Avis de recherche

Photo des 45 personnages les plus recherchés en Europe

clip_image002

Clic sur image si le lien ne fonctionne pas.

EUROPE’S MOST WANTED FUGITIVES

https://eumostwanted.eu/

Publicités

Commerce et arnaques en tous genres

Commerce, arnaques en tous genres, et manque de vigilance de la part des clients

clip_image002

De la viande bonne pour la poubelle provenant des chaines d’abattages transformée en Steaks hachés ou, en Chorizo, des sachets de salade composée, toute prête et dont la date de consommation est dépassée mettant en danger la santé des clients. (Ce n’est pas du bœuf, c’est de la vache) Des vieilles vaches laitières qui ne sont pas forcément race à viande que l’on fait passer pour du bœuf de qualité supérieure, des volailles provenant d’Asie ou d’ailleurs, y compris de France et dont la qualité est douteuse.

Des fausses promos pour attirer les clients crédules et laissant croire à la bonne affaire, alors qu’il s’agit en réalité de liquider des vieux stocks sans baisse de prix. (Cette pratique est très prisée en grande surface) Et lorsque vous faites une réclamation, certains responsables vont jusqu’à vous faire comprendre clairement qu’ils n’apprécient pas votre démarche, résultat vous avez droit à des reproches en lieu et place d’excuses les plus plates.

Les campagnes de promotions ou de soldes sont propices aux arnaques… Des erreurs d’étiquetage jamais au détriment du magasin mais le plus souvent en défaveur du client qui n’y prend pas garde, etc. …

Bien sur les clients pas très vigilants et surtout naïfs pensent faire des affaires, alors que très souvent par naïveté ils mettent leur santé et leur vie en danger. La grande distribution profite du système ainsi que les fast-foods et pour ce qui est des contrôles sanitaires et des prix normalement effectués par les services de l’Etat, les agents ne font pas toujours correctement leur travail sciemment et détourne le regard (sauf devant les caméras de la Télé) plutôt que d’incriminer un gros employeur local.

Travail / Emploi. (35 h)

Loi des 35 heures (1998 / 2000) susceptible de créer des emplois ?

Les objectifs affichés par le PS pour le passage aux 35 heures étaient :

L’effet escompté de la réforme était de partager un volume de travail donné au sein de la population active. La réduction de la durée du travail s’accompagnerait alors d’une création d’emplois. Ce point a été durement critiqué par des économistes, y compris par des économistes proches du PS comme Thomas Piketty

D’abord défendu dans une perspective de progrès social mais aussi inspirée par une logique de partage du travail, le « passage aux 35 heures » s’inscrivait dans l’objectif prioritaire de créations d’emplois du programme du Parti socialiste pour les élections législatives de 1997. La réforme des 35 heures est une mesure de politique économique française mise en place par le gouvernement Jospin à partir de l’année 2000 par deux lois votées en 1998 et 2000 fixant la durée légale du temps de travail salarié à temps plein à 35 heures par semaine, en moyenne annuelle, au lieu de 39 heures précédemment, en contrepartie d’une plus grande flexibilité des horaires. Cette mesure s’inscrit dans la continuité des lois de réduction de la durée légale du travail, notamment la mise en place des 40 heures par les Accords Matignon en juin 1936, qui ont, en France, participé à la longue histoire de la réduction du temps de travail qui, depuis le XIXe siècle, caractérise l’ensemble des économies développées.

La réduction du temps de travail (RTT) est une politique mise en place par Martine Aubry, sous le gouvernement de Lionel Jospin, visant à réduire la durée hebdomadaire de travail avec l’idée que cela permettrait de créer des emplois et de relancer l’économie en France, pour lutter contre le chômage par le partage du travail (bien qu’il n’y ait pas partage des postes de travail eux-mêmes).

Avec un contingent d’heures supplémentaires fixé à 180 heures, la durée du travail maximale moyenne sur l’année, en l’absence de dérogation, est d’environ 39 heures. Ce contingent n’interdit pas, comme dans le reste de l’Union européenne, un temps de travail effectif maximal de 48 heures sur une semaine isolée.

Dans les cas où la négociation n’a pas donné lieu à des accords, la loi précise les modalités des heures supplémentaires (modifiée en 2003 par François Fillon qui a augmenté les contingents). En 2003, elles sont limitées dans un contingent : 180 heures par salarié et par an, 130 dans les cas où la modulation est appliquée (la durée hebdomadaire varie tout au long de l’année).

