Accueil » Les News » Présidentielle 2017 sauve qui peut avant la débâcle…

Présidentielle 2017 sauve qui peut avant la débâcle…


clip_image002

À l’Élysée et dans les cabinets ministériels, Courage, fuyons, sauve qui peut … 57 départs en cent jours

Une enquête du journal Le Monde révèle que le nombre de départs dans les cabinets ministériels et à l’Élysée connaît cette année une augmentation sans précédent.

Sont-ils en 2016 plus nombreux à craindre une déroute à la prochaine élection présidentielle ? Il semblerait que la réponse soit oui. Cette année, le nombre de conseillers ministériels et de la présidence de la République ayant quitté leurs fonctions a doublé par rapport à 2011, selon une étude menée par Le Monde dévoilée ce lundi 19 septembre. Après avoir passé au crible l’ensemble des données du Journal officiel publiées entre le 1er juin et le 15 septembre de cette année, mais aussi de 2001, 2006 et 2011, le quotidien révèle un « résultat saisissant ». Plus de 10% des effectifs ont ainsi cessé leurs fonctions en l’espace de cent jours cette année, soit le double par rapport à il y a cinq ans. De plus, ces chiffres ne prennent pas en compte les départs des ministres Emmanuel Macron (Économie) et Georges Pau-Langevin (Outre-mer), et de leurs équipes respectives.

L’étude indique par ailleurs que ces départs touchent cette année deux fois plus de hauts responsables de cabinet. « Depuis le 1er juin, huit directeurs de cabinet ont mis fin à leurs attributions, ainsi que deux directeurs adjoints, un chef de cabinet et trois chefs de cabinet adjoints », détaille Le Monde. Enfin, le quotidien révèle que la majorité des reclassements se font dans la haute fonction publique, même si « la tentation du privé n’épargne pas les serviteurs de l’État ». Et selon Le Monde, « le temps des reclassements, des recasages et des promotions n’est pas terminé », et risque même de « s’amplifier encore dans les semaines et les mois à venir ».

Où sont-ils partis ? Un certain nombre d’entre eux ont décidé d’aller « pantoufler » dans le privé. L’ex-conseillère à l’économie de François Hollande, Laurence Boone, a ainsi rejoint l’assureur Axa ; le conseiller aux finances Jean-Jacques Barbéris a opté pour l’entreprise de gestion de fonds Amundi ; un autre conseiller à l’économie, Julien Pouget, a choisi l’entreprise pétrolière Total, détaille Libération.

D’autres sont recasés dans le public, qu’il s’agisse de postes honorifiques ou prestigieux, ou dans leurs corps d’origine (notamment l’Inspection générale des Finances). Le chef d’état-major de François Hollande, Benoît Puga, a ainsi été promu grand chancelier de la Légion d’honneur, et son directeur de cabinet Thierry Lataste nommé haut-commissaire de la République en Nouvelle-Calédonie.

Enfin, certaines nominations ont fait polémique. Une pétition a été signée contre la nomination de Philippe Mauguin, directeur de cabinet de Stéphane Le Foll au ministère de l’Agriculture, à la présidence de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s