Accueil » Les News » Le PIB a reculé au deuxième trimestre !

Le PIB a reculé au deuxième trimestre !


Le PIB a reculé au deuxième trimestre en France !

Ce vendredi, l’Insee a révisé à la baisse son estimation de la croissance au deuxième trimestre. Le PIB n’a pas stagné. Il a reculé de 0,1%. Le gouvernement continue de viser une progression de 1,5% de l’activité cette année.

Mauvaise nouvelle pour Bercy. Ce vendredi, l’Insee a révisé à la baisse son estimation de la croissance au deuxième trimestre. Le PIB n’a pas stagné, comme initialement annoncé, mais reculé de 0,1% en raison de « l’intégration d’indicateurs indisponibles lors de la deuxième estimation et par l’actualisation des coefficients de corrections des variations saisonnières« , précise l’Insee.

Déjà, l’Institut avait abaissé son estimation du premier trimestre. Annoncé dans un premier temps en hausse de 0,7%, le PIB n’a en fait progressé que de 0,6%.

Un objectif de croissance annuelle maintenu

Dans ce contexte, l’objectif de croissance du gouvernement, fixé à 1,5%, est-il atteignable ? Mardi, lors de la présentation du cadrage économique du projet de loi de finances 2017 qui sera dévoilé lors du Conseil des ministres le 28 septembre, Michel Sapin, le ministre de l’Economie et des Finances a indiqué que cet objectif n’était pas modifié. Était-il au courant de la cette révision de la croissance par l’Insee ? Peut-être. L’usage veut que l’Institut communique en amont les résultats de ses calculs aux ministères concernés.

Toujours est-il que l’entourage de Michel Sapin est confiant. « Cette correction ne remet pas en cause le scénario de croissance de 1,5% pour cette année et l’année prochain« , a indiqué à l’AFP une source de Bercy, précisant que le PIB acquis sur les deux premiers trimestres de l’année restait inchangé à 1,1%.

Une consommation des ménages moins robuste

Pour atteindre l’objectif de croissance du gouvernement, il faudrait que l’activité se reprenne au deuxième semestre. Concrètement, il faut que le PIB progresse d’au moins 0,5% au troisième et au quatrième trimestre. Certes, l’indice PMI de la société Markit dans le secteur privé a fait un bond en septembre, pour s’établir à son plus haut niveau depuis quinze mois. Mais la plupart des autres indicateurs macroéconomiques ne sont pas si réjouissants. C’est notamment le cas de la consommation des ménages, le principal moteur de la croissance, qui pèse environ 53% du PIB, contre 12,4% pour l’investissement des entreprises. Pour le quatrième mois consécutif, la consommation des ménages a reculé en juillet.

Hôtels en France : « L’activité recule de 4,5% » (Hervé Becam, UMIH)

21/09/16

clip_image001 Vidéo…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s