Accueil » Les News » Chômage en hausse au 3e Trimestre

Chômage en hausse au 3e Trimestre


Chômage à 10%, une épine dans le pied de Hollande

clip_image002

Mauvaise nouvelle pour François Hollande: le taux de chômage, qui baissait depuis un an, est reparti en légère hausse au 3e trimestre, moins d’un mois avant la possible candidature du président à un second mandat. L’indicateur de l’Insee, mesuré selon les normes du Bureau international du travail (BIT), a augmenté de 0,1 point entre juillet et septembre, pour s’établir à 9,7% de la population active en métropole et 10,0% en France entière. Ces deux taux, qui avaient atteint mi-2016 leur plus bas niveau depuis 2012, s’éloignent de ceux observés en début de mandat de François Hollande: 9,3% en métropole, 9,7% avec l’outre-mer. L’évolution trimestrielle est toutefois à analyser avec prudence, car elle se situe dans la marge d’erreur de l’indicateur (+/-0,3 pt).

Bien que faible, cette hausse tombe mal pour le président, qui annoncera s’il brigue ou non un second mandat avant le 15 décembre et qui a conditionné cette décision à une inversion de la courbe.«L’évolution reste favorable sur un an», fait toutefois valoir dans un communiqué la ministre du Travail Myriam El Khomri, qui y voit une «tendance cohérente avec les bons résultats» sur le marché de l’emploi. Le taux de chômage reste en baisse de 0,4 point par rapport au 3e trimestre 2015.

Au total, l’Insee comptabilise 2,805 millions de chômeurs en métropole, soit 31.000 de plus sur le trimestre (+1,1%) et 118.000 de moins sur un an (-4%). Parmi eux, 1,2 million recherchent du travail depuis au moins un an, soit 4,3% de la population active, un taux stable depuis un an.

Lire la suite : http://www.msn.com/fr-fr/finance/articles-principaux/le-ch%C3%B4mage-remonte-%C3%A0-10percent-une-%C3%A9pine-de-plus-dans-le-pied-de-hollande/ar-AAkoqaY?li=AA4WUr&ocid=spartandhp

Egalement :

Législative 2017, des ministres rejoignent les députés PS qui jettent l’éponge.

À un mois de la convention nationale d’investiture du Parti socialiste, bon nombre de députés de la majorité ont annoncé qu’ils ne se représenteraient pas aux prochaines élections législatives. Certains ministres ont rejoint leurs rangs.

Assiste-t-on, à 7 mois des élections législatives de 2017, à un renoncement général au sein de la majorité socialiste? Alors que plusieurs députés ont récemment annoncé qu’ils n’appartiendraient pas à la prochaine législature, certains membres du gouvernement sont désormais dans le même cas. Dernier en date: Thierry Mandon, secrétaire d’Etat en charge de l’Enseignement supérieur, qui a déclaré mercredi au Mondeque « deux mandats de député, ça suffit ». Cette annonce, que l’ancien lieutenant d’Arnaud Montebourg justifie par sa volonté de « rénover le PS », fait écho aux mésaventures de Myriam El Khomri et Audrey Azoulay à Paris.

La ministre du Travail, suppléante du vallsiste Christophe Caresche dans le XVIIIe arrondissement de la capitale, a été pressentie pour relever le gant dans cette circonscription prenable, malgré l’impopularité du pouvoir socialiste. C’était sans compter le refus d’Anne Hidalgo, dont Myriam El Khomri fut la porte-parole lors des élections municipales de 2014.

Les espoirs d’Audrey Azoulay, ministre de la Culture, d’être parachutée dans la 6e circonscription de Paris -à cheval entre le XIe et le XXe arrondissement- ont également été douchés par la maire. Un ‘niet’ dont les coulisses ont été révélées par L’Opinion.

Un quart des députés PS se désiste

Plus inquiétante, cependant, fut la pluie d’annonces de désistements, parmi les députés PS, pour les législatives qui se tiendront les 11 et 18 juin prochains. En septembre, le président du groupe socialiste à l’Assemblée, Bruno Le Roux, a déclaré à l’AFP qu’un « bon quart » des députés ne se représenteraient pas. Sachant que le groupe majoritaire compte 289 membres (dont 13 apparentés), cela signifie qu’au moins 70 élus ne concourront pas pour siéger dans la XVe législature.

C’est « peut-être un peu plus que d’habitude », avait admis Bruno Le Roux, qui considérait toutefois que « si tout allait très bien, le nombre ne serait pas forcément très différent ». Une chose est sûre: depuis septembre, les désistements n’ont pas cessé. Outre Christophe Caresche, qui laisse donc sa place à Myriam El Khomri, le député de l’Essonne Sébastien Pietrasanta, désabusé par le « populisme ambiant », a également rendu son tablier.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s