiques nouvelles qui devaient être utilisées pendant la seconde guerre mondiale et ne l’ont pas été. Pourtant son activité n’a pas cessé au moment de l’indépendance de l’Algérie puisqu’une annexe secrète des accords d’Evian l’a autorisée, comme elle a autorisé les essais nucléaires français sur le polygone saharien de Reggane. Le polygone B2 Namous qui n’a été fermé qu’en 1978, ce qui démontre que la France n’avait pas renoncé à l’arme chimique jusqu’à cette date. Il fait encore partie des contentieux diplomatiques franco-algériens puisque la fermeture du centre n’aurait pas été accompagnée de la dépollution de la zone, critique reprise également du côté marocain très proche.

Voilà qui achève de rendre ridicules les gesticulations officielles pour que la Syrie se dépêche de détruire dans le meilleur délai son arsenal. Ce type de destruction est cher, long et difficile.

La guerre du Rif ou l’arme chimique a été utilisée contre les civils autochtones en révolte

clip_image004

La guerre du Rif est une guerre coloniale qui opposa les Rifains (peuple autochtone) aux armées espagnole puis française, dans le Rif, région montagneuse du nord du Maroc, de Tanger à la frontière algérienne (le conflit se concentra au Rif central et au Rif oriental). Elle dura de 1921 à 1926 pour la participation de l’Espagne et de 1925 à 1926 pour la participation de la France. Il s’agit de la première guerre anticoloniale où une armée européenne (armée Espagnole) essuie un échec, nécessitant l’intervention d’une seconde armée occidentale. Malgré cela le gaz dit «moutarde» pourtant interdit par les traités internationaux est utilisé contre les populations civiles, avec des effets encore sensibles aujourd’hui.

CBV

Publicités

Voyeurisme exacerbé… Aurore Bergé Critiquée sur sa tenue jugée trop sexy

Voyeurisme exacerbé… Aurore Bergé Critiquée sur sa tenue jugée trop sexy, la députée tacle les haters

clip_image002

Oui bon… elle a le droit de faire ce qu’elle veut dans la vie ☺et ce n’est pas les hommes qui vont s’en plaindre… Lol.

Mais juste une question : si elle prend le métro, ne risque-t-elle pas une nuée de mains baladeuse ?

Une telle attitude ne risque-t-elle pas d’exacerber un certain voyeurisme masculin et attiser les fantasmes?

Ancien soutien de Nicolas Sarkozy, de François Fillon puis d’Alain Juppé, la femme politique a rejoint le camp d’Emmanuel Macron lors de la présidentielle de 2017. Et c’est sous les couleurs de La République en Marche qu’elle a été élue à l’Assemblée Nationale, dans la dixième circonscription des Yvelines. Depuis, elle a intégré la garde rapprochée du Président de la République, devenant notamment porte-parole du groupe LREM et membre de la Commission des Affaires Culturelles et de l’Education.

clip_image003

® Montage CBV ☺

Non Emmanuel, regarde devant toi, fais gaffe je te surveille…

® Photomontage CBV ☺

Et c’est justement pour parler de la politique culturelle d’Emmanuel Macron, et notamment de ses projets pour l’audiovisuel public, qu’Aurore Bergé était présente dans le talk-show de C8. Mais un certain nombre de téléspectateurs a eu du mal à se concentrer sur ses propos. Sur Twitter, de nombreux internautes ont critiqué la tenue de la députée LREM, jugée trop sexy pour un plateau télé et une femme politique. La jeune femme portait une robe courte et décolletée, ce qui n’a clairement pas plu à certains.

clip_image005 Il regarde quoi le papi ?

® CBV

Pierre Cassen Riposte Laïque, l’islamo-paranoïaque condamné

Ce n’est pas parce que certains sont de confession musulmane qu’il faut les mettre tous dans le même sac, comme dans toutes religions, il y a des modérés et il y a des intégristes. (Des fous)

Dans ma propre famille, j’ai un petit neveu dont le père est originaire du Maghreb et cela ne me pose pas de problème (nous vivons dans le respect de l’un de l’autre)

clip_image002 Migration de la gauche vers le bloc identitaire et l’extrême droite

3 mois de prison, même avec sursis ordonné par un tribunal qu’il qualifie de fantôme ! pour Pierre Cassen, cela fait désordre… (Il en est réduit à mendier auprès de ses amis pour payer les frais de justice) Il peut compter sur moi pour n’en rien faire (qu’il aille se faire voir)

Ce que Pierre Cassen ne sait pas c’est qu’il risque d’être à nouveau condamné pour diffamation, accusation calomnieuse et atteinte à la dignité humaine et atteinte à la vie privé.

