Accueil » Réflexions et politique » Juppé Monsieur « ni-ni »

Juppé Monsieur « ni-ni »


clip_image002 Quand Juppé était pour le « ni-ni »

Nicolas Sarkozy qui remonte dans un sondage a renoncé au «ni-ni» tout en attaquant Bayrou. Pour David Desgouilles, le maire de Pau constitue la force du maire de Bordeaux. Nicolas Sarkozy, en adepte du judo, veut faire de cette force, une faiblesse.

Nicolas Sarkozy a créé la surprise la semaine dernière en renonçant au ni-ni et en déclarant que dans le cas d’un affrontement, bien hypothétique, entre Marine Le Pen et François Hollande, il choisirait le candidat socialiste. Que cela vous inspire-t-il? Pourquoi ce brutal changement de stratégie?

David DESGOUILLES. – Nicolas Sarkozy avait décidé dans un premier temps d’être clivant, pariant peut-être que ce serait l’électorat militant, et plus à droite que les élus de son parti, qui ferait la décision dans la primaire. Dans un premier temps, il a connu une dynamique car les thèmes qu’il soulevait (identité, immigration) sont très porteurs. Mais, il a connu ensuite un coup d’arrêt fin septembre avec cette semaine noire (sortie du livre de P. Buisson, reportage sur l’affaire Bygmalion, sondages du premier tour où il était talonné par Macron). C’est alors Alain Juppé qui a inversé la situation dans les études d’opinion. Les référendums que Nicolas Sarkozy a alors proposés n’ont eu aucun effet. À ce moment-là, il est bien possible que l’ex-président ait pris acte que le corps électoral de la primaire ne serait pas assez large pour toucher la France périphérique intéressée par ses thèmes clivants et dépasserait en revanche très largement l’électorat militant qui lui est très majoritairement favorable. Soit un corps électoral de trois à quatre millions de personnes en grande majorité modérées et âgées, beaucoup plus en phase avec Alain Juppé voire François Fillon. Il lui faut donc séduire cet électorat-là et jouer sur le terrain de ses adversaires. D’autre part, il n’est pas exclu que Nicolas Sarkozy cherche à envoyer des signes à l’électorat de gauche dans l’optique d’un second tour où il serait opposé à Marine Le Pen.

Nicolas Sarkozy passe pour être l’inventeur du «ni, ni» tandis que Juppé serait depuis toujours un tenant du Front républicain…

Dès les années quatre-vingt, le RPR prônait le « ni-ni ». Et il était beaucoup plus intransigeant sur son respect qu’aujourd’hui.

s’agit pourtant d’une légende urbaine. Dès les années quatre-vingt, le RPR prônait le «ni-ni». Et il était beaucoup plus intransigeant sur son respect qu’aujourd’hui. Une preuve? En juin 1990, Alain Carignon fut exclu du RPR parce qu’il avait appelé à voter socialiste à l’occasion du second tour d’une cantonale partielle à Villeurbanne. Celui qui a décidé de cette sanction, le secrétaire général du RPR, n’était autre que … Alain Juppé. Ceux qui expliquent que c’est Nicolas Sarkozy qui a inventé le «ni-ni» en 2011 n’ont pas beaucoup de mémoire. J’ajoute que la dernière fois qu’un vote est intervenu en bureau politique des Républicains sur la question, seuls NKM et Jean-Pierre Raffarin ont refusé le «ni-ni». Même Alain Juppé a voté comme Nicolas Sarkozy pour son maintien.

Le Front républicain a-t-il jamais existé à droite?

Le Front républicain a existé pour bénéficier à la droite, notamment en 2002, lors de l’élection présidentielle.

En n’étant pas candidat si Juppé était désigné, Bayrou constitue la force du maire de Bordeaux. Nicolas Sarkozy, en adepte du judo politique, veut faire de cette force, une faiblesse.

La suite ici: http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/11/02/31001-20161102ARTFIG00084-quand-alain-juppe-etait-pour-le-ni-ni.php

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s