Majoration des heures supplémentaires :

Pour les entreprises jusqu’à 20 salariés, 10 % de la 36e jusqu’à la 39e heure incluse, puis 25 % jusqu’à la 43e heure incluse ; pour les entreprises de plus de 20 salariés : 25 % de la 36e heure à la 43e heure incluse ; au-delà de 43 heures, la majoration est de 50 %.

Ces heures supplémentaires peuvent également être compensées par un repos compensateur (une majoration de 25 % équivaut à un quart d’heure par heure supplémentaire). Enfin les heures effectuées hors contingent donnent droit automatiquement à un repos compensatoire (50 % pour les entreprises jusqu’à 20 salariés, 100 % pour les autres).

Les petites entreprises, c’est-à-dire les entreprises et unités économiques et sociales de 20 salariés et moins et le secteur public, ont bénéficié d’un régime dérogatoire les soumettant progressivement aux 35 heures et aux règles de droit commun en matière d’heures supplémentaires.

Premièrement, la durée légale de travail a été réduite de trente-neuf heures à trente-cinq heures deux ans après les entreprises plus importantes, soit à compter du 1er janvier 2002.

Deuxièmement, les heures supplémentaires effectuées dans ces petites entreprises ne donnaient lieu qu’à une bonification de 10 % (au lieu de 25 %) pendant la première année civile au cours de laquelle les « 35 heures » étaient applicables, soit jusqu’au 31 décembre 2002. Cette dérogation a été prolongée par la loi Fillon jusqu’au 31 décembre 2005 lorsqu’aucun accord ne venait fixer un taux de majoration différent. Cet avantage avait été à nouveau prolongé, sans fixation d’une date butoir, en 2005.

Troisièmement, pour ces entreprises, les modalités de décompte du volume des heures supplémentaires réalisables étaient plus avantageuses. Initialement, seules s’imputaient sur le contingent, celles effectuées au-delà de trente-sept heures pour l’année 2002 et à trente-six heures pour l’année 2003. Ce seuil de 36 heures, en lieu et place de 35, avait été pérennisé par la loi du 31 mars 2005.

L’ensemble des dispositifs dérogatoires a été supprimé définitivement par la Loi TEPA.

Dans le cadre de la réduction du temps de travail à 35 heures sans signature d’un accord collectif, ces majorations de 10 % pouvaient être : soit converties en repos, ce qui représente environ deux jours de repos compensateur par an ; soit payées, ce qui représente une augmentation de salaire d’environ 1 %.

De fait, les employés sous ce régime sont passés aux 35 heures payées 35 (donc baisse du salaire de base), mais avec 4 heures supplémentaires par semaine (ce qui est conforme à leur contrat de travail initial, soit 39 heures payées 39). L’employeur pouvait aussi décider d’appliquer un accord cadre (c’est-à-dire un accord signé par les syndicats et les représentants du patronat de la branche professionnelle) ou bien de négocier un accord d’entreprise, soit avec un délégué syndical, s’il en existait dans l’entreprise, soit avec un salarié mandaté par un syndicat représentatif.

CBV

Nouveau rebond du chômage en décembre

Nouveau rebond du chômage en décembre

LE MONDE | 27.01.2016 à 18h00 • Mis à jour le 27.01.2016 à 18h15 |

L’année 2015 s’est achevée par un nouveau rebond du chômage. Selon les statistiques publiées, mercredi 27 janvier, par le ministère du travail, le nombre de demandeurs d’emplois sans aucune activité (catégorie A) en métropole s’est accru de 15 800 en décembre (+ 0,4 % en un mois), effaçant la diminution observée en novembre (– 15 000). Le bilan de l’année écoulée est toutefois moins mauvais que celui de 2014 : 90 000 chômeurs de plus en douze mois dans l’Hexagone (contre + 189 000 l’année précédente). Autrement dit, le chômage a poursuivi sa progression en 2015, mais à un rythme moins soutenu qu’en 2014 (+2,6 % contre +5,7 %).

