Alain Juppé, candidat des médias et des Enarques

Alain Juppé, candidat des médias et des Enarques qui refusent l’abolition de leurs privilèges et propulsent Juppé au devant de la scène.

clip_image002

Alain Juppé… Porté par la vague des médias dans un seul et unique but (éliminer coute que coute Nicolas Sarkozy) quitte à desservir la vérité, ainsi qu’ils nous le démontrent chaque jour que le Bon-Dieu fait sans discontinuer.

Juppé le grand naïf, n’imagine pas un seul instant quand cas de duel avec Hollande ou son remplaçant désigné, ces mêmes journalistes qui le porte aujourd’hui sur la plus haute marche du podium, n’hésiteront pas à lui préférer le concurrent socialiste. Curieusement ces mêmes journalistes qui l’encensent aujourd’hui, demain vont retrouver la mémoire et lui resservir toutes les casseroles qu’il traine derrière lui, à savoir :

Lui le fils d’un Gaulliste historique, il a trahi et renié son père et la cause gaulliste en 1969 en préférant Alain Krivine.

En 1981 avec Chirac, il a comploté contre Giscard D’Estaing et voter contre, pour faire élire François Mitterrand (en cas de réélection de Giscard, s’en était fini de la carrière politique de Chirac et de Juppé)

En 1986 avec le retour de la droite au pouvoir, son copain et père spirituel est nommé premier ministre sous la présidence de Mitterrand… résultat il est si mauvais qu’il provoque l’effondrement de la droite.

En 1988 Mitterrand bat sans trop de mal Chirac.

En 1995 Alain Juppé est nommé premier ministre de Chirac devenu enfin Président de la République, il fait étalage de sa nullité et à peine 6 mois plus tard il provoque la plus gigantesque grève de l’histoire du RPR et il fini par céder face à la grogne de la rue

Grâce à ses conseils et devant son incapacité à gouverner, Chirac en 1997 prononce la dissolution de l’Assemblée Nationale (merci Juppé). Lors des élections qui ont suivies, la droite est écrasée et le PS revient au pouvoir avec un Jospin revigoré qui ne lâche pas d’une semelle Jacques Chirac (c’est la seconde cohabitation, jusqu’en 2002 ou le PS subit une déroute cuisante) Chirac n’est réélu au second tour que grâce à l’apport massif des voix de la gauche pour empêcher que J-M Le Pen ne soit élu Président de la République.

Faut-il rappeler à Alain Juppé un certain passé judiciaire que les journalistes ne manqueront pas de mettre sur la table ainsi que sa défaite à Bordeaux (législatives) ou il a été battu par la candidate socialiste « Michèle Delaunay » Faut-il rappeler que Bordeaux figure dans les rangs des villes très endettées.

Faut-il rappeler que la gauche a conservé la main mise dans presque tout le Sud-ouest, lors des élections Départementales, par la faute de candidats qui s’affichaient avec Juppé et Bayrou.

Quand sera-t-il des Régionales ? L’adjointe de Juppé va-t-elle réussir à s’accaparer du bastion du PS ???

CBV

France Pays des droits de l’homme?

France Pays des droits de l’homme? clip_image002(collusion et corruption)

Cette France qui vante à qui veut l’entendre « France patrie des droits de l’homme ! » Cette même France qui traine derrière elle des centaines de condamnations, tant par le Comité de surveillance des droits de l’Homme « Nations-Unies » que par la « CEDH » Cour de justice Européenne des droits de l’Homme (Strasbourg)…

Après s’être classée au 22e rang sur 144 du rapport sur l’indice de corruption mondial de Transparency International en 2004, ce qui en faisait l’un des pays occidentaux où les phénomènes de corruption politique étaient les plus répandus, puis au 18e rang sur 163 du rapport de l’année 2006, la France « rechute » puis stagne entre le 22e et le 25e rang de 2008 à 2013, son score étant qualifié de médiocre par rapport à la plupart des autres pays d’Europe occidentale : « Ce score, qui n’a pas évolué de façon significative au cours des années, indique que la France doit encore réaliser de gros progrès en matière d’intégrité dans les relations entre les fonctionnaires de l’État, les politiciens et les hommes d’affaires ».

