Accueil » Les News » Après le FMI, l’UE abaisse à son tour les prévisions de croissance pour 2016

Après le FMI, l’UE abaisse à son tour les prévisions de croissance pour 2016


Après le FMI, (-0,2 point) l’UE abaisse ses prévisions de croissance de 0,1 point pour 2016

La croissance de l’économie de la zone euro devrait légèrement ralentir cette année du fait d’une détérioration de la situation de ses principaux partenaires au moment où les effets de la baisse du pétrole et de l’euro commencent à s’estomper, estime la Commission européenne.

Dans ses prévisions économiques de printemps publiées mardi, elle ne table plus que sur 1,6% de croissance dans la zone cette année puis 1,8% l’an prochain, soit dans les deux cas 0,1 point de moins que dans ses anticipations précédentes, début février.

Elle a revu dans le même temps en hausse, à 1,7% contre 1,5% précédemment, la marque de 2015.

La Commission révise aussi en baisse de 0,1 point ses attentes pour la croissance de l’ensemble de l’Union européenne, à 1,8% pour cette année et 1,9% pour 2017.

Dans un communiqué, le vice-président de la Commission Valdis Dombrovskis déclare que « la reprise économique en Europe se poursuit, mais le contexte mondial est devenu moins favorable. »

Outre le ralentissement en cours dans les pays émergents, la CE cite le rebond récent des cours du pétrole, dont le soutien à la croissance devrait faiblir progressivement, et le renchérissement de l’euro qui « pourrait rendre la zone euro plus vulnérable aux effets d’un ralentissement de la croissance mondiale. »

Elle a néanmoins revu en baisse ses prévisions d’inflation pour la zone euro à 0,2% cette année, contre 0,5% précédemment), et 1,4% (contre 1,5%) l’an prochain. Celles de la Banque centrale européenne se situent à 0,1% pour 2016 et 1,3% en 2017.

Si la Commission reste très prudente sur la croissance, elle est un peu plus optimiste sur l’emploi, anticipant pour la première fois un taux de chômage qui passerait sous 10%, à 9,9%, dans la zone euro en 2017 après 10,3% cette année et 10,9% en 2015.

Elle escomptait auparavant 10,5% de chômeurs en 2016 et 10,2% en 2017.

Selon le PMI, L’afflux de migrants en Europe constitue toutefois un « grave problème » pour un marché du travail déjà au ralenti et requiert des mesures d’intégration pour « débloquer » les bienfaits économiques à plus long terme, exhorte le Fonds. « La vague de réfugiés constitue un grave problème pour la capacité d’absorption des marchés du travail de l’Union européenne et met à l’épreuve les systèmes politiques », note l’institution. Plus généralement, alors que les attaques terroristes ne faiblissent pas et que l’instabilité reste forte au Moyen-Orient, le Fonds s’inquiète d’une possible « escalade des tensions géopolitiques » qui minerait davantage la confiance et perturberait le commerce mondial.

Croissance en France : le FMI abaisse ses prévisions

Après avoir gagné 1,1 % en 2015, le PIB devrait progresser de 1,3 % cette année, soit 0,2 point de moins que ce qui était prévu en octobre.

clip_image002

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s