Alain Juppé le fossoyeur de Les Républicains

Avec Alain Juppé, la France a-t-elle perdu deux ans (95/97)

clip_image002 Alain Juppé le fossoyeur de Les Républicains

Du discours-fleuve dans lequel Alain Juppé dévoilait ses ambitions réformatrices, juste après sa nomination en mai 1995, à la brève déclaration télévisée ou le premier ministre annonçait son retrait le 26 mai 97, il s’est écoulé deux ans, presque jour pour jour.

Nous avons retrouvé les intentions exprimées le jour de son discours programme du 23 mai 1995 devant les députés, pour les comparer aux faits et aux chiffres de 1997.

Si le bilan semble si décevant, ce n’est pas faute de louables intentions, mais bien de méthode. La réforme d’un pays comme la France n’est pas un diner de gala…

L’affaire Juppé ou les affaires Juppé que les médiats nous cachent intentionnellement.

Pour voir la suite et la totalité des affaires Juppé, c’est ici :

Alain Juppé met en place l’observatoire de l’égalité, publié le 10 octobre 2014 Sud Ouest

http://www.sudouest.fr/2014/11/13/l-egalite-se-met-en-scene31-manifestations-au-programme-1734375-2780.php

En 2015 augmentation des impôts locaux alors que Juppé s’était engagé à ne pas augmenter les impôts

En juin 1995 dans l’affaire de l’appartement, le canard enchainé révèle qu’Alain Juppé occupe un appartement de 189 m2 pour un loyer anormalement bas, Alain Juppé déménagera après une plainte pour « prise illégale d’intérêt » déposé par l’association des contribuables Parisiens.

Dans l’affaire des emplois fictifs de la ville de Paris en 1999, Alain Juppé est mis en examen pour « abus de confiance, recel de biens sociaux et prise illégale d’intérêt »

Le 30 juin 2004 le tribunal correctionnel de Nanterre condamne Alain Juppé à dix-huit mois de prison avec sursis et à une peine de dix ans d’inéligibilité.

Le premier décembre 2004, la Cour d’appel réduit la condamnation à 14 mois avec sursis et à 1 an d’inéligibilité

http://www.liberation.fr/france-archive/1995/06/28/le-fils-juppe-locataire-privilegie-de-la-ville-de-paris_136206

La gestion calamiteuse de Juppé en tant que premier ministre (la France a-t-elle perdu deux années)

http://lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/avec-alain-juppe-la-france-a-t-elle-perdu-deux-ans_1439079.html

Dans la triste affaire des 7 moines de Tibérine en coupant net les négociations et en rappelant les négociateurs, il est en partie responsable de leur décapitation.

http://rue89.nouvelobs.com/2013/05/13/verite-mort-moines-tibehirine-enfin-242283

La boulette de Chirac et la dissolution de l’assemblée Nationale

L’histoire secrète de la dissolution. 17. L’ultime défaite. Retranché à l’Elysée, Chirac, assommé par l’ampleur du désaveu, n’a qu’une obsession: empêcher Séguin et Sarkozy de s’allier pour prendre le RPR. Juppé, qui a compris qu’il devait s’en aller, refuse de s’entêter avec le Président dans ce combat perdu.

http://www.liberation.fr/france-archive/1997/07/28/l-histoire-secrete-de-la-dissolution-17-l-ultime-defaite-retranche-a-l-elysee-chirac-assomme-par-l-a_209941

En 2005, Alain Juppé décide de quitter la France pour le Québec ou il va s’exiler.