Il règne trop de complaisance en France avec les affaires de malversations financières.

Il y a un décalage terrible entre les images que les Français ont d’eux-mêmes et l’image qu’ils inspirent dans le monde. Ils ne s’en rendent pas compte, mais toutes les affaires judiciaires laissées en suspens, non traitées, voire étouffées, ont toutes un prix en matière de réputation internationale et ce n’est pas en faveur de la France.

CBV

Le reflet de l’époque ou nous vivons

Le reflet de l’époque ou nous vivons est une triste constatation.

clip_image001

Les médias et ceux qui savent les utiliser font la pluie et le beau-temps, la désinformation règne sans partage et surtout elle est devenue incontrôlable… Il est vrai que les choses vont tellement vite. Mais au pire certains médias partisans n’informent plus, (pire ils se taisent lorsque vous leur faites part de l’existence d’un abus de pouvoir) allant même jusqu’à, si besoin est, et pour les besoins de communication, jusqu’à prendre partie pour le pouvoir et au mieux en étant indulgent surtout pour ne pas trop égratigner le président en exercice et le gouvernement.

Sur l’incompétence de ceux qui nous gouvernent (Ministres et Président de la République) ils n’ont plus rien à proposer d’autre qu’un véritable aveu d’impuissance (ce qui est un véritable constat d’échec pour l’exécutif). Le ton de la gravité des prestations de François Hollande ne sauraient convaincre qui que ce soit. Certes, il a essayé de convaincre et de donner de la dignité à un pouvoir, qui est devenu la risée du monde politique international (problème et bien qu’il voudrait lui ressembler), Hollande n’est pas le Général De Gaulle, il n’en a pas la stature et ne lui arrive même pas à la cheville.

Hormis le mariage gay dont il va bien falloir s’occuper en l’abrogeant, (remplacé par l’union civile et ou association civile ouverte à tous sans distinction aucune et avec les mêmes droits que pour les hétéros) ce qui entre-nous serait une véritable avancée sociale… aucun engagement pris personnellement par Hollande lors de sa campagne pro-présidentielle n’a été tenu, pire la promesse sur le maintient de la retraite à 60 ans (fer de lance avec le mariage gay) n’est plus qu’un lointain souvenir quand à la promesse qu’aucune augmentation d’impôts ne sera pratiquée (cette promesse ne sera pas tenue) ne serait-ce qu’au niveau local sous prétexte que « l’Etat se désengage » cette excuse est mise en avant depuis des lustres, et n’est pas un fait nouveau alors qu’il serait si simple de « gérer les finances de façon saine sans gaspillage des deniers publics »

Autre promesse de F Hollande qui ne sera pas tenu le retour au niveau du chômage tel qu’il était en avril 2008 avant la crise mondiale et cela avant la fin de son quinquennat (mission désormais impossible, à moins de maquiller artificiellement les chiffres)

CBV

La fin programmée de François Hollande…

François Hollande et le scénario de sa propre fin…

Selon Christophe Barbier

« Placide et prudent, il fut en 2012 le bénéficiaire de l’humeur française du moment, c’est-à-dire le rejet, par fatigue, agacement ou allergie, de l’agitation sarkozienne. Comme un fleuve coloré par le sable de sa source, son quinquennat s’écoule avec ce seul marqueur »

Christophe Barbier ne manque pas d’à-propos en écrivant : « c’est l’agitation Sarkozienne » et non la campagne de dénigrement à l’encontre de Nicolas Sarkozy menée tambour battant par les siens (les journalistes) ainsi que les fausses promesses concernant la retraite à 60 ans qui n’est plus qu’un lointain souvenir…contrairement à ce que veut le faire croire Christophe Barbier, l’échec de Nicolas Sarkozy est dû à la campagne assassine menée contre lui par la presse scélérate et la manipulation médiatique accusant Sarkozy sur tous les fronts.

