Accueil » Réflexions et politique » Crise des réfugiés

Crise des réfugiés


Crise des réfugiés… Les Français Très mécontents de François Hollande

Si les Français restent divisés sur l’accueil à réserver aux réfugiés syriens et irakiens, ils le sont beaucoup moins lorsqu’il s’agit d’apprécier la façon dont le gouvernement gère cette crise migratoire. 66% des Français interrogés sont « assez mécontents » ou « très mécontents » de l’action de l’exécutif français pour encadrer l’arrivée de ces migrants. Ce dernier a notamment annoncé, le 7 septembre dernier, que la France prendrait sa part en accueillant, en accord avec l’Allemagne, 24.000 demandeurs d’asile.

La Mairie de Paris craint d’être débordée dans la gestion des nouveaux migrants

L’accueil des demandeurs d’asile se gère dans la plus grande confusion. La municipalité redoute un «envahissement» des lieux d’hébergement. La droite dénonce l’ « incurie» de l’équipe Hidalgo. Demandez à la mairie de Paris où sont installés les nouveaux migrants dont tout le monde parle et le responsable de la communication de l’équipe Hidalgo vous renvoie… vers la Préfecture. Qui elle-même tergiverse. Le dossier, il est vrai, est sensible.

Plan d’action de Nicolas Sarkozy :

clip_image002

Juppé, Fillon et Bruno Lemaire boudent la journée de travail sur l’immigration organisée au siège des Républicains !

clip_image003

Durant cette journée, trois ateliers prévus traitant des thèmes suivants :

§ les immenses défis migratoires,

§ l’action des autres pays européens,

§ les évolutions et ruptures nécessaires pour refondre la politique d’immigration en France.

Nicolas Sarkozy a clos à 12 heures les travaux par un discours. L’ex-chef de l’Etat a réexpliqué ses propositions

La vague migratoire qui submerge l’Europe n’est-elle pas un sujet majeur pour les Français ?

Des responsables politiques de ce niveau ne devraient-ils pas mettre de côté leurs ambitions personnelles ??? Dans ce contexte aussi grave, et se mobiliser avec leur parti pour proposer des solutions ?

Juppé, Fillon et Lemaire n’affichent-ils pas ainsi leur mépris des militants mais surtout des Français ?

Leur petite stratégie mesquine est maintenant claire : il s’agit de boycotter les réunions pour éviter d’être engagé par ce qui s’y décide ! Mais qu’ils le veuillent ou non, ils seront engagés par les décisions prises et le socle de propositions établi par les Républicains. Ou alors qu’ils disent clairement qu’ils n’appartiennent plus au mouvement …

Stratégie du côté du président des Républicains

Premier objectif : tout faire pour gagner les élections régionales ! Si les socialistes perdent par exemple l’Ile-de-France, ils ne s’en relèveront pas car ils perdront une énorme source de financement pour eux et la myriade d’associations qui gravitent autour d’eux !

§ Deuxième objectif : établir un programme d’alternance crédible pour les Français.

§ Troisième objectif : faire adopter par les adhérents du parti des Républicains un socle de propositions « bien positionnées à droite » qui sera incontournable pour le gagnant des primaires, mais qui, bien avant, engagera tous les candidats à ces mêmes primaires.

La première pierre de cette stratégie a été posée aujourd’hui par Nicolas Sarkozy qui, quelques heures seulement après la fin de la réunion de travail sur l’immigration, a demandé aux militants de se prononcer sur 12 propositions sur ce sujet.

Il va probablement recueillir une approbation massive de ses propositions qui vont aussitôt être intégrées dans le fameux socle de base.

Je pense qu’il va procéder ainsi sur tous les sujets politiques principaux :

§ Quelle politique de Justice ?

§ Comment réformer l’école ?

§ Comment simplifier le droit du travail ?

§ Comment faire baisser les dépenses publiques ?

Plus ce travail va avancer, plus il va devenir difficile, pour les prétendants à la candidature suprême, de se tenir à l’écart de cette machine de guerre qui avance. Si Nicolas Sarkozy, après avoir sauvé le parti de la foire d’empoigne qu’il a trouvé à son arrivée, parvient à faire valider par les militants un jeu crédible de grandes mesures à prendre dès le retour au pouvoir de la droite, qui mieux que lui pourra les mettre en œuvre ?

Les douze questions posées aux adhérents des Républicains :

1. Etes-vous d’accord pour la suspension immédiate de Schengen, ce qui signifie le rétablissement temporaire des contrôles aux frontières nationales pour les étrangers non européens

2. Approuvez-vous la suppression de Schengen I et la refondation d’un Schengen II, ne faisant adhérer que les pays européens adoptant une politique migratoire commune ?

3. Estimez-vous nécessaire de créer des centres de rétention, à l’extérieur de l’Europe, pour empêcher les drames en Méditerranée et n’examiner que les demandes d’accueil provisoire des réfugiés de guerre ?

4. Pensez-vous que, dans le cadre de Schengen II, les Etats européens devront mieux lutter contre la fraude à l’asile, en définissant une liste commune de pays d’origine sûrs ?

5. Faut-il diminuer l’attractivité sociale de l’Europe, en harmonisant les prestations sociales versées aux étrangers dans les pays membres de Schengen II ?

6. Etes-vous favorable à ce que le Parlement vote, chaque année, des plafonds limitatifs permettant de maîtriser l’immigration vers la France et de diminuer le regroupement familial ?

7. Faut-il supprimer, pour les étrangers en situation illégale, l’aide médicale d’Etat (AME) et la remplacer par le traitement de la seule urgence médicale ?

8. Etes-vous d’accord pour que les allocations familiales et les aides au logement ne soient plus ouvertes aux étrangers dès leur arrivée, mais seulement après au moins cinq ans de séjour légal ?

9. Faut-il faciliter les expulsions des clandestins dans leurs pays d’origine, en ne versant plus d’aide publique au développement aux pays qui refusent de coopérer ?

10. Faut-il renforcer les critères de naturalisation, pour mieux respecter le principe d’assimilation à la communauté nationale ?

11. Faut-il adapter le droit du sol, en prévoyant que les étrangers nés en France pourront devenir Français à 18 ans, sauf si l’Etat s’y oppose en cas de condamnation pour des actes de terrorisme ou de délinquance ou lorsque les parents étaient en situation irrégulière ?

12. Pensez-vous que l’étranger qui demande à devenir Français doit faire la preuve de son intégration mais aussi de son assimilation à la communauté nationale ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s