Mais il n’est pas le bienvenu partout. Avant de s’installer à Montréal, Alain Juppé et sa femme se rendent à New York pour rencontrer le consul général.

http://www.linternaute.com/actualite/politique/alain-juppe-bonnes-feuilles-juppe-2012/l-exil-au-quebec.shtml

Les (intenses) tractations de Juppé pour son retour au gouvernement sous Sarkozy « Je ne veux pas [le ministère de] l’Intérieur, je n’aime pas les flics. Pas la Justice. Je déteste les juges ».

http://www.europe1.fr/politique/les-intenses-tractations-de-juppe-pour-son-retour-au-gouvernement-sous-sarkozy-2880194

Le premier janvier 2013 avec la mise en place de l’identité heureuse, Alain Juppé remet la Légion d’honneur à l’imam Tareq Oubrou, membre d’une des organisations les plus radicales de l’islam en France.

http://www.sudouest.fr/2014/02/07/la-legion-pour-l-imam-1454453-2780.php

Lorsque les Français prendront connaissance du parcours de Juppé, s’ils ne changent pas d’avis sur celui qui prétend faire leur bonheur, c’est qu’ils sont vraiment hypnotisés pars les médias et les sondages (Juppé est le candidat idéal qui va faire imploser la Droite Républicaine et faire les affaire du FN.

CBV

Heure d’été ou heure d’hiver ?

Mars 2006

Le système de l’horaire d’été est adopté dans plus de 70 pays. Son principe est simple : chaque année, au printemps, les gouvernements décident d’avancer l’heure légale de 60 minutes par rapport à l’heure habituelle de leur fuseau horaire. A l’automne, on revient à l’heure « normale » d’hiver.

Un choix guidé par les économies d’énergie. L’objectif : faire mieux correspondre les horaires d’activité avec les horaires d’ensoleillement afin de limiter les dépenses d’éclairage artificiel en profitant de 60 minutes supplémentaires de jour le soir. Ainsi, en 1975, face au choc pétrolier, L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) a encouragé l’adoption de l’horaire d’été en France. Cette agence gouvernementale a en effet vocation à intervenir dans des domaines tels que l’économie d’énergie, le développement d’énergies et de matières renouvelables ou encore la réhabilitation de sites pollués à travers une compétence d’expertise et de conseil scientifique et technique. L’ADEME finance et organise notamment des programmes de recherche et des actions de formation et d’information auprès des entreprises, des collectivités territoriales, des administrations et des particuliers. Pour elle, le lien entre changement d’heure et économie d’énergie est évident car « la plupart des gens se lèvent entre 6h et 7h du matin or en hiver il fait jour le matin vers 8h et en été vers 6h. » Mais ce mécanisme est aujourd’hui contesté par certains experts non sans raisons.

Ainsi, chaque année, comme dans tous les pays de l’Union européenne depuis 1998, les citoyens français avancent leur montre d’une heure à 2 h du matin, le dernier dimanche du mois de mars et la recule d’une heure, à 3 h du matin, le dernier dimanche du mois d’octobre. D’après l’ACHED, l’Association contre l’heure d’été double, l’Espagne et les pays du Benelux seraient les seuls autres pays au monde à conserver un tel système. La Russie, la Chine, les pays baltes et le Portugal l’auraient abandonné. Elle demande aujourd’hui à la France de faire de même. En 1998, les Etats membres de l’Union européenne ont choisi d’harmoniser les dates de changement d’heure dans un souci de bonne coordination du marché unique. (Mettre toute l’Europe à la même heure)

clip_image001

Heure d’été, heure dite d’hiver, gain réel ou supercherie politique?

En hiver Nous passons de GMT + 2 à Gmt + 1 ! Juste une question ? Le Méridien de Greenwich après l’Est de l’Espagne, traverse la France puis l’Angleterre normalement nous devrions être dans le même fuseau horaire que Londres et non celui de Berlin qui se trouve à l’Est de l’Allemagne, trouvez l’erreur ! Ou est le réel bénéfice en économie (équivalant pétrole) mise en avant en 1974 ?