Ce qui est réel (hollande cherche à calquer son comportement sur celui de « feu le Général De Gaulle » exemple : « Dans la vie en général, et dans la politique en particulier, il faut réussir sa sortie ». Quand on est président de son pays, l’impératif atteint même une dimension sacrée : c’est l’entrée dans l’Histoire qui se joue, cette unique apothéose offerte aux dirigeants des temps modernes. Charles de Gaulle, pariant son mandat à quitte ou double sur un référendum puis choisissant la lande irlandaise en guise de limbes d’après-pouvoir, atteint une grandeur médiévale…

Le seul problème est que Hollande ne peut se comparer au Général De Gaule (il ne lui arrive même pas à la cheville) Pour preuve De Gaulle a tenu sa promesse en se retirant suite à l’échec du référendum de 1969, pour Hollande on attend qu’il en fasse de-même et respecte ses propos de 2006 en se retirant suite à l’échec des municipales, l’échec des élections législatives partielles, les départementales et le plus que probable échec des régionales

La véritable Biographie de Christophe Barbier (un journaliste arrogant, vaniteux et orgueilleux) qui se prend pour le Messie (monsieur moi « je »…) Suis un super expert dans tous les domaines.

clip_image002

Papy CBV (Christian-Bernard Vidal)

Voir l’article sur L’Express : http://www.lexpress.fr/actualite/politique/francois-hollande-et-le-scenario-de-sa-propre-fin_1702582.html

La fin de Hollande selon le Nouvel Observateur

 

clip_image002 TERRIBLE RÉQUISITOIRE
Avec franchise et courage le grand journal de gauche, le Nouvel Observateur s’adresse au Président de la République, François Hollande …
C’est une Bombe et pour les médias …. C’est un scoop!
On a rarement vu un journal de gauche écrire un article aussi virulent sur un président lui-même de gauche !!!
A noter que l’article n’est pas signé du nom d’un journaliste, (qui risquait de se faire virer), mais de la Rédaction, ce qui implique la  responsabilité de l’ensemble du journal !!!
Bravo pour le courage de son directeur (Laurent Joffrin) ! Bonne lecture Monsieur Hollande,
Je ne vous appelle pas par votre titre, car, sauf le respect que je vous dois en tant que citoyen, je ne vous considère pas comme mon président.
Ô combien vous avez gesticulé lors de vos discours de campagne, dénigrant votre prédécesseur en disant que la situation de la France   était de son fait et que vous, « moi président » , aviez toutes les solutions.
Qu’en est-il à ce jour?
Pouvez-vous regarder la France droit dans les yeux en disant que vous avez été honnête et que vous n’avez pas menti?
Vous vous vouliez être à la tête d’un gouvernement exemplaire, et « ‘moi président' », vous n’alliez pas vous entourer de gens ayant eu affaire à la justice.
Mais presque tous, ce ne sont pas des casseroles qu’ils traînent derrière eux, mais des quincailleries!
Dois-je vous rappeler le passé judiciaire de votre « premier » premier ministre et d’autres membres du gouvernement?
Ce fut là votre premier faux pas.  Que dire de la nomination de Lionel Jospin?  Et d’Henri Emmanuelli? Les vieux éléphants du P.S devaient sans doute vous manquer… « Moi président » je serai le président de tous les Français, et il n’y aura pas de chasse aux sorcières… (C’est ce que vous disiez).
Nicolas Sarkozy a vraiment été un président d’ouverture, et il l’a prouvé en nommant des ministres de gauche à son gouvernement.
Et vous?  Qu’avez-vous fait?
Vous vous êtes contenté de nommer des amis, pour la plupart sans aucune véritable expérience, comme vous-même d’ailleurs… Et vous faites limoger des hauts fonctionnaires de l’État sous prétexte que ce sont des proches de votre prédécesseur. Sans parler de votre ex compagne qui faisait « virer » des journalistes qui osent s’exprimer. Bien sûr, les autres journalistes sont à votre botte, preuve en est que lors de vos interviews, ils n’osent pas poser les questions essentielles  qui intéressent tant les Français, et lorsqu’ils en posent, vous les éludez par votre sens de la périphrase et du double langage.
Alors, aujourd’hui, faisons un nouveau constat de vos actions… en vacances bientôt ainsi que votre gouvernement.
Pensez-vous que ces vacances soient bien méritées?   Hormis créer des commissions (qui nous coûtent très cher), vous balader et serrer des mains, poser sur une photo dès que vous entendez le bruit d’un appareil, qu’avez-vous fait de concret?
Pas grand chose…
Hormis créer des impôts et surtout des taxes, détruire ce que Nicolas Sarkozy a mis en place, et faire en sorte que la classe moyenne passe à la classe basse…
La philosophie du socialisme est une belle chose quand elle est réellement appliquée: être en faveur des classes les plus défavorisées. Mais ce n’est pas ce que vous faites car vous n’êtes pas pauvre et ne savez même pas ce que cela veut dire.
Par vos mesures, vous faites en sorte de tirer la France vers le bas, je dirais même vers l’abîme.
Elle est belle votre notion du socialisme!   Vous n’aimez pas les riches, cela est une chose entendue…
« Mais alors ! Vous ne devez pas vous aimer vous-même »… pas plus que tous les membres du gouvernement que vous avez choisis… tous fortunés! Car vous en faites partie.   C’est si facile d’échapper à la fiscalité en créant des S.C.I. En ce qui concerne la valeur de vos appartements à Cannes, avez-vous versé un dessous de table à l’agent immobilier pour qu’il fasse une estimation si basse?
En parlant de Cannes, cela me fait penser au Fort de Brégançon…
Votre ex compagne s’y était rendue en avion pour vérifier qu’il n’y avait pas de risques d’être surpris par des paparazzis durant vos vacances. Qui a payé le billet?  Vous, elle, ou le contribuable? Et les 14 cartons de coussins de luxe?  Qui paye? Sans parler du coût de réaménagement des accoudoirs des Falcon (450.000 euros) pour pouvoir y mettre du champagne.

