Accueil » Réflexions et politique » Affaire De Villiers, suite

Affaire De Villiers, suite


Le général Pierre De Villiers jouissait d’une très bonne réputation ? La présidente PS de la commission de la défense de l’Assemblée nationale sous le quinquennat précédent, Patricia Adam, ne tarit pas d’éloges à son endroit : «Un homme intègre aux valeurs fortes, généreux et plein d’humanité.» Ce portrait flatteur contraste avec la figure bien moins consensuelle du général Puga, chef d’état-major particulier du président entre 2010 et 2016. (Pour rappel, le général Puga est le fils d’un ancien participant au putsch d’Alger, le colonel « Puga » ce qui lui vaut peut-être de faire l’objet d’une certaine méfiance.) Nicolas Sarkozy l’avait choisi au tout dernier moment, au détriment de Pierre de Villiers qui croyait pourtant sa nomination actée. Villiers n’ira pas à l’Elysée, il sera finalement nommé major général des armées, numéro 2. Puis chef d’état-major en 2014, sous Hollande.

Pierre De Villiers aurait-il mal digéré d’avoir été écarté au profit du Général Puga par Nicolas Sarkozy lorsqu’il était Président de la République ? Ce qui est certain, Pierre De Villiers a commis une double erreur et c’est son tempérament qui l’a poussé à démissionner.

Il circule sur Internet un courriel sur un article de Riposte Laïque, qui dénonce la « trahison des présidents de la République et notamment du Général De Gaulle et, dont le but est de salir la mémoire de « De Gaulle » et de manipuler l’opinion publique, ce qui est inacceptable

Sur les propos suivants: Les armées connaissent, aujourd’hui, la même situation qu’elles ont connue, en 1961, pendant la guerre d’Algérie. »

Oui. Nos militaires ne supportent pas la trahison.

Et il s’avère que, comme en 1961, les présidents en exercice les ont trahis.]

Pour moi, un ancien du contingent ayant servi en Algérie, et revenu miraculeusement vivant de ce pays… Ces propos sont inacceptables. Il convient de voir la réalité en face des faits qui vont à l’encontre de certaines affirmations publiées par les souverainistes d’extrême droite Y compris les adeptes de l’OAS et les colons vindicatifs qui ont en travers de la gorge que les Français se soient prononcés majoritairement en faveur de l’indépendance de l’Algérie, et, qui n’ont qu’un but manipuler l’opinion publique et notamment sur la prétendue trahison de la France et de « De Gaulle sur les événements d’Alger ».

Petit rappel sur le Putsch d’Alger…

Le putsch des généraux du 21 avril 1961, également appelé putsch d’Alger, est une tentative de coup d’État, fomentée par une partie des militaires de carrière de l’armée Française en Algérie, et conduite par quatre généraux (Maurice Challe, Edmond Jouhaud, Raoul Salan et André Zeller). Ils déclenchèrent cette opération en réaction à la politique choisie par le président de la République, Charles de Gaulle, et son gouvernement, qu’ils considéraient comme une politique d’abandon de l’Algérie française. Pour sa part, le général Jacques Massu n’a pas participé à la rébellion.

Le 8 janvier 1961, par un référendum sur l’autodétermination en Algérie organisé en métropole et en Algérie, les électeurs s’étaient prononcés à près de 75 % en faveur de l’autodétermination.

(Non le Général De Gaulle n’a pas trahi l’armée)

CBV (Christian-Bernard Vidal)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s