Le changement d’heure a été mis en place pour la première fois le 14 juin 1916. Objectif d’une France en guerre : économiser du charbon, une ressource très précieuse pour l’industrie. En effet, en décalant la luminosité vers le soir, on espérait utiliser moins d’éclairage, donc moins d’énergies. Après deux éclipses, la pratique a été remise en place en 1975 par un gouvernement mené par Jacques Chirac. Depuis le 28 mars 1976, les Français font donc l’aller retour entre GMT+1 et GMT+2, c’est à dire d’une à deux heures de retard sur l’heure solaire. Sans que le débat autour de l’heure d’été ne faiblisse. Mais pourquoi les autorités nous imposent-elles cette séance de fétichisme horloger tous les six mois ? Parce que les économies d’énergie ont été prouvées. L’ADEME, l’agence d’Etat chargée des économies d’énergie, estime que le changement d’heure permet d’économiser l’équivalent de la consommation d’une ville de 800 000 ménages.  Le changement d’heure, adopté définitivement en France en 1976, a été progressivement étendu à l’ensemble de l’Europe. Depuis 1998, une directive a harmonisé les modalités dans l’ensemble des Etats-membres de l’Union européenne. Ainsi, la date des changements d’heure a été définitivement fixée aux derniers week-ends de mars et d’octobre. Du coup, sortir du changement d’heure demanderait une relative unanimité des pays d’Europe. 

Poitou-Charentes : un nouvel audit confirme l’ardoise laissée par l’ancienne présidente

Poitou-Charentes : un nouvel audit confirme l’ardoise laissée par l’ancienne présidente Ségolène Royal.

clip_image001

La Nouvelle-Aquitaine a bien hérité de 132 millions d’euros de factures impayées par le Poitou-Charentes. La tension monte entre Ségolène Royal et Alain Rousset.

L’ancienne présidente de la région Poitou-Charentes et l’actuel patron de la grande région Nouvelle-Aquitaine s’échangent depuis plusieurs semaines des amabilités sur fond de règlement de comptes… financiers. Dernier épisode : la menace, par la ministre de l’Écologie, de déposer plainte contre son rival d’Aquitaine s’il persiste à évoquer les « dérives financières » du Poitou-Charentes. Au printemps, un audit commandé par Alain Rousset avait en effet révélé de nombreuses incongruités financières sous le mandat de Ségolène Royal (prêts hautement toxiques, soutien à plusieurs sociétés qui ont mis la clef sous la porte, factures impayées…).

L’audit explique pourquoi. D’abord, certains postes ont été sous-budgétisés. La direction chargée de la formation professionnelle continue et de l’apprentissage aurait ainsi utilisé 50 % de son budget voté pour l’année 2015 dès le mois de mars. La note est salée : les dépenses qui n’ont pas pu être assurées ont été reportées en 2016, pour plus de 44 millions d’euros !

La direction responsable des transports propres, deuxième « contributrice » des factures décalées, a quant à elle cumulé pour près de 30 millions d’euros d’impayés… Selon EY, une dépense de 10 millions a, par exemple, été reportée en janvier 2016, donc dans les comptes de la grande région Nouvelle Aquitaine, pour régler deux échéances de novembre et décembre 2015 à la SNCF (acquisition de TER).

La suite sur Le Point

Ces lobbies qui régissent votre vie

Ces lobbies qui régissent votre vie et vous dictent ce que vous devez faire.

Qu’ils soient médias ou associassions…

clip_image002

Vie publique, vie privé, vie politique, ils sont partout, rien ne leur échappe, ils s’incrustent partout et vous ne pouvez plus rien faire sans eux.

En politique vous ne pouvez plus leur échapper, ils décident de tout à la place des groupes politiques. A quoi bon organiser des primaires pour désigner un candidat ! Les exemples sont nombreux, exemple : chez les socialistes le candidat est déjà désigné d’avance par eux au grand désespoir de ceux qui rêvent d’être la candidate ou le candidat final, il en va de-même à droite ou les médias ont déjà désignés le vainqueur… ils sont aidé en cela par des Instituts de sondages qui jure grand Dieu, que leurs sondages sont le reflet de la pensé majoritaire des Français, alors qu’en réalité cela ne concerne qu’un petit millier tout au plus d’individus et parfois moins.

