Accueil » Histoire de France » Le Coup d’État du 13 mai 1958, Le putsch des généraux du 21 avril 1961

Le Coup d’État du 13 mai 1958, Le putsch des généraux du 21 avril 1961


L’exacte vérité sur les évènements en Algérie contrairement à ce que veut faire croire une certaine « Danièle Lopez » Animatrice du site Les Petits Echos de l’écho d’Oran. Ancienne rédactrice au Journal. Riposte Laïque… Danièle Lopez fait un amalgame de la démission du Général De Villiers avec les évènements d’Algérie  (« Les armées connaissent, aujourd’hui, la même situation qu’elles ont connue, en 1961, pendant la guerre d’Algérie. »

Oui. Nos militaires ne supportent pas la trahison.

Et il s’avère que, comme en 1961, les présidents en exercice les ont trahis. »)

En fait Danièle Lopez et Riposte Laïque, sont pro-Marine Le Pen. Danièle Lopez et la rédaction de Riposte Laïque prétendent réécrire l’histoire à leur façon, notamment sur l’Algérie.

Hors il se trouve que la réalité n’a rien à voir avec leurs allégations.

Voici une partie de la vraie histoire des faits dont les liens sont inclus plus bas…

clip_image001

Le putsch des généraux du 21 avril 1961, également appelé putsch d’Alger.

Le Coup d’État du 13 mai 1958

Le 8 janvier 1961, par un référendum sur l’autodétermination en Algérie organisé en métropole et en Algérie, les électeurs s’étaient prononcés à près de 75 % en faveur de l’autodétermination. C’est alors que des négociations secrètes avaient été ouvertes entre le gouvernement français de Michel Debré et le Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) lié au Front de libération nationale. Une partie des cadres de l’armée, qui avait mené sept années de durs combats sous la direction de plusieurs gouvernements depuis le début de la guerre d’Algérie, se sentit trahie par le général de Gaulle et voulut s’opposer par un coup de force aux projets d’indépendance de l’Algérie. Le pouvoir gaulliste était bien informé depuis plusieurs mois par la police judiciaire d’Alger et les services de renseignements des intentions de certains militaires. L’année précédente, le 25 janvier 1960, pendant la semaine des barricades, le colonel Antoine Argoud s’était même entretenu avec Michel Debré pour demander un changement de politique, faute de quoi « une junte de colonels » renverserait le gouvernement pour maintenir l’Algérie comme territoire français. La tension étant montée tout au long de l’année 1960, une possibilité de coup d’État est alors dans tous les esprits en particulier au printemps 1961.

L’armée de conscription tenue à l’écart. L’armée française en Algérie française est divisée en deux entités très différentes : les réserves générales et les troupes de secteur, soit plus de 477 000 hommes au total en 1961, dont 33 000 officiers. Aucune unité de secteur ne participe au putsch.

Dans les réserves générales, à la Légion, seuls 3 régiments sur 10 (11 si on compte le groupe des unités sahariennes) suivent le général Challe. À la 10e division de parachutistes, 1 seul régiment sur 7, le 1er REP, participe à l’action. À la 25e division parachutiste, 3 régiments sur 7 s’engagent (14e RCP, 18e RCP et 2e REP). À la 11e division d’infanterie, pas un seul des cinq régiments ne bouge.

Pour les unités hors division, le 1er REC du lieutenant-colonel de La Chapelle, le groupement de commandos parachutistes du commandant Robin, les commandos de l’air du lieutenant-colonel Emery se rallient aux mutins, ainsi que d’autres unités : le 5e REI du commandant Camelin, le 27e dragons du colonel Puga, le 7e RTA, le 1er RIMa du commandant Lousteau, le 8e RPIMa du colonel Lenoir, le 94e régiment d’infanterie du colonel Parizot, le 1er RCP du colonel Plassard, le 9e RCP du colonel Defert.

