Accueil » Réflexions et politique » Ségolène Royal pas meilleure gestionnaire que son ancien concubin François Hollande

Ségolène Royal pas meilleure gestionnaire que son ancien concubin François Hollande


clip_image002

Poitou-Charentes : Rousset pointe la «dérive» financière de l’ancien fief de Royal

À peine installé dans ses nouvelles fonctions de président de la Région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charente, Alain Rousset a découvert qu’une addition salée lui avait été laissée par ses prédécesseurs. Dans un entretien à Sud-Ouest et la Nouvelle République du Centre ce lundi, le socialiste dévoile le bilan financier catastrophique qu’il a trouvé dans la comptabilité de l’ancienne région Poitou-Charentes, gérée depuis 2004 par Ségolène Royal, puis par des proches. Confronté à plus de 137 millions d’euros d’impayés, le nouveau patron de l’exécutif régional tire la sonnette d’alarme.

«Dès que j’ai été prévenu de cette situation, j’ai donné ordre aux services de la résoudre au plus vite. À l’heure où je vous parle, 46 millions d’euros ont déjà été payés», assure le nouveau président de région. Dans le bilan de Poitou-Charentes les services d’Alain Rousset ont découvert une impressionnante liste d’impayés, pour «62 millions en investissement et 70 millions en fonctionnement». Une facture dont les services régionaux devraient avoir terminé de s’acquitter «dans deux ou trois semaines», «sans poser le moindre souci de trésorerie». Le directeur des finances de la collectivité a été relevé de ses fonctions manu militari, indique-t-il.

«C’est une région qui manifestait beaucoup de volontarisme et avait sans doute les yeux plus gros que le ventre par rapport aux capacités de financement», analyse Alain Rousset, pointant notamment «la multiplicité, sinon l’émiettement, de toutes les actions qui ont été menées». Une attaque en règle contre la gestion impulsée par Ségolène Royal, qui avait fait du Poitou-Charentes son fief et sa vitrine. Mais le nouveau président de région semble viser plus particulièrement son successeur Jean-François Macaire, qui avait pris la suite de l’actuelle ministre de l’Environnement en 2014. «C’est une situation évidemment gênante», admet volontiers Alain Rousset.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s