Accueil » Justice » Affaire Tapie/Crédit Lyonnais-Adidas

Affaire Tapie/Crédit Lyonnais-Adidas


Affaire Tapie/Crédit Lyonnais-Adidas: (Bernard Tapie tente le milliard ?)

Le dénouement de cette affaire pourrait bien déboucher sur un effet contraire à celui recherché par ceux (les socialistes) qui ont du mal à admettre que Tapie a des droits.

Une chose est sure, si le Crédit Lyonnais avait été une Banque privé, on n’entendrait plus parler de cette affaire… seulement voilà, les socialistes n’admettent pas que l’Etat soit mis en cause et pris en faute.

clip_image002

La cour d’appel de Paris examine ce mardi le litige entre l’homme d’affaires et le Crédit Lyonnais sur la revente d’Adidas en 1994. Bernard Tapie estime avoir été floué et pourrait réclamer jusqu’à un milliard d’euros.

Un nouveau procès mais qui a un parfum de recommencement. Bernard Tapie demande ce mardi à la cour d’appel de Paris réparation pour la revente d’Adidas par le Crédit Lyonnais, qu’il accuse de l’avoir floué au début des années 1990. En mars dernier, l’homme d’affaires avait prévenu les juges financiers parisiens: « Et je vais continuer! » Quoi qu’il advienne du dossier pénal sur l’arbitrage dans lequel il est mis en examen, il affirme qu’il ne renoncera jamais à obtenir réparation pour ce qu’il estime être son bon droit: être indemnisé, plus de vingt ans après avoir été, à ses yeux, trahi par la banque publique.

En février, la cour d’appel de Paris avait annulé l’arbitrage qui, en octroyant en juillet 2008 quelque 400 millions d’euros à Bernard Tapie, avait d’abord semblé mettre un terme à cet interminable feuilleton, malgré l’indignation que cette sentence avait suscitée. Mais la justice pénale s’en est mêlée et Bernard Tapie, un des avocats de l’homme d’affaires, un des juges arbitre et trois autres personnes sont mis en examen, notamment pour escroquerie en bande organisée.

Loin de mettre un terme à la saga, l’annulation de la sentence ramène la justice à sa genèse: les récriminations de Bernard Tapie contre le Crédit Lyonnais et ses filiales, qu’il accuse de s’être enrichis frauduleusement et à ses dépens dans l’opération de revente d’Adidas à Robert Louis-Dreyfus, puis de mise en Bourse de l’équipementier sportif. Des accusations qui seront contestées à l’audience par le CDR, l’organisme qui gère l’héritage du Lyonnais.

« Il n’y a plus de limites »

Bernard Tapie, 72 ans, devrait revoir ses exigences à la hausse. « Désormais, il n’y a plus de limites », prévenait-il en février, dans son quotidien La Provence. Il pourrait réclamer entre 600 millions d’euros et plus d’un milliard, selon une source proche du dossier. La cour devrait rendre sa décision avant la fin de l’année. Selon Europe 1, l’homme d’affaires pourrait même demander 2 milliards d’euros.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s