Accueil » Réflexions et politique » Présidentielle 2017, Nicolas Sarkozy sera-t-il à nouveau candidat ?

Présidentielle 2017, Nicolas Sarkozy sera-t-il à nouveau candidat ?


Présidentielle 2017, Nicolas Sarkozy sera-t-il à nouveau candidat ?

clip_image002

En 2006 il écrivait (je site)

L’authenticité

Il est clair dans mon esprit, que je ne serai candidat ni à n’importe quel prix, ni à n’importe quelle condition, ni pour n’importe quelle mission.

Être candidat pour le prestige de la fonction ne m’intéresse pas. J’ai déjà été plus que comblé de ce point de vue par ma carrière politique et je sais par ailleurs que le prix à payer est beaucoup trop élevé pour avoir cette seule motivation à l’esprit.

Être candidat pour terminer au sommet ne me motive pas davantage.

J’aurai cinquante-deux ans en 2007, un âge considéré comme jeune en politique, bien qu’il ne le soit pas, ce qui devrait d’ailleurs faire réfléchir tous ceux qui pensent qu’à cinquante ans on n’est plus bon qu’à attendre la préretraite.la possibilité de commencer une autre carrière professionnelle m’est ouverte et la perspective me déplait moins qu’on ne pourrait le croire. Je sais depuis longtemps que, quoi qu’il arrive, je ne terminerai pas ma vie professionnelle en faisant de la politique.

Être candidat pour raconter une histoire aux Français, les faires rêver au prix du sacrifice de l’avenir, comme on le fait depuis tant d’années, serait suicidaire dans le monde d’aujourd’hui. Je ne prendrai pas les responsabilités les plus importantes de notre pays sur la base du mensonge, fût-il consenti. Car le mensonge durant la campagne se paie au prix de l’immobilisme durant le mandat.

Je n’oppose pas au mot mensonge le mot vérité. Je lui préfère celui « d’authenticité », tant j’ai pris conscience avec le temps et l’expérience que la vérité pouvait être multiple. Il y a une vérité du moment. Il y a une vérité propre à chaque individu. Il faut donc savoir relativiser. Avec la sincérité en revanche, on ne biaise pas. Je ne conçois pas de participer aux prochains rendez-vous si ceux-ci ne se jouent pas sur l’authenticité du discours et de la personne. C’est pourquoi j’ai choisi d’écrire tel que je suis. Si ce choix présente un risque, je préfère celui-ci à la dissimulation, à l’hypocrisie, au mensonge ou même à la comédie.

(Nicolas Sarkozy Témoignage, page 275 et 276)

***

En 2007 Nicolas Sarkozy a été candidat à la Présidentielle qu’il a remporté de haute lutte face à Ségolène Royal puis fin 2008, c’est la catastrophe avec l’économie mondiale qui s’effondre. Nicolas Sarkozy et les ministres du gouvernement Fillon on dû œuvrer pour sauver les meubles en France. En 2012 il est candidat à sa succession mais c’est sans compter sur la roublardise du clan Chirac qui a œuvré pour le faire chuter en représailles d’une prétendue traitrise de la part de Nicolas Sarkozy qui, en 1995 avait tout comme moi-même, préféré un certain Balladur. Si dans le camp de ceux qui se disent Gaullistes il y a des traitres, c’est bien ceux qui ont œuvrés contre Chaban-Delmas en faisant élire un Centriste (Giscard D’Estaing) et en 1981 en favorisant l’élection de François Mitterrand (n’est-ce pas monsieur Chirac et consorts ?)

Tout comme en 1986 (au secours la droite revient !) la gauche emploie la même tactique en utilisant le Front National pour affaiblir la droite Républicaine et Démocrate. En 1986 pour limiter la casse, Mitterrand a généreusement donné un coup de pouce au FN et à JM Le Pen, avec pour conséquence une bonne trentaine de députés FN au parlement. Actuellement Hollande et les médias usent du même procédé en favorisant la montée du FN pour affaiblir Les Républicains, car Hollande n’est même pas sur de figurer au second tour de la Présidentielle de 2017, il risque même de se retrouver en 4ème position ce qui n’est pas très glorieux pour quelqu’un qui promettait monts et merveilles (moi Président je, et le changement, c’est maintenant !) en réalité c’est l’échec sur toute la ligne. La situation n’est pas la même qu’en 1986 car la durée du mandat de Président est liée à celle du mandat de l’Assemblée Nationale (en 1986, malgré son échec cuisant, Mitterrand a préféré affronter la cohabitation, plutôt que de démissionner et comble de l’hypocrisie après l’échec de la droite dû à la dissolution en 1997 prononcé par Chirac, la gauche réclamait à corps et à cris la démission de Chirac…

Christian-Bernard Vidal (Christian-Papy CBV) :…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s