C’est vrai que ce n’est pas la même dimension que celle des bouteilles de jus d’orange de votre prédécesseur, qui ne buvait pas d’alcool !
Vous n’aimez pas les riches, mais vous aimez le luxe !
En parlant de Falcon, cela me fait penser à: avion.  Avion me fait penser à voyage. Voyage me fait penser à étranger.  Savez-vous, monsieur Hollande, quelle est votre image à l’étranger?
Peut-être que durant vos balades au Tour de France, au Festival d’Avignon, aux J.O de Londres vous n’avez pas eu le  temps de lire des journaux tels que ‘The Economist’ , ‘Herald Tribune’ ou encore ‘Der Spiegel’
Vous devriez pourtant, et vous seriez désagréablement surpris… Ils ne parlent pas de vos frasques vestimentaires (qui pourtant ont fait la risée du monde entier), mais simplement de votre incapacité au niveau économique et de votre incapacité à gérer une crise. Il est vrai qu’au niveau économie vous devez être sur un nuage.
Durant votre campagne vous disiez être au courant de tous les chiffres, ce qui ‘moi président’ vous permettait de vous engager sur des   promesses à ce jour utopiques et irréalisables, car vous vous êtes rendu compte de la réalité des choses.
Tout comme vous vous êtes rendu compte que la situation de la France n’est pas du fait de Nicolas Sarkozy, mais du fait d’une crise mondiale.
Mais il est vrai que c’est tellement plus facile de critiquer et tout mettre sur le dos de son adversaire, même si cela manque cruellement d’élégance.
Mais une fois que l’on est au pied du mur on le voit mieux, et c’est dans ce mur que vous menez la France.
L’Europe, le monde sont en crise, mais ce n’est pas la faute de Nicolas Sarkozy.
Mais il est vrai que la France n’est pas concernée   C’est un pays riche aucunement concerné par la crise. La preuve en est, que vous annulez la dette de la Côte d’Ivoire. Dette dont le montant aurait pu éviter aux salariés de P.S.A de se retrouver sur le tapis.
Dois-je vous rappeler, Monsieur Hollande, que la Côte d’Ivoire a, il y a quelque temps, chassé les ressortissants français de façon violente, et que des soldats français sont morts pour les défendre?
Vous disiez ‘moi président’ je serai celui de la transparence.
Laurent Fabius fustige Nicolas Sarkozy qui a reçu le président de la Syrie, et vous?
Vous recevez en catimini le tyran sunnite Hamad Ben Issa El-Khalifa, roi du Bahreïn. Alors pourquoi ne pas l’avoir invité de façon officielle? Soyez transparent comme vous disiez l’être.
Beaucoup de Français aujourd’hui s’interrogent, et doutent de vous.
Même les gens de gauche qui ont voté pour vous, doutent et ne croient plus en vous.
Fin 1981, lors d’un sondage, plus personne n’avait voté pour François Mitterrand, dont vous vous réclamez être le fils spirituel. Mais contrairement à lui, vous n’avez aucun charisme réel, hormis celui d’avoir gesticulé durant votre campagne. Et d’appeler à vous une certaine catégorie de population en promettant le droit de vote (à un certain niveau) aux étrangers. Je ne vais pas fustiger moi-même, mais allez donc passer vos vacances dans certains pays… mais pas en tant qu’invité des autorités… en bas, avec le peuple!!! Vous verrez comment cela se passe…Mais c’est vrai, avec vos appels aux voix, nous devons nous taire devant les musulmans que vous voulez si bien intégrer.
Sachez, Monsieur le  ‘ ‘moi président’ ‘, que la France n’est pas aveugle.
Votre état de grâce n’a duré que peu de temps (voir les sondages), et la France va se réveiller. Même les Français qui on cru en vous, subjugués par votre séance d’hypnotisme durant votre campagne, commencent à en avoir marre de votre immobilisme et de vos balades!
LA FRANCE N’EST PAS DUPE ET SAURA SE FAIRE ENTENDRE.
Monsieur Hollande, votre place n’est pas à celle d’un chef d’état !
Toutes considérations politiques mises à part vous êtes souriant, ouvert au dialogue, aimant le sport et la bonne bouffe, bref, vous semblez être un homme sympa.
Alors, soyez un homme sympa en quittant ces fonctions, car vous n’avez pas les épaules assez larges pour en assumer la charge.

