Accueil » Réflexions et politique » (Les y à qu’à) se pressent pour faire de grandes déclarations d’intention et formuler des propositions « y à qu’à ».

(Les y à qu’à) se pressent pour faire de grandes déclarations d’intention et formuler des propositions « y à qu’à ».


clip_image002

Après chaque catastrophe ou attentats, les politiques (Les y à qu’à) se pressent pour faire de grandes déclarations d’intention et formuler des propositions « y à qu’à ».

Comme il est facile de dire « y à qu’à » faire ceci ou faire cela, il est facile d’incriminer les services de renseignement en disant qu’ils ne font pas leur boulot !…

Que ce soit Juppé, Copé et les autres, qu’ils soient de droite ou de gauche, (y compris les journalistes) ils sont tous pétris de bonnes intentions « y à qu’à » il est facile de dire « nous sommes en guerre » … Le problème est que nous avons à faire à pire qu’une guerre, il s’agit d’une guérilla ou l’ennemi vous tombe dessus sans prévenir. Il peut vous tomber dessus n’ importe où, à n’importe quel moment sans crier gare, vous êtes cueilli à froid. La guérilla est une guerre d’embuscade, une guerre psychologique de harcèlement.

En pratique, la guérilla « guerre psychologique » combine souvent l’effet de surprise psychique et un effet de choc physique ; préparés, répercutés et amplifiés par la propagande.

Il faut avoir vécu ce genre d’évènement pour comprendre la différence. (Je pense que tous ces « y à qu’à » n’ont jamais connus ces moments là, ils ne doivent pas savoir ce que c’est que la peur au ventre, de ne pas savoir ou se trouve embusqué l’ennemi qui peut venir de n’importe ou, cet ennemi peut être n’importe qui.

Selon Juppé « Si tous les moyens avaient été pris », l’attentat « n’aurait pas eu lieu », a déclaré ce vendredi Alain Juppé sur RTL. Le candidat à la primaire à droite a de nouveau plaidé pour une meilleure coordination des services de renseignement. L’évolution sémantique est notable. Après les attentats du 13 novembre, le maire de Bordeaux avait appelé au « soutien à ceux qui aujourd’hui dirigent les affaires de la France, c’est-à-dire le président de la République et le gouvernement. »

« Plus jamais ça ! »
Le constat : il est simple. Par naïveté et angélisme, nous avons peu à peu baissé la garde, voulant croire que le temps des menaces était révolu.
Le temps est venu de la volonté politique : mettre en œuvre un plan réaliste et efficace de lutte contre le terrorisme qui tient en trois points.

I. D’abord, les moyens : je le dis depuis des mois, la France est vulnérable car sous-sécurisée. Je propose, et je suis le seul à le faire, la création de 50 000 emplois dans le régalien : 20 000 policiers et gendarmes, 10 000 policiers municipaux, 10 000 magistrats et gardiens de prison, 10 000 militaires. C’est une nécessité si nous voulons vaincre le terrorisme ! Privilégier l’efficacité en créant une « NSA » à la française, c’est-à-dire une agence technologique du renseignement. Cela permettra d’investir massivement dans le renseignement technologique

Je propose un plan de bataille contre le terrorisme islamiste.

http://www.jfcope.fr/Ca-suffit-La-guerre-est-en-France-assumons-le-enfin.html

Question : pourquoi vouloir embaucher de nouveaux policiers alors que les militaires en garnison sur le sol de France, passent leur journées à glander ? Utilisons-les à des taches de maintien de l’ordre, encadré par des policiers et des gendarmes … Cela fait partie de leur travail (assurer la paix et la sécurité sur le sol de France)

CBV

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s