Si l’on tient compte des demandeurs d’emplois ayant exercé une activité réduite (catégories B et C), la hausse est un tout petit peu plus vive (+0,6 % par rapport à novembre 2015) avec un nombre total d’inscrits à Pôle emploi qui s’élève à près de 5,476 millions en métropole (+ 5 % en un an) et à près de 5,78 millions en englobant les outre-mer (+4,8 % en un an).

Source : http://www.lemonde.fr/emploi/article/2016/01/27/nouveau-rebond-du-chomage-en-decembre_4854819_1698637.html

A quel jeu joue Nicolas Sarkozy

Stupeur et incompréhension… à quel jeu joue Nicolas Sarkozy ?

clip_image002

Nicolas Sarkozy nous trahirait-il une nouvelle fois, après avoir trahi les Français lors du traité de Lisbonne sur la Constitution de l’Europe fédérale ?

Dans son livre, vendu 18,90 € soit 2 euros de plus que son livre « Témoignage » on peut lire que c’est davantage pour des raisons de contextes que de principe qu’il ne souhaite plus que la loi Taubira soit modifiée. « A la réflexion, je crains que, compte tenu de l’état de tension et de division de la société Française auquel a abouti la méthode de François Hollande, le remède soit pire que le mal. Je ne souhaite donc pas qu’on légifère à nouveau, parce que la priorité doit être de rassembler les Français. C’est un point sur lequel, je l’assume, j’ai évolué »

« Parce que la priorité doit être de rassembler les Français ! » Si Sarkozy voulait ajouter encore plus à la division, il est sur la bonne voie avec le déni des promesses faites par son soutien principal « La Droite forte » dont le fondement est, le Sarkozysme, la France pour espérance, le peuple pour boussole, etc. … lors des manifestations contre le mariage pour tous Guillaume Peltier clamait haut et fort « nous abrogerons le mariage pour tous ! » Question : qu’en est-il aujourd’hui, la Droite forte adopterait-elle comme Sarkozy le principe du virage à 180° ?

Ce virage à 180° et le déni des promesses « nous abrogerons la loi sur le mariage pour tous » est déplorable et ajoute encore plus à la division au lieu de rassembler. Il serait plus judicieux de proposer quelque chose de moderne faisant le bonheur de tous et pouvant être accepté par une majorité de Français… Mais quand on est à court d’idées, il ne peut en être autrement.

Ce qui est certain Nicolas Sarkozy va perdre énormément de soutiens, ce qui fait qu’il amenuise encore plus ses chances s’il se portait candidat pour la primaire (ses adversaires ne manqueront pas de lui rappeler certains principes) Comment peut-on espérer résoudre le climat de défiance et de discrédit dont souffre aujourd’hui la vie démocratique dans notre pays, lorsqu’on soumet la parole politique donnée à de tels reniements, comme l’explique dans un communiqué l’association (Sarkozyste) « Sens commun » ? Soucieux de promouvoir le respect de la parole donnée, « Sens Commun » ne soutiendra pas la candidature de personnalités politiques qui ne tiennent pas leurs engagements jusqu’au bout…

Même réaction chez les deux candidats à la primaire favorable à l’abrogation de la loi Taubira.

Pour Hervé Mariton « Je regrette le parjure de Nicolas Sarkozy sur le mariage pour tous, je maintiens mon engagement » Même chose pour Jean-Frédéric Poisson, président du PCD (parti Chrétien Démocrate « Entamer les primaires avec un tel reniement… A quoi set-il de revenir ? »

Pour moi tout comme pour tous ceux qui dénoncent le reniement de Nicolas Sarkozy, cela fait très mal de constater que ce dernier nous trahit à nouveau, surtout après l’avoir soutenu pendant des années (la plaie risque d’être très longue à cicatriser) surtout que du coté du Front national, il ne fait aucun doute que Marine Le Pen, qui avait déclarée « nous abrogerons le mariage pour tous » saisisse l’occasion pour enfoncer encore plus profondément le clou, en profitant du boulevard qui lui est offert par les propos de Nicolas Sarkozy.

(Ps… J’invite tous les Français qui sont favorables à l’abrogation de la loi pour tous à se manifester lors de la primaire LR/UDI en donnant la priorité au candidat qui prônera le respect de la parole donné.

Une chose est certaine le livre de Nicolas Sarkozy « Témoignage » va aller à la poubelle, quand à son nouveau livre, il n’est plus question de l’acheter.