Il est condamné par la 17e Chambre à 3 mois de prison, avec sursis.

Pierre Cassen et Christine Tasin ne sont pas mariés, ils ont épousé une idéologie, un engagement qui les unit très étroitement et remplit leur vie. Elle résume ainsi leur horizon : « Interdire l’islam ». Attablés dans un café parisien, leur QG, les deux sexagénaires rencontrés en février dernier en parlent à l’unisson. Sans remarquer le sourire gêné du serveur. La dame arbore un badge en forme de drapeau français, épinglé à son pull rouge vif. Son propos tranche avec sa voix douce, ses manières chaleureuses et le regard calme de son compagnon aux cheveux blancs.

Christine Tasin et Pierre Cassen n’ont pas « épousé » les opinions de l’autre – ils étaient convertis aux mêmes croyances avant de se connaître. En 2007, ils se rencontrent lors de la toute première conférence de rédaction de Riposte laïque, site internet ouvertement islamophobe fondé par Pierre Cassen et d’autres anciens de Respublica, journal laïque de gauche en ligne, après une scission de l’équipe. L’homme connaissait sa future compagne au travers des articles anti-islam publiés sur son blog, il échange par mails avec elle et la sollicite pour rejoindre l’aventure.

L’ultra-laïcité se résume-t-elle à l’islamophobie?
Il existe bien des groupes anticléricaux contre les catholiques ou les écoles privées sous contrat mais ils sont infimes, dissous dans ce que je nomme l’islamo-paranoïa. Les membres de Riposte laïque se voient eux-mêmes comme des ultra laïques mais ils ne pensent qu’à une chose : l’islam.

Comment expliquer que l’islam soit devenu la cible de discours intolérants au nom de la laïcité?
La France, et l’Europe en général, sont tombées dans une crise narcissique. Elles se retranchent sur leurs valeurs et cela produit une logique de défense du « vrai peuple ». Il faut donc personnaliser le mal, le « faux peuple » et c’est là où l’islam entre en jeu. Le musulman est le candidat idéal : d’un côté, il charrie l’image du Maure monté jusqu’à Poitiers pour s’en prendre à l’Europe judéo-chrétienne et en même temps, il est l’ennemi supposé de l’égalité homme-femme et de la démocratie. Parce qu’on ne peut plus défendre le peuple à travers l’idée de race, on attaque l’islam en tant que culture jugée incompatible avec la nôtre. On est dans du racisme culturel.  

CBV

Les étranges factures de la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon

Les étranges factures de la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon

Un recours massif à la « sous-traitance »

Jean-Luc Mélenchon a fait le choix très inhabituel de faire salarier une large partie de son équipe de campagne dans des structures extérieures, dirigées par certains de ses proches. Une association a particulièrement tiré profit de la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon. Il s’agit de L’Ere du peuple, fondée à la veille du début de la campagne électorale par des proches de l’ancien ministre socialiste. L’Ere du peuple a salarié, selon nos informations, quatre permanents de l’équipe de campagne de Mélenchon, dont les deux actuels députés France insoumise Bastien Lachaud et Mathilde Panot. Nous avons eu accès au détail de ces marchés : il apparaît que l’association a refacturé très cher les « prestations intellectuelles » de ces membres du staff de campagne. Un exemple : Bastien Lachaud a été payé 29 000 euros brut pour son rôle de coordonnateur du pôle « action de campagne et événements ». Or, L’Ere du peuple a refacturé ses services 129 000 euros à l’association de financement du candidat Mélenchon. Un différentiel incompréhensible pour la Commission des comptes de campagne. La CNCCFP se demande si L’Ere du peuple, présidée par un très proche de Jean-Luc Mélenchon, le conseiller d’État Bernard Pignerol, n’a pas cherché à surfacturer plusieurs prestations.