Signé : La rédaction. (Sous toute réserve)

Micros-parti politique en France

Micros-parti politique en France. (C’est quoi ? Est-ce légal ?)

Un micro-parti, ou parti de poche, désigne une structure politique française pouvant servir à contourner légalement la loi sur le financement des partis politiques, qui plafonne à 7 500 euros par an les dons d’un particulier à un parti politique. Un micro parti est un parti politique qui a les mêmes caractéristiques juridiques qu’un parti traditionnel. En général il est organisé autour d’une seule personnalité politique et a peu d’adhérents. Un micro-parti n’est pas une association de droit commun mais une association reconnue par la CNCCFP comme formation politique. La transparence financière est obligatoire.

clip_image002 La Commission nationale des comptes de campagnes et des financements politiques (CNCCFP) est une autorité administrative indépendante ??? (Les neuf membres de la Commission sont nommés pour cinq ans (renouvelables) par décret du Premier ministre, sur propositions du Vice-président du Conseil d’État, du Premier président de la Cour de cassation et du Premier président de la Cour des comptes) Ayant pour objet principal le contrôle des dépenses de campagne électorale et de financement des partis politiques. Elle a été créée par la loi no 90-55 du 15 janvier 1990 « relative à la limitation des dépenses électorales et à la clarification du financement des activités politiques », et mise en place le 19 juin 1990.

