Accueil » Réflexions et politique » Les Français font des révoltes parce qu’ils sont incapables de faire des réformes ?

Les Français font des révoltes parce qu’ils sont incapables de faire des réformes ?


Pas d’amalgame ni de mélange des genres entre « Révolte » et « Révolution », ces deux termes sont différents.

clip_image002      clip_image004

Gomez dans le rôle de Staline … Mélenchon déguisé en Magicien (d’un coup de baguette magique il va faire notre bonheur !!! Tous les deux ne rêvent que d’une chose, « restaurer un régime totalitaire en voie de disparition »

La révolte ou rébellion est un sentiment d’indignation et de réprobation face à une situation. Elle est aussi, dans un sens plus précis, le refus actif d’obéir à une autorité. Elle correspond donc à une large gamme de comportements : non-respect des normes sociales, désobéissance, tentatives d’insurrection, mutineries, rébellions, tollés. Celui qui se soulève de cette façon est désigné comme rebelle.

La révolte est le plus souvent le fruit d’une action collective, regroupant un certain nombre de personnes aux intérêts partagés, qui agissent de concert vers un même objectif global. Il existe cependant des révoltes conduites de façon individuelle : c’est le cas du sabotage, du terrorisme, de l’agression. Cela dit, la révolte personnelle est rarement conçue comme révolte à part entière. La révolte réunissant un trop petit nombre d’individus est conçue comme un simple « crime » ou « délit ».

La révolte est plus ou moins organisée. Elle peut avoir été planifiée ou non, elle a des objectifs plus ou moins clairs (détruire un élément). Elle peut avoir des leaders (organisateurs de la révolte, représentants élus ou prenant la direction sur le tas).

Une révolution est un renversement brusque d’un régime politique par la force. Elle est aussi définie par le Larousse comme un « changement brusque et violent dans la structure politique et sociale d’un État, qui se produit quand un groupe se révolte contre les autorités en place, prend le pouvoir et réussit à le garder »

Ce que prône Jean-Luc Mélenchon n’est rien d’autre qu’un retour en arrière aux pratiques prolétariennes, privatives des libertés individuelles d’entreprises. (Il faut se souvenir que Mélenchon est issu d’une classe plutôt aisée et non de la classe ouvrière).

Ces révoltes se soldent par la perpétuation de conflits de classe et surtout de graves atteintes aux libertés individuelles. En 1989, la chute du Mur de Berlin précipite, en Europe de l’Est puis en URSS, le renversement des dictatures communistes tandis qu’à l’Ouest, les politiques de dérégulation menées par Ronald Reagan aux États-Unis et Margaret Thatcher en Grande-Bretagne marquent le déclin du socialisme en tant que modèle alternatif au capitalisme et l’hégémonie de ce dernier dans le monde entier : les « lois du marché » s’imposent de plus en plus comme « naturelles » aux populations. Celles-ci, malgré la montée en puissance de la pauvreté, du chômage, de la précarité et des inégalités sociales, cèdent au goût du confort matériel et de la consommation de masse. L’esprit individualiste prend ainsi nettement l’ascendant sur l’esprit révolutionnaire et les idéaux de justice. [

En Chine la révolution de Mao et le terme de « Communisme révolutionnaire et prolétaire » font désormais partie du passé. La Corée du Nord semble être le dernier bastion de cette dictature.

Réformes et « Nécessité des réformes structurelles et économiques »

clip_image006

Dans le cadre de l’ouverture des économies et de la mondialisation économique, les économies doivent améliorer leur résilience. Par ailleurs, les changements technologiques et la transition vers une économie de la connaissance nécessite une adaptation des structures économiques et des règlementations. Réaliser des réformes structurelles, ce qui conduit sur le long terme à une amélioration du solde des finances publiques.

Les réformes structurelles permettent en permanence de s’ajuster au contexte mondial[].

Par ailleurs, les réformes structurelles ne sont pas nécessairement associées à l’adaptation de l’économie à la mondialisation. Une réforme économique est une réforme des politiques économiques publiques ou des règlementations qui visent à modifier le fonctionnement économique d’un pays.

Dans la réalité, les Français sont plutôt allergiques aux réformes (Pas touche à nos habitudes, tout va très bien comme ça !) « Surtout dans la fonction publique et d’Etat »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s