Des collaborateurs auto-entrepreneurs

clip_image002

Lave plus blanc que blanc… toute la crasse disparaît… ® CBV

Si l’association de campagne de Jean-Luc Mélenchon a payé étonnamment peu de salaires, c’est aussi parce qu’elle a eu recours à l’auto-entreprenariat. D‘après nos informations, une dizaine de membres de l’équipe de campagne ont été payés en honoraires via une société, créée souvent pour l’occasion. Certains l’ont d’ailleurs fermée juste après la campagne. Parmi eux, Alexis Corbière. Le porte-parole du candidat Mélenchon n’était pas salarié, mais a perçu 28 700 euros d’honoraires pendant la campagne. Jean Luc Mélenchon a pourtant maintes fois brocardé ce statut, qu’il avait même promis de supprimer s’il était élu en 2012, le qualifiant « d’arnaque de première grandeur ».

Silence de l’entourage de Jean-Luc Mélenchon

Nous avons adressé une longue liste de questions à l’attachée de presse de Jean Luc Mélenchon, Juliette Prados. Nous avons également sollicité Alexis Corbière, Sophia Chikirou, Bernard Pignerol, Bastien Lachaud et Mathilde Panot. Ils n’ont pas donné suite à nos multiples relances, et n’ont pas souhaité commenter nos informations.

Source : https://www.forumfr.com/sujet781962-les-étranges-factures-de-la-campagne-présidentielle-de-jean-luc-mélenchon.html

Laurent Wauquiez : "J’assume tous mes propos"

Laurent Wauquiez : « J’assume tous mes propos »

« Après quatre jours d’un déchaînement, d’un cirque médiatique surréaliste, je veux remettre les choses en perspective, s’est-il défendu.

clip_image001

Quel est mon crime ? Avoir une parole libre ? J’assume tous mes propos. Je n’ai pas insulté les Français. Il n’y avait dans mes propos aucun mépris envers les Français. » Laurent Wauquiez a vivement critiqué les « méthodes de voyous » du journaliste de Quotidien « qui a tendu une embuscade à un étudiant et n’a pas fait un travail d’enquête. »
« Des méthodes de voyous »
Pour rappel, l’émission Quotidien diffusée sur TMC avait révélé vendredi 16 février une première série d’enregistrement sonore de Laurent Wauquiez à l’occasion de son intervention devant des étudiants de l’EM Lyon. Le président LR y égratignait Nicolas Sarkozy, Emmanuel Macron et Gérald Darmanin mais a toutefois reconnu qu’il regrettait « ce passage sur Nicolas Sarkozy ».

« J’ai fait une erreur, je n’ai pas mesuré le degré de violence de certains journalistes pour abattre un homme politique, a-t-il poursuivi sur BFMTV. Je ne suis pas un dissimulateur. J’ai compris que j’étais une cible. Mais cela ne m’impressionne pas et cela ne me fera pas reculer. » Laurent Wauquiez a confirmé qu’il avait porté plainte et saisi le CSA.

clip_image002Pierre Larrouturou journaliste de Quotidien « Libération »

CBV

Mauvais exemple à ne pas suivre en matière de sécurité routière

Quand une personne en charge d’une mission publique montre le mauvais exemple…

Le délégué interministériel à la Sécurité Routière filmé en plein stationnement dangereux

clip_image002

Le délégué interministériel à la Sécurité Routière a oublié qu’il devait montrer l’exemple. Filmé et interrogé par les équipes du 19/45 de M6, Emmanuel Barbe a été filmé en plein stationnement interdit.

En effet, pour descendre répondre aux journalistes, le délégué a choisi de garer sa voiture sur une piste cyclable, ce qui constitue un délit.

clip_image004

https://actu.orange.fr/france/le-delegue-interministeriel-a-la-securite-routiere-filme-en-plein-stationnement-dangereux-magic-CNT000000YuF9G.html

Cependant il n’est pas le seul, qui se souvient d’un Lionel Jospin (à l’époque premier ministre) pris en flagrant délit de franchissement d’un feu rouge dans sa circonscription ?

