Accueil » Justice » Erreur d’étiquetage ou de prix ! Les fausses promos

Erreur d’étiquetage ou de prix ! Les fausses promos


Erreur d’étiquetage (fraude ou négligence ?) et les « fausses promos ? »

Balance

Erreur d’étiquetage ou de prix ! Dans la très grande majorité des cas ces erreurs le sont au détriment du consommateur. Comment expliquer cela ? Comment ces erreurs sont possibles ? Et que faire pour les éviter. S’agit-il d’erreurs humaines ou techniques ? Ou est-ce un phénomène de fraude ?

La DGCCRF dans une enquête menée auprès de 1269 distributeurs à relevée de nombreuses erreurs de prix dans plus de 54 % d’entre eux et dans 60 % des cas, elle l’était au détriment des consommateurs. Comment expliquer ce chiffre ? Il se peut que dans la majorité des cas cela découle d’erreurs humaines involontaires (mauvais étiquetage, ou d’un changement qui n’a pas été répercuté en rayon et, ou en caisse) mais c’est majoritairement au détriment du client, bien que cela soit quelque fois et plus rarement, l’inverse.

Les erreurs découlent soit d’une négligence, soit de la dualité des systèmes informatiques, pour l’étiquetage et l’encaissement (il y a tout intérêt à avoir un catalogue avec soi au moment du passage en caisse afin de vérification) La solution très simple consiste à mettre en œuvre l’étiquetage électronique, en effet il permet de synchroniser l’étiquetage au prix d’encaissement. Ce procédé serait à même de résoudre 99 % des problèmes et contribuerait à une bonne image du magasin plutôt que de faire des reproches au client qui utilise la page internet du magasin pour faire une réclamation.

En fait, lorsqu’une erreur est constatée, les distributeurs s’excusent (ce n’est pas toujours le cas) et corrigent l’erreur. Mais ils ne se sentent pas tous en mesure d’apporter de réelles garanties au niveau des prix et c’est dommage et préjudiciable pour l’image du Magasin. (Ce qui est certain, le fait d’être pris en situation de fraude ne fait pas plaisir et quelques fois cela est clairement signifié au client contestataire)

Résultat, c’est un peu la politique du « moins on en parle (moins cela s’ébruite) mieux on se porte »

Et les fausses promos ? Elles sont légions… bien plus que l’on ne le pense !

Les conclusions et le résultat d’une enquête menée par l’UFC Que choisir

« Pour attirer les clients, les grandes surfaces multiplient les promotions et réductions. Encore faut-il que leurs promesses soient tenues, ce qui est loin d’être le cas.

Un exemple de fausse promotion qui consiste à tromper le client en placardant des affichettes avec la mention « promotion » sur des stocks de produits invendus, sans pour autant faire une fleur aux clients (vendu au prix fort) résultat, le client naïf pensant faire une affaire se fait avoir alors que dans d’autres magasins de la même enseigne, on trouve un produit identique vendu à un prix inférieur.

Il y a une autre tactique qui consiste à ne présenter qu’un certain nombre de produit dans les étalages et de conserver le reste pour le ressortir plus tard, mais vendu au prix fort. Dans ce cas c’est le producteur en plus du consommateur qui est lésé alors que dans le cadre d’une promotion il avait consenti un rabais. (Cherchez l’erreur) Ce procédé ajoute à une certaine mauvaise image générale des magasins qui jonglent avec la légalité et les pratiques illicites. (Fort heureusement il arrive qu’ils se fassent épingler et dans ce cas l’adition peut être salée) « 60 000 € d’amende pour publicité mensongère ou de nature à induire en erreur » et l’UFC – Que Choisir ayant obtenu 1500 euros.

CBV

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s