Le 21 avril 1961, les généraux du cadre de réserve André Zeller, Maurice Challe et Edmond Jouhaud, secondés par les colonels Antoine Argoud, Jean Gardes, ainsi que Joseph Ortiz et Jean-Jacques Susini, prennent le contrôle d’Alger. Challe y critique alors la « trahison et les mensonges » du gouvernement envers les Algériens qui lui ont fait confiance et annonce que : « Le commandement réserve ses droits pour étendre son action à la métropole et reconstituer un ordre constitutionnel et républicain gravement compromis par un gouvernement dont l’illégalité éclate aux yeux de la nation. »

Dans la nuit, le 1er régiment étranger de parachutistes (REP) sous les ordres du commandant Hélie Denoix de Saint-Marc, commandant par intérim du régiment, s’empare en trois heures des points stratégiques d’Alger, notamment du Gouvernement général d’Alger, de l’hôtel de ville, de la radio et de l’aéroport d’Alger. La seule victime de l’opération est le maréchal des logis Pierre Brillant, abattu en défendant le transmetteur radio d’Ouled Fayet.

Les chances de réussite sont toutefois minces, car le 1er REP ne représente que 1 000 hommes, soit à peine 0,3 % des effectifs militaires français présents en Algérie et que le général Gouraud, commandant le corps d’armée de Constantine, se ravise et décide de ne plus participer au complot. Le coup n’est pas suffisamment préparé pour rallier d’autres régiments ou les fonctionnaires civils (policiers, administration préfectorale). De plus, le pouvoir est au courant des préparatifs du putsch par trois réseaux de renseignements : la préfecture de police de Maurice Papon qui a ses propres renseignements généraux, la sécurité militaire qui donne ses informations à Xavier Deniau, conseiller technique au cabinet du ministre des Armées et les propres réseaux, dont le SDECE de Constantin Melnik, chargé de la sécurité du premier ministre.

Le préfet de police, Maurice Papon, et le directeur de la Sûreté nationale, montent une cellule de crise dans un salon de la Comédie-Française, où le général de Gaulle assiste avec Léopold Sédar Senghor à une présentation de Britannicus. Le chef de l’État est informé pendant l’entracte par Jacques Foccart, secrétaire général aux Affaires africaines et malgaches, son plus proche collaborateur alors qu’officiellement de Gaulle a été prévenu après la représentation, réveillé à 2 heures du matin.

Samedi 22 avril La population d’Alger apprend à 7 heures du matin, par un message lu à la radio que « l’armée a pris le contrôle de l’Algérie et du Sahara ». Les trois généraux rebelles, Maurice Challe, Edmond Jouhaud et André Zeller, en accord avec les colonels Godart, Argoud et Lacheroy, font arrêter le délégué général du gouvernement, Jean Morin, le ministre des Transports, Robert Buron, qui se trouvait en voyage, et un certain nombre d’autorités civiles et militaires. Quelques régiments se mettent sous les ordres des généraux.

À Paris, la police arrête dès 6 h du matin le général Jacques Faure, six autres officiers et quelques civils impliqués dans le « complot de Paris » censé relayer en métropole le putsch. Lors du Conseil des ministres à 17 heures, de Gaulle, serein, déclare : « Ce qui est grave dans cette affaire, messieurs, c’est qu’elle n’est pas sérieuse ». L’état d’urgence est décrété en Algérie. Les partis de gauche, les syndicats et la Ligue des droits de l’homme appellent à manifester « l’opposition des travailleurs et des démocrates au coup de force d’Alger ».

Vers 19 h, Challe s’exprime à la radio d’Alger : « Je suis à Alger avec les généraux Zeller et Jouhaud, et en liaison avec le général Salan pour tenir notre serment, le serment de l’armée de garder l’Algérie pour que nos morts ne soient pas morts pour rien. Un gouvernement d’abandon […] s’apprête aujourd’hui à livrer définitivement l’Algérie à l’organisation extérieure de la rébellion. […] L’armée ne faillira pas à sa mission et les ordres que je vous donnerai n’auront jamais d’autres buts. »

Salan arrive d’Espagne. Challe, de plus en plus isolé, refuse d’armer les activistes civils.

