Accueil » Les News » Var : une candidate LREM visée par une plainte

Var : une candidate LREM visée par une plainte


Chef de file de l’UDI dans le Var, Jean-Pierre Colin, conseiller régional et conseiller municipal d’opposition à La Seyne-sur-Mer, est une personnalité connue dans le département. Ce centriste « Macron-compatible », comme il se définit lui-même, est candidat aux législatives sous une bannière UDI-Majorité présidentielle face au député sortant « LR », Jean-Sébastien Vialatte dans la septième circonscription du département. Mais c’est à l’encontre d’une autre concurrente, investie par La République en marche, Émilie Guerel que cet assureur de profession dépose une plainte devant le TGI de Toulon. Objet : « escroquerie à l’assurance maladie ».

Cette trentenaire, nouvelle venue en politique, est professeur d’anglais au collège Les Eucalyptus, à Ollioules. Où, selon Var-Matin, on ne l’a pas vue depuis la mi-décembre. Or, depuis cette date jusqu’à aujourd’hui, selon plusieurs articles de la presse locale et ses propres communiqués sur sa page Facebook repérés par son adversaire, la jeune femme faisait campagne pour le mouvement d’Emmanuel Macron. « Il apparaît que Mme Guerel s’est livrée à une intense activité à des fins politiques d’octobre 2016 à mai 2017, alors même que, sur cette même période, elle était réputée être malade et placée en arrêt de travail… et qu’elle a été indemnisée de ce chef », pointe la plainte déposée par Me Michel Gravé et Me Lionel Moroni, pour le compte de Jean-Pierre Colin.

Jointe par Le Point alors qu’elle n’était pas au courant de cette action en justice, Émilie Guerel commence par nier la réalité de l’arrêt maladie – du moins, au départ… « Mes adversaires jouent sur les mots, et confondent mise en disponibilité et arrêt maladie, explique-t-elle. Selon une circulaire de 2005 pour les agents publics, nous avons droit à vingt jours pour faire campagne. Si j’avais été en arrêt maladie pour faire de la politique, j’aurais le rectorat à mes trousses… » Puis, en réponse à nos interrogations, la candidate finit par reconnaître qu’elle a effectivement été en arrêt maladie, « pour des raisons de santé ». Mais elle refuse de nous en préciser la période. « Les dates relèvent de la vie privée et du secret médical. » Pas pour Jean-Pierre Colin, après enquête. « À l’heure où la première loi de M. Macron porte sur la transparence et la probité, attaque le candidat centriste, il est temps de mettre fin à ces vieilles pratiques émanant de ceux qui profitent du système et qui sont le contre-exemple de la transparence voulue par tous. »

L’affaire désormais est entre les mains du tribunal de grande instance de Toulon.

Par Jérôme Cordelier

Modifié le 29/05/2017 à 14:42 – Publié le 29/05/2017 à 12:47 | Le Point.fr

http://www.lepoint.fr/legislatives/var-la-candidate-rem-visee-par-une-plainte-29-05-2017-2131154_3408.php#xtor=CS3-192

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s