Accueil » Les News » La Cour des comptes tacle Hollande, Sapin et Eckert défendent leur «sérieux»

La Cour des comptes tacle Hollande, Sapin et Eckert défendent leur «sérieux»


La Cour des comptes fustige les prévisions budgétaires du gouvernement sortant, entachées selon elle «d’insincérités». L’ancien ministre des Finances et son secrétaire d’État répliquent.

L’ancien ministre des Finances Michel Sapin et son secrétaire d’État au Budget Christian Eckert, vertement critiqués par l’audit de la Cour des comptes, ont nié jeudi tout artifice comptable dans le budget 2017, assurant avoir fait preuve de «sérieux». Le déficit public devrait déraper à 3,2% du produit intérieur brut en 2017 selon la Cour des comptes, qui rappelle que la France est bien en retard par rapport à ses voisins de l’UE. Elle tacle dans un audit l’ancien président François Hollande et tire la sonnette d’alarme à l’approche du premier budget du quinquennat Macron. Édouard Philippe a dénoncé jeudi un «dérapage» budgétaire de 8 milliards d’euros légué par le précédent gouvernement et annoncé de nouvelles économies pour faire face à cette situation «inacceptable».

Cet audit des finances publiques, commandé dès son arrivée à Matignon par Edouard Philippe et publié jeudi, doit permettre au nouveau gouvernement de disposer d’une publication «transparente», sur laquelle il pourra s’appuyer pour justifier des mesures d’économies. Les conclusions sont sans appel: «en 2017, sans mesures fortes de redressement, le déficit public dépasserait l’objectif de 0,4 point de PIB» pour atteindre 3,2% de PIB, estiment les sages de la rue Cambon.

«Durant le quinquennat de François Hollande, le gouvernement a fait preuve d’un sérieux budgétaire sans précédent», «permettant au déficit de reculer continûment, d’un niveau supérieur à 5% en 2011, dernière année du mandat précédent, à 3,4% en 2016», écrivent les deux anciens ministres dans un communiqué transmis à l’AFP.

«Chaque année depuis 2014, les engagements européens de la France ont été tenus au prix d’efforts importants mais nécessaires», ajoutent les deux responsables socialistes, qui minimisent le risque de dérapage budgétaire évoqué par les magistrats financiers.

Dans son audit des finances publiques, commandé par Matignon, la Cour des comptes estime à 3,2% du PIB le déficit public qui pourrait être atteint par la France à la fin de l’année en cours. Cela représente un «trou» de 8 milliards d’euros par rapport aux prévisions inscrites dans le programme de stabilité adressé en avril à Bruxelles (2,8%), et de 4 milliards d’euros par rapport à l’objectif affiché par le gouvernement d’Édouard Philippe (3%).

Evolution de la dette publique en France depuis 1960

clip_image002

Historique et Prévisions Taux de Prélèvements Obligatoires          

DETTE PUBLIQUE DE LA FRANCE DE 1996 à fin 2016

clip_image003

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s