En politique c’est eux qui décident de la conduite à tenir de nos gouvernants

Un exemple avec l’émission « C dans l’air de France 5 » Y à qu’à faire ceci, cela…

Quel que soit les médias, vous n’avez plus droit au respect de votre vie privé, munis de caméras miniatures ils ne se gênent pas pour dévoiler votre intérieur, votre image, votre famille et votre façon de vivre (ce qui est malheureusement très courant, avec la complicité de fonctionnaires peux scrupuleux) ou usant d’un prétexte fallacieux, toutes les ruses sont bonnes.

Concernant les Meurs, là aussi ils sont comme le temps, « d’humeur changeante » tantôt respectueux des valeurs Divines et universelles, mais le plus souvent « Laïcs » et athées. Les valeurs Universelles ils ne connaissent pas (jamais entendu parler) ils sont plus prompts à la destruction des valeurs universelles plutôt qu’à leur sauvegarde. En réalité ils sont davantage anarchistes que respectueux de la liberté d’autrui et des valeurs reconnues (seule leur liberté totale compte) peut importe le quand dira-t-on et que vous soyez d’accord ou pas.

Parmi ces nouveaux maitres à penser que sont les Lobbies, « en tête il y a l’empire du sexe, de la drogue et du trafic d’êtres humains » qui s’incruste partout, que ce soit en politique, chez les médias ou les organisations telles que les Nations-Unies.

Le sexe rapporte beaucoup d’argent, c’est même la première industrie mondiale. L’empire du sexe, de la drogue et du trafic d’êtres humains, c’est aussi le principal complice du plus grand « génocide humain », chaque année c’est des millions de gens qui meurent des conséquences des fantasmes pervers et malsains d’une certaine sexualité hors la loi et contre nature, mais pour le politiquement correct nous devons la mettre en sourdine, après tout, les gens font ce qu’ils veulent en matière de sexualité.

CBV

Facebook Messenger touchés par un virus

Facebook Messenger touchés par un virus

Sécurité informatique: le PS dans le viseur de la Cnil

Messenger, l’application de messagerie du réseau social Facebook, est infectée depuis plusieurs jours par un virus qui arrive sous forme d’un lien envoyé par un ami, selon plusieurs sources.

Le ministère français de l’Intérieur a publié un avertissement mardi soir sur sa page Facebook incitant les internautes à se méfier d’un lien pouvant être envoyé par un ami: « Ce lien contient votre prénom suivi de +Vidéo+ et utilise votre photo de profil comme image d’illustration », explique-t-il.

Dans ce cas, l’internaute doit éviter de cliquer sur le lien avec l’extension « .graphics » qui redirige vers un faux site de la plateforme de vidéos YouTube et incite à télécharger une extension malveillante pour le navigateur Google Chrome.

Si l’internaute a cliqué sur le lien et installé l’extension, il peut néanmoins désinstaller l’extension « Eko » dans les paramètres de Google chrome.

Facebook a confirmé mercredi le problème, mais considère qu’une proportion peu importante d’utilisateurs a été confrontée à ces messages, sans donner plus de précisions.

Le réseau social souligne par ailleurs que le virus n’est pas actif en un seul clic, mais qu’il ne s’active que si l’internaute installe des extensions de logiciel.

« Il est plus important que jamais de protéger les gens qui utilisent Facebook » et le réseau social a développé des « systèmes automatisés qui identifient les liens potentiellement dangereux et les empêchent de se répandre », a dit à l’AFP un porte-parole.

« Nos systèmes nous aident déjà à bloquer ce contenu malveillant sur notre plateforme », a-t-il souligné.

Si Facebook suspecte un ordinateur d’être infecté après un comportement inhabituel d’un compte utilisateur, le réseau social avertit la personne lorsqu’elle se connecte et lui fournit une vérification antivirus spécifique d’un partenaire.

Source : AFP

clip_image002

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) a lancé jeudi un avertissement public au Parti socialiste pour une faille de sécurité sur son site internet ayant concerné « plusieurs dizaines de milliers » d’adhérents.

La Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) a lancé jeudi un avertissement public au Parti socialiste pour une faille de sécurité sur son site internet ayant concerné « plusieurs dizaines de milliers » d’adhérents.