À 20 h, le président Charles de Gaulle, vêtu de son uniforme de général, paraît à la télévision et prononce un discours appelant les soldats d’Algérie, les Français, d’Algérie ou de métropole, à refuser le coup d’État ; il informe également des mesures qu’il prend : « Un pouvoir insurrectionnel s’est établi en Algérie par un pronunciamiento militaire. Les coupables de l’usurpation ont exploité la passion des cadres de certaines unités spéciales, l’adhésion enflammée d’une partie de la population de souche européenne égarée de craintes et de mythes, l’impuissance des responsables submergés par la conjuration militaire. Ce pouvoir a une apparence : un quarteron de généraux en retraite; il a une réalité : un groupe d’officiers partisans, ambitieux et fanatiques. Ce groupe et ce quarteron possèdent un savoir-faire limité et expéditif, mais ils ne voient et ne connaissent la nation et le monde que déformés au travers de leur frénésie. Leur entreprise ne peut conduire qu’à un désastre national ; car l’immense effort de redressement de la France, entamé depuis le fond de l’abîme, le 18 juin 1940 ; mené ensuite en dépit de tout, jusqu’à ce que la victoire fût remportée, l’Indépendance assurée, la République restaurée ; repris depuis trois ans, afin de refaire l’État, de maintenir l’unité nationale, de reconstituer notre puissance, de rétablir notre rang au dehors, de poursuivre notre œuvre outre-mer à travers une nécessaire décolonisation, tout cela risque d’être rendu vain, à la veille même de la réussite, par l’odieuse et stupide aventure d’Algérie. Voici que l’État est bafoué, la nation bravée, notre puissance dégradée, notre prestige international abaissé, notre rôle et notre place en Afrique compromis. Et par qui ? Hélas ! Hélas ! Hélas ! Par des hommes dont c’était le devoir, l’honneur, la raison d’être de servir et d’obéir. Au nom de la France, j’ordonne que tous les moyens, je dis tous les moyens, soient employés partout pour barrer la route à ces hommes-là, en attendant de les réduire. J’interdis à tout Français, et d’abord à tout soldat, de n’exécuter aucun de leurs ordres. L’argument suivant lequel il pourrait être localement nécessaire d’accepter leur commandement, sous prétexte d’obligations opérationnelles ou administratives, ne saurait tromper personne. Les chefs, civils et militaires, qui ont le droit d’assumer les responsabilités sont ceux qui ont été nommés régulièrement pour cela et que, précisément, les insurgés empêchent de le faire. L’avenir des usurpateurs ne doit être que celui que leur destine la rigueur des lois. Devant le malheur qui plane sur la Patrie et devant la menace qui pèse sur la République, ayant pris l’avis officiel du Conseil constitutionnel, du Premier ministre, du Président du Sénat, du Président de l’Assemblée nationale, j’ai décidé de mettre en œuvre l’article 16 de notre Constitution. À partir d’aujourd’hui, je prendrai, au besoin directement, les mesures qui me paraîtront exigées par les circonstances. Par là même, je m’affirme en la légitimité française et républicaine qui m’a été conférée par la nation, que je maintiendrai quoi qu’il arrive, jusqu’au terme de mon mandat ou jusqu’à ce que viennent à me manquer soit les forces, soit la vie, et que je prendrai les moyens de faire en sorte qu’elle demeure après moi. Françaises, Français ! Voyez où risque d’aller la France par rapport à ce qu’elle était en train de redevenir. Françaises, Français ! « Aidez-moi ! »

Conformément à l’article 16 de la Constitution de la Cinquième République française, le général de Gaulle se saisit alors des pleins pouvoirs mis en œuvre jusqu’au 30 septembre 1961.

« Cinq cent mille gaillards munis de transistors », comme dira le général De Gaulle à propos du contingent, ont entendu son appel à l’obéissance et à l’aide ainsi que son interdiction d’obéir aux officiers rebelles. Des unités d’appelés refusent d’obéir aux ordres des mutins, se soulèvent à leur tour et arrêtent les officiers putschistes en leur sein.

