Accueil » Réflexions et politique » ( Décès de Michel Rocard) Hypocrisie et mauvaise foi de la part de ceux qui l’ont critiqué de son vivant

( Décès de Michel Rocard) Hypocrisie et mauvaise foi de la part de ceux qui l’ont critiqué de son vivant


Tant d’hypocrisie de la part de ceux qui l’ont vilipendé de son vivant et qui au lendemain de sa mort, le place sur la plus haute marche, certains allant jusqu’à en faire un modèle d’exception, voire à se comparer à lui…

clip_image002

Michel Rocard, adulé par certains au lendemain de sa mort et critiqué de son vivant.

A titre posthume on devient presque toujours un être exceptionnel, une figure marquante d’une époque, même lorsqu’on a été critiqué, vilipendé, mis au placard, etc.

Michel Rocard est nommé Premier ministre, le 10 mai 1988, au début du second septennat de François Mitterrand. Peu avant sa nomination à Matignon, ce dernier avait déclaré à Ambroise Roux : « Je vais le nommer puisque les Français semblent en vouloir […] Mais vous verrez, au bout de dix-huit mois, on verra au travers ».

C’était une façon comme une autre pour Mitterrand de se débarrasser d’un gêneur prétentieux à ses yeux.

Pendant ses trois années à Matignon, Michel Rocard recourt 28 fois à l’article 49 alinéas 3 de la Constitution, (un record) ce qui fait de lui le chef de gouvernement ayant le plus souvent utilisé cette procédure facilitant l’adoption d’un texte par l’Assemblée nationale.

CBV[

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s