Accueil » Réflexions et politique » Noyade de Nicolas Sarkozy !

Noyade de Nicolas Sarkozy !


clip_image002

En politique, il est toujours très difficile de revenir

En trois mois de campagne, Nicolas Sarkozy n’a jamais su tirer avantage de son statut d’ancien président de la République. Au contraire : déjà rejeté par une large frange de l’opinion depuis son passage à l’Elysée, il a dû subir les attaques de ses concurrents à la primaire, qui ont tous critiqué, à leur façon, son bilan. « Je t’ai vu de près, et justement maintenant, je suis candidate contre toi », lui a par exemple lancé son ancienne ministre, Nathalie Kosciusko-Morizet, lors du deuxième débat.

La campagne de Nicolas Sarkozy a été marquée par des polémiques à répétition qui n’ont pas servi sa cause. En multipliant les excès de langage, il a échoué à prouver qu’il pourrait être un président plus rassembleur que le chef de l’Etat clivant qu’il a été pendant cinq ans. Une rhétorique qui a pu lui jouer des tours, reconnaît Eric Woerth, l’un des piliers de sa campagne, dimanche soir sur France info.

La forte mobilisation des électeurs, pourtant prévisible sur la foi de multiples enquêtes d’opinion, n’a pas été captée par les radars de son équipe de campagne. « S’il y a trois millions de votants dimanche, je vous paie un café ! », plaisantait d’ailleurs l’un de ses lieutenants, interrogé par France info, quelques jours avant le vote.

Pendant trois mois, Nicolas Sarkozy n’a pas concouru comme un candidat à une primaire ouverte : il ne s’est adressé qu’au noyau dur des sympathisants des Républicains. L’épouvantail François Bayrou, agité comme un chiffon rouge, n’a produit qu’une partie des effets escomptés : s’il a bien réussi à détourner de nombreux électeurs d’Alain Juppé, ceux-ci se sont reportés sur François Fillon plutôt que sur Nicolas Sarkozy.

En fait, Nicolas Sarkozy paye également ses propos concernant le mariage gay et le fait d’avoir dit qu’il ne reviendrait pas sur la loi Taubira, alors que cette loi peut être annulée judiciairement au cours d’un procès pour non respect et violation des accords internationaux (article 55 de la constitution) violation de la déclaration Universelle des droits de l’Homme et de l’article 16 DUDH (signé, approuvé et ratifié, par la France)

Moralité on ne traite pas les électeurs par-dessus la jambe… et le plus triste pour ceux qui ont milités dès la fin 2012 (dont je fais parti) pour le retour de Sarkozy et la reprise en main de l’UMP moribonde suite à la guerre fratricide entre Fillon et Copé, nous sommes très mal récompensés de nos efforts)

CBV

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s