Mercredi 26 avril, Progressivement, les troupes ayant suivi les généraux se rendent. Les insurgés se retirent avec les parachutistes à Zeralda à 30 km d’Alger. Le commandant Denoix de Saint-Marc, qui avait le premier suivi les généraux, se constitue prisonnier. Le général Challe se rend aux autorités (il est aussitôt transféré en métropole). Le putsch a échoué, mais l’article 16 reste en vigueur pendant cinq mois pour éviter tout nouveau soulèvement.

220 officiers sont relevés de leur commandement, 114 sont traduits en justice et le groupement des commandos de l’air ainsi que les trois régiments ayant pris part au putsch sont dissous par ordre du chef de l’État ; il s’agit du 1er régiment étranger de parachutistes, du 14e régiment de chasseurs parachutistes et du 18e régiment de chasseurs parachutistes.

Environ un millier d’officiers hostiles à la politique du gouvernement ou par solidarité avec les putschistes démissionnent à cette période, soit 3 % des officiers d’active de l’armée française[

Cet échec du putsch est le dernier sursaut officiel (l’organisation française politico-militaire l’OAS aura une action clandestine) des partisans de l’Algérie française, les accords d’Évian étant signés moins d’un an plus tard. Il assoit la réputation de légalisme de l’armée française qui est restée majoritairement fidèle aux institutions.

Au niveau institutionnel, de Gaulle prend 25 décisions majeures grâce aux pleins pouvoirs conférés par l’article 16 de la Constitution de la Cinquième République française. À plus long terme, ce putsch et les attentats dont de Gaulle est l’objet lui donnent des arguments en faveur de la réforme institutionnelle sur l’élection du président de la République au suffrage universel

Les sources historiques : Jacques Fauvet et Jean Planchais, La Fronde des généraux, Arthaud, 1961 (OCLC 3182530)

Pierre Abramovici, Le Putsch des généraux. De Gaulle contre l’Armée. 1958-1961, Fayard, 2011 (ISBN 2213636273 et 978-2213636276)

clip_image003 Coup d’État du 13 mai 1958

Pierre Lagaillarde, né le 15 mai 1931 à Courbevoie (France) et mort le 17 août 2014 à Auch (Gers), est un ancien avocat et député (sans étiquette) du département d’Alger, activiste nationaliste et anti-indépendantiste partisan de l’Algérie française pendant la guerre d’Algérie (1954-1962).

Il est l’instigateur d’insurrections révolutionnaires à Alger que sont d’une part le coup du 13 mai 1958 qui aboutit à la chute de la IVe République et d’autre part la semaine des barricades, avec Guy Forzy, en janvier 1960 qui conduit à son arrestation. Remis en liberté avant son procès, il se réfugie en Espagne. Il est le cofondateur, avec Jean-Jacques Susini, de l’OAS en exil clandestin à Madrid en décembre de la même année.

Condamné par contumace pour rébellion contre l’État à la suite de l’affaire des barricades, il s’installe à Alicante. À l’époque s’y est établie une importante communauté de Pieds-Noirs exilés, par suite aux vagues de rapatriements des Français d’Algérie correspondant aux accords de cessez-le-feu et à l’imminence de l’indépendance algérienne entre mars et juillet 1962. Lagaillarde bénéficie de la loi d’amnistie générale en 1968 et revient alors en France.

Sources :

On a triché avec l’Honneur : Texte intégral de l’interrogatoire et de la plaidoirie des audiences du 15 et 16 novembre 1960, par Pierre Lagaillarde (auteur) & Jean Gallot (préface), Éditions de la Table ronde, 1961

Demande tendant à la déchéance de plein droit de Monsieur Pierre LAGAILLARDE de sa qualité de membre de l’Assemblée nationale

Anne Dulphy, Les exilés français en Espagne depuis la Seconde Guerre mondiale : des vaincus de la Libération aux combattants d’Algérie française 1944-1970

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s