Accueil » Les News » La bourde de Hollande sur l’acquisition de l’arme nucléaire par la France…

La bourde de Hollande sur l’acquisition de l’arme nucléaire par la France…


La bourde de Hollande sur l’acquisition de l’arme nucléaire par la France…

Selon François Hollande, « sans la Polynésie, la France n’aurait pas obtenue l’arme nucléaire ??? »

Apparemment il est plutôt mal renseigné sur le sujet ou pire il est proche d’Alzheimer.

210 essais nucléaires français au total ont été menés entre 1960 et 1996, d’abord dans le désert algérien puis en Polynésie française, d’une puissance cumulée d’environ 13 mégatonnes, impliquant officiellement environ 150 000 civils et militaires :

  • de 1960 à 1961 : 4 essais aériens à Reggane ;
  • de 1961 à 1966 : 13 essais souterrains à In Ecker ;
  • de 1966 à 1974 : 46 essais aériens à Mururoa et Fangataufa ;
  • de 1975 à 1996 : 147 essais souterrains dans les sous-sols et sous les lagons des atolls de Mururoa et Fangataufa.
  • Le 24 août 1968 a lieu le premier essai d’une bombe H, sur l’atoll de Mururoa dans l’océan Pacifique.

clip_image002 clip_image004

Histoire de l’acquisition de l’Arme nucléaire par la France

C’est avec l’ordonnance 45-2563, du 18 octobre 1945 (presque trois mois après les bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki), signée par le général de Gaulle, qu’est créé le Commissariat à l’énergie atomique (CEA). Cet établissement a pour mission d’effectuer des « recherches scientifiques et techniques en vue de l’utilisation de l’énergie atomique dans les divers domaines de la science, de l’industrie et de la défense nationale ». En 1959 est créée la Société pour l’étude et la réalisation d’engins balistiques (SEREB), le mandataire de l’État et maître d’œuvre des futurs systèmes d’armes de la Force nucléaire stratégique (FNS). La présidence en est confiée à Charles Cristofini. Un an plus tard, la SEREB collabore avec les sociétés Nord-Aviation et Sud-Aviation et établit les programmes des « Études balistiques de base » (EBB), dits des « Pierres Précieuses ». Ils sont destinés à acquérir les technologies nécessaires à la réalisation de la FNS. C’est aussi en 1959 que le premier bombardier Mirage IV, construit par Dassault, est présenté en vol au général de Gaulle lors du salon du Bourget, à peine trois années après la signature du projet.

Le 13 février 1960 a lieu le premier essai français d’une bombe A à Reggane, dans le Sahara algérien. Il est suivi en 1961 par l’essai en vol de la fusée AGATE, première de la série des « Pierres Précieuses » au Centre d’essais d’engins spéciaux créé le 24 avril 1947 à Colomb-Béchar en Algérie française.

En 1963, le gouvernement français opte pour la réalisation de deux nouveaux systèmes d’armes, terrestre et naval, avec :

  • des missiles sol-sol à tirer d’un silo : le SSBS.
  • des missiles mer-sol à tirer d’un sous-marin à propulsion nucléaire : le MSBS,

L’année 1964 marque le début de la permanence de la dissuasion nucléaire française. En effet, le 14 janvier, les Forces aériennes stratégiques sont créées. En février, le premier Mirage IV et le premier avion ravitailleur Boeing C-135 arrivent dans les forces. En octobre, la première prise d’alerte par un Mirage IV, armé de la bombe AN-11, et un avion ravitailleur C-135F a lieu sur la base aérienne de Mont-de-Marsan (40). La triade arme nucléaire, avion vecteur et avion de projection est alors opérationnelle.

Au printemps 1966, avec neuf escadrons de Mirage IV, l’ensemble de la 1re composante de la force de dissuasion est constitué.

In Ecker Sahara : Essais nucléaires

De 1961 à 1966, 13 essais nucléaires français souterrains furent effectués à In Ecker. Auparavant, les premiers essais nucléaires français étaient effectués à Reggane, au centre du Sahara algérien et à 600 kilomètres au sud de Bechar. Mais en 1961, la France abandonne les essais aériens à Reggane à la faveur d’essais souterrains à In Ecker, pour limiter la dissémination des déchets radioactifs dans l’atmosphère, anticipant par là même le Traité d’interdiction partielle des essais nucléaires signé en 1963.

Pour mener la campagne d’essais nucléaires, l’armée française créait le Centre d’expérimentations militaires des oasis (CEMO). 2000 personnes, dépendant essentiellement du 621e groupement des armes spéciales (GAS) occupaient une base-vie à In-Amguel, à 35 km au sud d’In-Ecker, tandis que le Commissariat à l’énergie atomique (CEA) occupait un camp intermédiaire, baptisé Oasis 2.

Désignés par des noms de pierres précieuses, treize essais nucléaires français souterrains sont effectués au CEMO du 7 novembre 1961 au 16 février 1966. Les tirs sont réalisés en galeries, chacune étant creusée horizontalement dans un massif granitique du Hoggar, le Tan Afella.

Lors du second essai souterrain, le 1er mai 1962, se produit l’accident de Béryl. Un nuage radioactif s’échappe de la galerie de tir, la roche ayant été fragilisée lors du premier essai.

Les essais nucléaires se poursuivirent le 2 juillet 1966 en Polynésie française, où la marine française avait mobilisé plus de 100 bâtiments pour la construction des installations du Centre d’expérimentation du Pacifique (CEP) comprenant les sites d’essais nucléaires de Mururoa et de Fangataufa.

L’armée française a procédé à l’évacuation définitive des sites de Reggane et d’In Ecker en 1967, conformément aux dispositions des Accords d’ Évian.

Effet de la radioactivité

Selon un rapport parlementaire français, la population Saharienne vivant dans un rayon de 100 km autour d’In Ecker ne dépassait pas deux mille personnes.

De nombreux soldats français furent irradiés pendant les essais à In Ecker. 12 essais souterrains sur les 13 effectués n’ont pas été contenus et ont produit des fuites radioactives.

Le 24 août 1968 a lieu le premier essai d’une bombe H, sur l’atoll de Mururoa dans l’océan Pacifique. La même année, la France signe le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires.

CBV (ancien militaire de la 11ème Saharienne ayant escorté en 1963, un convoi déménageant le Site de Reggane)

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s