Accueil » Conquêtes, Religions et vassalisation » Expansion de l’islam par la barbarie

Expansion de l’islam par la barbarie


Expansion de l’islam.

Une guerre au nom du Céleste Dieu, en utilisant les principes Judéo-chrétiens d’une religion qui se veut “religion de paix et d’amour”, mais en propageant la violence et l’assassina (le prophète, lui-même était un guerrier et a fait tuer des insoumis pour son idéal religieux)

clip_image002

Guerres de conquête contre les anciens empires Sassanides, perse et Byzantin. Djihad pour prévenir l’islam de l’expansion du christianisme, recherche de butins lors de razzias notamment par les nomades intégrés dans les armées musulmanes, contrôle des réseaux commerciaux par l’aristocratie marchande arabe qui est à la tête des armées, menant une politique initiale de « tolérance islamique » limitée toutefois aux Gens du Livre moyennant un impôt.

Né en Arabie, l’islam prétendument religion de paix et d’amour, s’est étendu par la guerre à la Perse dès 636 (Bataille de Cadésie), puis vers l’Irak, l’Iran, la haute Mésopotamie ; et à l’ouest vers la Syrie, la Palestine et l’Égypte (provinces les plus riches de l’Empire byzantin, qui démarrent son enrichissement matériel).

L’islam pénètre le monde chrétien et gréco-romain peu après la mort du prophète de l’islam Mahomet. Sous les Omeyyades, l’expansion continue, les conquêtes territoriales se faisant par voie terrestre jusqu’en Afrique de Nord amazigh à la fin du VIIe siècle et jusqu’aux côtes espagnoles au début du VIIIe siècle. En 712, certains de leurs conquis berbères menés par Tarek-Ibn-Zyad voulant son armée constituée à 100/100 de berbères (appelés les Maures car originaires de Maurétanie, royaume berbère) franchissent le détroit de Gibraltar (dès leur accostage en terre ibérique, Tareq Ibn Zyad, après avoir ordonné la destruction totale de sa flotte navale par le feu, prononça cette phrase « l’ennemi est devant vous et la mer est derrière vous » et conquièrent l’Espagne, d’où l’architecture du style mauresque. Ils sont arrêtés à Poitiers en 732 par les troupes du maire du palais, Charles Martel, grand-père du futur Charlemagne[

Expansion vers l’Asie centrale, Boukhara, Kaboul, et ils atteignent la frontière de l’Indus. Contact avec l’Empire byzantin, la mer Caspienne et Caucase au nord.

L’Empire byzantin contrôle alors la mer Méditerranée, ce qui peut entraver les conquêtes arabes. Les Arabes construisent alors une flotte et attaquent Constantinople à trois reprises, mais sans succès, car le feu grégeois donne un fort avantage tactique aux défenseurs. Ceux-ci, restant maîtres de la mer bloquent donc l’expansion musulmane, et cessent de commercer avec les Arabes. La mer sera quelque temps une frontière, mais redeviendra rapidement une zone d’échanges. Après une conquête rapide d’un siècle, les frontières ne bougent plus jusqu’au XIe siècle.

Quand les Arabes ont conquis un territoire, ils établissent des camps à part et vivent du fruit de leurs conquêtes et d’impôts (la jizya) versés par les non-musulmans, en échange d’une liberté et protection restreintes. Les musulmans sont enjoints pour leur part de pratiquer la Zakât (aumône au pauvre), un des cinq piliers de l’islam, mais seront, selon les périodes, libres de la pratiquer à leur gré (c’est-à-dire sans contrôle réel) ou non.

Le VIIIe siècle est marqué par la forte résistance de l’Empire byzantin, mais aussi par une agitation à la fois politique et religieuse à l’intérieur du monde arabo-musulman. Unification et arabisation des territoires conquis (par la langue, la monnaie, l’administration), ainsi que leur islamisation (écoles instituées pour répandre le Coran, juges formés au droit musulman) sont donc entrepris.

Les sécessions politico-religieuses n’en continuent pas moins : les Abbassides fondent Bagdad. Il y a alors un déplacement vers l’est du centre politique arabo-musulman, déviant les flux d’arrivées de l’Extrême-Orient, mais éloignant ainsi le Centre du pan Ouest de l’empire. La tension qui en résulte provoque de nouvelles sécessions dont émergeront trois grandes zones de califats : abbasside, fatimide et andalouse; il en résulte aussi une émulation religieuse entre les successeurs de Mahomet.

Aux IXe et Xe siècles, l’Empire arabo-musulman ne s’étend plus sous les Abbassides.

L’islamisation dans la violence et la barbarie, depuis le prophète à nos jours

622 : L’Hégire. Le début du calendrier musulman correspond à la fuite de Mahomet chassé de la Mecque qui se réfugie à Yathrib, future Médine.

630 : Prise de La Mecque (pacte d’Houdaibiya) après 8 ans de conflit avec les tribus Qorayshites de la Mecque.

632-661 : Les quatre premiers califes et le début de l’expansion au Proche-Orient et en Égypte

638 : Prise de Jérusalem

642 : les musulmans pénètrent en Égypte.

656 : Assassinat de `Uthman. Bataille du chameau. Début de la fitna.

661 : Assassinat de `Ali ; début du chiisme.

661–750 Dynastie des Omeyyades (Damas siège du califat)

698 : chute de Carthage

711 : Débarquement en Espagne, amorce de la Conquista mauresque.

718 : Début de la Reconquista dans les Asturies. Échec du siège de Constantinople par les Arabes.

771 : achèvement des conquêtes de l’Indus et de l’Espagne.

732 : défaite arabo-berbère contre Charles Martel à Poitiers.

750–1258 : dynastie des Abbassides (Bagdad siège du califat)

878 : Occultation du douzième imam, descendant de `Ali.

1000 : début des conquêtes en Inde par des souverains turc-musulmans.

1037 : mort du penseur Ibn Sina (Avicenne).

1099 : prise de Jérusalem par les croisés

1187 : Saladin reprend Jérusalem aux croisés

1198 : mort du philosophe Ibn Rouchd (Averroès).

1250–1517 : dynastie des Mamelouks en Égypte

1258 : destruction de Bagdad par les Mongols, fin des Abbassides. Dynastie des Ilkhans mongols.

1297 : mort du sultan Malik as-Salih de Pasai, premier royaume musulman indonésien (Sumatra).

1419 : Le roi de Malacca se convertit à l’islam.

1453–1571 : apogée de l’Empire ottoman, entre la prise de Constantinople (Istanbul) et la défaite navale de Lépante.

1492 : chute du Royaume de Grenade, fin de la reconquête chrétienne en Espagne.

1683 : échec relatif des Turcs ottomans (ils ne repartiront en effet qu’en échange d’un tribut) devant Vienne. L’empire commence un lent déclin.

1924 : abolition du califat en Turquie par Mustafa Kemal.

1928 : fondation en Égypte du mouvement des Frères musulmans.

1932 : les territoires conquis par Abd al-Azi ibn Saoud deviennent le royaume d’Arabie saoudite.

1979 : Révolution iranienne.

2010 : début du Printemps arabe.

A noter que le monde musulman intégriste, n’a pas totalement abandonné le vieux rêve de la conquête de la planète toute entière, par tous les moyens, y compris par l’assassina.

CBV

Publicités

Une réflexion sur “Expansion de l’islam par la barbarie

  1. On devrait parler d’islamofascisme quand on parle d’expansion territoriale par la violence. Ce n’est pas très différent de l’anschluss de l’Allemagne nazie. Le grand mufti de Jérusalem a d’ailleurs eu des contacts avec Adolf Hitler.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s