Papy CBV

Lobbying contre les personnes âgées

Le lobbying à l’encontre des personnes âgées, en continu…

Selon un vieux dicton, “les vieux et les femmes au volant = la mort au tournant !”

Selon les statistiques, les personnes âgées sont de très loin, moins accidentogènes que les jeunes.

Mais il est vrai que lorsqu’une personne âgée a un accident, aussitôt c’est un véritable tôlé qui se déclenche avec tous les noms d’oiseaux qui fusent à l’encontre des vieux.

Quand à la sécurité routière elle aurait de fortes propensions à la ségrégation et à la discrimination.

Il existe des normes très draconiennes, mais cependant le bureau de la circulation contourne ces normes en refusant ce que la loi accorde à des personnes handicapées. (Ce qui normalement est sévèrement punis par la loi)

Un macaron pour signaler un vieux au volant !!!

Tout comme pour l’alcootest que les fabricants ont tentés d’imposer dans les véhicules et remis à plus tard par Manuel Valls, bien justement, car cela n’empêche pas les ivrognes de prendre le volant, c’est au tour des macarons signalant une personne âgée au volant !

Question : Quand le lobbying émanant d’associations ou autres fondations cessera-t-il ? D’autant que en ce qui concerne le dit macaron pour les seniors, le lobbying est à but commercial au profit de la dite association.

A quand un macaron signalant un alcoolique au volant avec les lettres « ALC » ? A quand un macaron signalant un drogué au volant avec les lettres « DRG »? A quand un macaron signalant un conducteur susceptible de téléphoner en conduisant avec les lettres « TLP », etc. … La liste risque d’être longue

Concernant les examens médicaux pour les personnes âgées de 75 ans et plus, en 2002/2003 le Conseil d’Etat a justement recalé cette loi pour discrimination à l’encontre des personnes âgées.

Ce que dit la loi : CHAPITRE V : Des atteintes à la dignité de la personne

clip_image001

Section 1 : Des discriminations.

Article 225-1

Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques à raison de leur origine, de leur sexe, de leur situation de famille, de leur grossesse, de leur apparence physique, de leur patronyme, de leur état de santé, de leur handicap, de leurs caractéristiques génétiques, de leurs mœurs, de leur orientation sexuelle, de leur âge, de leurs opinions politiques, de leurs activités syndicales, de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée.

Section 2 : Des abus d’autorité commis contre les particuliers.

Paragraphe 2 : Des discriminations.

Article 432-7

La discrimination définie à l’article 225-1, commise à l’égard d’une personne physique ou morale par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public, dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de ses fonctions ou de sa mission, est punie de cinq ans d’emprisonnement et de 75000 euros d’amende lorsqu’elle consiste :

1° A refuser le bénéfice d’un droit accordé par la loi ;

CBV

Administration Hollande, de pire en pire.

Vous allez-voir ce que vous allez-voir (Moi président, je !!!)

clip_image002 Celui qui triomphe grâce au mensonge sera tôt ou tard puni…

En politique il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir, il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.
Le Socialisme en France n’a rien oublié de ses méthodes d’entant. Le socialisme n’a rien appris de ses défaites, le pire il n’a rien fait pour corriger ses erreurs, bien au contraire ils vont de mal en pis et de pire en pire, « les socialistes n’ont que faire des électeurs. » Ils font leur propre cuisine en interne, au détriment des vœux du peuple qui n’a pas droit à la parole, sauf pour les élections.
« Rira bien celui qui rira le dernier » … ceux qui se vantent le plus, ou critiquent le plus, sont souvent ceux qui en font le moins (les y à qu’à sont légion).
Les grands diseurs ou conseilleurs, ne sont pas les grands faiseurs ;

Chaque fois que les socialistes on eu le pouvoir, ils ont brillé par leur incompétence et surtout par leur impuissance, incapable de résoudre les problèmes du chômage (sauf avec des rustines), incapables de résoudre les problèmes de logement et l’insécurité, (l’insécurité ce sont les autres qui en sont coupables pas eux.) Incapable de réduire de façon durable et significative l’énorme dette publique dont ils on fait cadeau à Raffarin en 2002 (1100 milliards). Et en 2016 ils ne sont pas plus capables, au contraire ils ont doublé la mise attendant un miracle venant d’ailleurs.

CBV