Cette faille permettait d’accéder aux « nom, prénom, adresses électronique et postale, numéros de téléphone fixe et mobile, date de naissance, adresse IP, moyen de paiement et montant de la cotisation de certains adhérents », a précisé la Cnil dans un communiqué.

« Cette faille avait été rendue possible par l’utilisation d’une technique non sécurisée d’authentification à la plateforme » de suivi des primo-adhésions, a précisé la Cnil qui avait été alertée par l’éditeur du site zataz.com, spécialiste en sécurité informatique. 

« Elle a concerné plusieurs dizaines de milliers de primo-adhérents », a encore indiqué la Commission, qui a constaté que « les mesures élémentaires de sécurité n’avaient pas été mises en œuvre » par le PS.

Au lendemain du contrôle de la Commission effectué le 26 mai, le PS a « pris les mesures nécessaires pour y mettre fin », a indiqué la Cnil.

Entendu le 13 septembre par la Cnil, le PS a plaidé « sa bonne foi en rappelant que la faille est survenue à son insu lors de la modification de l’application de suivi des paiements des primo-adhésions le 12 mai 2016 », selon la délibération de la Cnil. 

Le Parti a également affirmé qu’il n’y avait pas eu de « conséquences dommageables dès lors que (la faille) a été brève, qu’il n’est pas établi que des internautes aient eu accès aux dites données et que ces dernières étaient d’une portée limitée ».

Durant l’audience, la formation restreinte de la Cnil a de son côté mis en exergue la « particulière ampleur de l’incident » et a insisté sur le fait qu’il s’agissait d’une fuite de « données sensibles » puisqu’elle a permis de « faire apparaître directement les opinions politiques des personnes ».

« Il s’agit d’informations relevant de la vie privée des personnes que ces dernières doivent être libres de révéler ou non », a relevé la Cnil dans sa délibération.

La Cnil a donc décidé de « prononcer un avertissement » à l’encontre du PS et « de rendre publique sa décision en raison de la gravité des manquements constatés, du nombre de personnes concernées par la faille et du caractère particulièrement sensible des données. »

Le PS a indiqué jeudi soir « prendre acte » de la décision et a réaffirmé « son attachement à garantir la protection continue de ses données ».

Le bateau Hollande prend l’eau de toute part et menace de couler avec le PS

clip_image002

François Hollande est de plus en isolé. Il lui reste un mois (soit après la primaire de la droite) pour décider d’être candidat en fonction de celui qui aura été choisi pour représenter les Républicains.

Alors que la rumeur d’un appel des parlementaires socialistes contre une candidature de François Hollande a semé la panique à l’Elysée, le chef de l’Etat semble cette fois bien incapable de reprendre le gouvernail en main depuis la sortie du livre « Un président ne devrait pas dire ça… ».

Fatigués de sortir les rames pour le président de la République, à contre-courant pour 2017, le président de l’Assemblée (Claude Bartolone) n’hésite plus à le boycotter. En réalité, le patron de l’hémicycle ne cache plus sa défiance envers François Hollande. Selon une journaliste de Libération, il n’a d’ailleurs pas hésité à « faire savoir » à la presse qu’il ne restait pas pour le discours du chef de l’Etat. Lors d’une réunion des députés PS mardi, Claude Bartolone s’est fendu d’une violente charge contre le chef de l’Etat.

« On a un problème d’incarnation. Il y a une distance qui est créée entre la gauche et les Français, entre le président et les Français »

Face à la sinistrose ambiante des Hollandistes, certains soutiens de Manuel Valls en sont convaincus : pour le Premier ministre, c’est l’occasion ou jamais de se présenter. « Hollande ne peut plus être candidat, ce n’est plus une question politique, mais une question de morale », aurait écrit un député proche du président à Manuel Valls après la sortie d’Un président ne devrait pas dire ça…, rapporte Libération.