« Faites ce que l’on vous dis, mais ne faites pas ce que nous faisons nous-mêmes »

CBV

Le Wauquiezgate selon Pierre Larrouturou

Le Wauquiezgate selon Pierre Larrouturou dans « Quotidien du journal Libération »

clip_image002

Pierre Larrouturou (Personnage inconstant en politique) sa spécialité : « manger dans tous les râteliers »

clip_image004 Candidature rejetée pour la primaire citoyenne de 2017 (PS) après son rejet de la primaire du PS il tente de redorer son blason…

Pierre Larrouturou, co-président de Nouvelle Donne, exclu puis réintégré au sein du parti en 2016, est candidat à l’élection présidentielle de 2017. Sa candidature devait initialement s’insérer dans la primaire citoyenne de 2017 mais le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis l’a recalé

Pierre Larrouturou, né le 19 octobre 1964 à Périgueux (Dordogne), est un économiste et homme politique français, ancien conseiller régional d’Île-de-France.

Spécialisé dans les questions d’économie, il est connu comme partisan actif du partage du temps de travail, sur lequel il travailla avec Gilles de Robien.

Membre du Parti socialiste, qu’il quitte en 1991 puis retrouve en 2002, il le quitte à nouveau en 2009 pour adhérer à Europe Écologie Les Verts, sous l’étiquette duquel il devient conseiller régional d’Île-de-France. Après son départ du parti, il reprend sa carte au PS en 2012. Il dépose une motion cosignée avec Stéphane Hessel et Florence Augier pour le congrès de Toulouse. En 2013, il quitte à nouveau le PS ; avec des personnalités issues du collectif Roosevelt, il crée un nouveau parti politique, Nouvelle Donne, qu’il co-préside jusqu’en 2016.

clip_image006

Christophe Forcari

clip_image008

Christophe Forcari (1965- ) est, depuis 1994, un journaliste du quotidien Libération où il « suit » tout particulièrement les mouvements nationaux et nationalistes.

Alors qu’il prétend être un ancien de la Ligue communiste révolutionnaire et qu’il est donné comme franc-maçon, Christophe Forcari a milité, au début des années 1980 (jusqu’en 1984), au Renouveau nationaliste – branche juvénile du Parti des forces nouvelles – à Nantes. Mis en cause par Thierry Meyssan sur ce point, il a prétendu avoir « infiltré » cette organisation, ce que démentent des témoignages d’acteurs de l’époque.

Le 2 novembre 2006, il a été condamné par la Cour d’appel de Paris pour diffamation envers le Front national et Jean-Marie Le Pen d’après un article paru le 22 décembre 2002 dans le journal Libération.

Le Renouveau nationaliste fut une organisation de jeunesse du mouvement national.

Le Renouveau nationaliste prit la suite, en septembre 1981, du Front de la jeunesse comme organisation de jeunesse du Parti des forces nouvelles. Il fut lancé à l’initiative de Roland Hélie, Charles-Henri Varaut, Jack Marchal et Richard Rouget. Le mouvement édita un journal, Pour un renouveau nationaliste, qui reprit la typographie d’Ordre nouveau.

Le RN (Renouveau nationaliste), qui avait adopté comme emblème la croix celtique, se manifesta pour la première fois par l’organisation, le 4 novembre 1981, d’une manifestation à Paris pour commémorer le 25e anniversaire de l’écrasement du soulèvement de Budapest par les Soviétiques.

Le Renouveau nationaliste participa activement aux côtés du GUD aux manifestations étudiantes de mai 1983 contre la loi Savary.

Il s’autodissout en 1984 au moment du ralliement des principaux responsables du PFN au Front national.

Jonathan Bouchet-Petersen

clip_image010

Journaliste à Libération, chef de service France, pour le lancement de l’observatoire du Front national

Chef de service France (politique-société, macro-social)
Liberation (avril 2015)
« Les Informés » (20h-21h), un mardi sur deux
France Info (octobre 2014)
Chef de service – Politique
Libération (juin 2013 – avril 2015)
Rédacteur – Politique
Libération (août 2011 – juin 2013) Journaliste web et papier

Etc. … Etc. …