De fait, du côté des Vallsistes, l’idée fait son chemin. Notamment chez le député de l’Essonne, Malek Boutih : interrogé sur BFMTV, dimanche 23 octobre, ce dernier a littéralement enterré le chef de l’Etat. « Il n’y a désormais plus de candidat naturel à gauche pour la présidentielle, et encore moins François Hollande », a-t-il estimé. Une mise en bière politique évidemment destinée à valoriser Manuel Valls, « seul homme d’Etat potentiel » trouvant grâce à ses yeux.

« Je pense que François Hollande n’est plus la question (…) Sa grandeur serait de nous laisser aujourd’hui combattre et d’essayer d’aller au second tour de la présidentielle, voire pourquoi pas de l’emporter » selon Malek Boutih …Anxieux à l’idée d’une banqueroute aux législatives dans la foulée de la présidentielle, les députés socialistes seraient de plus en plus frileux à afficher leur soutien à François Hollande. « Quand on constate qu’après des semaines de campagne, on n’est toujours pas sur une trajectoire ascendante, il y a une réalité qui s’impose : il est temps d’arrêter l’aventure », expliquait récemment le député PS et proche d’Arnaud Montebourg, Philippe Baumel.

Entre les proches du président, les réunions se multiplient, mais rien n’y fait. « C’est le bazar généralisé, il n’y a plus d’autorité nulle part », dit dépité un proche de l’Elysée dans Le Figaro, vendredi. « Pour la première fois, je pense que ce n’est plus possible… », glisse un ami du président dans Le Parisien. « Je ne vois pas bien comment il peut y aller, mais il va le faire. Et quand il va se lancer, il ne va pas remonter dans les sondages, il va baisser encore ! », prédit, toujours dans Le Parisien » un habitué de l’Elysée », qui, précise le quotidien, « y avait pourtant toujours cru jusque-là ». « Le Foll, Le Drian, Sapin, etc. Ils sont effondrés, effarés, fatigués, quelque part entre la stupéfaction et la lassitude. Ils se disent juste : qu’il nous laisse finir le quinquennat dignement ».

«Juppé n’aime pas les flics et déteste les juges» !

clip_image001

Il y a de quoi, après avoir été condamné, il lui est difficile de les aimer de même qu’il déteste Sarkozy alors que celui-ci avait accepté que l’UMP prenne en charge les frais de justice de Juppé… Comme quoi la reconnaissance ?

Juppé dans l’embarras nettement hostile à leur égard en 2010. C’est en effet ce que rapporte la journaliste Anna Cabana, dans son livre Un fantasme nommé Juppé, sorti le 19 octobre. «Je ne veux pas l’Intérieur, je n’aime pas les flics. Pas la Justice. Je déteste les juges», aurait-t-il déclaré, alors que Nicolas Sarkozy tentait de le faire revenir au gouvernement. Une phrase du plus mauvais effet à l’heure où les policiers manifestent quotidiennement depuis le 18 octobre et que les magistrats sont en émoi suite aux confidences de François Hollande, qui a dénoncé leur «lâcheté».

Invitée de France Inter ce mercredi, la journaliste maintient que ces propos ont bien été tenus par l’ancien premier ministre. Des confidences d’ailleurs rapportées dans un autre de ses livres, paru en 2011: Juppé, l’orgueil et la vengeance (Flammarion). «À l’époque, Alain Juppé avait relu toutes les citations et il était tout à fait d’accord avec cette phrase», affirme-t-elle. À ses yeux, le maire de Bordeaux a aujourd’hui «peur que ça provoque une nouvelle polémique comme le livre de Davet et Lhomme sur les magistrats avec Hollande. «Il y a une terreur chez Juppé d’arriver à un degré de polémique inflammable comme ça», estime-t-elle. De même, elle juge que «c’est pour ça qu’il est parvenu à une telle soustraction de lui-même de la vérité». «En l’espèce, il aurait dû se contenter de rappeler le contexte», conclut-elle. Avant de prévenir, pour appuyer les confidences qu’elle rapporte, qu’elle a pour habitude «d’enregistrer des propos et de prendre des notes».

CBV