[Son rôle : contrôler les comptes de campagne des candidats aux élections européennes, législatives, régionales, cantonales, municipales, territoriales et provinciales (0utre-Mer) dans les circonscriptions de plus de 9000 habitants ; vérifier le respect par les partis de leurs obligations comptables et financières, et communiquer chaque année au Gouvernement la liste de ceux qui ne s’y sont pas soumis, ces derniers perdant alors l’aide publique pour l’année suivante ; assurer la publication sommaire des comptes des partis au Journal officiel ; donner ou retirer l’agrément aux associations de financement des partis ; gérer les formules de demande de reçus-dons ; vérifier, lors de l’examen des souches des formules de reçus-dons, l’absence d’irrégularité au regard de la loi du 11 mars 1988 ; assurer le contrôle du respect de leurs obligations spécifiques par les mandataires financiers (personne physique ou association de financement) et, éventuellement, les sanctionner en refusant de leur délivrer des formules de reçus-dons ; saisir le procureur de la République si un fait susceptible de constituer une infraction pénale est constaté.

La multiplication de ces partis satellites, véritables produits du détournement de la loi sur le financement, pose des questions cruciales pour la transparence de l’activité politique. Depuis 1990, ces petits partis pullulent. Dépourvus d’adhérents pour la plupart, ils bénéficient de généreux donateurs. Leur activité tourne autour d’une seule personnalité : un élu local, un député, un ministre, un président de la République.

Souvent issu d’une association satellite d’un grand parti, les partis de poche présentent les caractéristiques juridiques des partis classiques. Disposant d’une totale liberté de création et de gestion, comme le garantit l’article 4 de la Constitution de 1958, il leur suffit, pour pouvoir financer des campagnes électorales ou d’autres partis politiques, de désigner un mandataire financier, et d’être ainsi agréés par la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques .

Ils sont soumis théoriquement aux règles régissant tous les partis, notamment en matière de financement. Ils ne peuvent recevoir de dons de personnes morales, comme des entreprises. Les dons des personnes physiques sont plafonnés à 7.500 euros par an et par parti, le financement des campagnes à 4.600 euros par candidat. L’aide publique est soumise à des règles strictes et encadrées.

Difficile de faire l’inventaire exhaustif des personnalités politiques impliquées dans près de 300 formations politiques. D’autant que la gestion en est discrète Qu’ils s’appellent « clubs de réflexion« , « association de soutien », ce sont bien souvent des partis politiques au sens juridique. Ils peuvent donc financer d’autres partis ou des campagnes et recevoir des dons dans la limite fixée par la loi.

Hystérie chez les Enarques contre Sarkozy

clip_image001 Hystérie collective exacerbée chez les Enarques à l’encontre de Sarkozy…

Le pourquoi Nicolas Sarkozy dérange chez les Enarques au pouvoir et les politiques anciens de l’ENA et de la haute sphère Etatique.

Nicolas Sarkozy n’est pas issu de la caste des Enarques, il n’appartient pas à cette organisation de hauts fonctionnaires formé pour maintenir le système de pillage du contribuable. Cet étranger est suffisamment étranger au système des apparatchiks pour pouvoir décider d’y mettre fin. C’est là, la volonté de Nicolas Sarkozy, de changer le Statu des fonctionnaires rentiers à vie, et c’est une des causes de l’hystérie collective des corporatistes menacés par cette réforme dont Nicolas Sarkozy est le seul capable de mener à-bien, (réformer et supprimer les privilèges des récipiendaires de l’Etat).

C’est aussi pour cela que les anti-Sarkozy font feu de tous bois et pour masquer leurs vraies motivations, ils fabriquent avec l’aide des médias complices, des affaires (vraies fausses affaires) dans le seul but de détruire politiquement cet empêcheur de tourner en rond qu’est Nicolas Sarkozy.

Le but premier des études au sein de l’ENA est pour devenir haut fonctionnaire au service de l’administration d’Etat et non pour faire carrière en politique.

L’école nationale d’administration (ENA) a été créée par l’ordonnance no 45-2283 du 9 octobre 1945 []par le Gouvernement provisoire de la République française, alors présidé par le Général de Gaulle. Le rôle de l’ENA est de former des Hauts fonctionnaires pour l’administration publique d’Etat et n’a pas vocation à former des politiques.

Le népotisme chez les Enarques est la tendance de certains à favoriser l’ascension des membres de leurs familles dans la hiérarchie qu’ils dirigent, au détriment des processus de sélection ordinaires, du mérite et, le plus souvent, de l’intérêt général. Le terme est parfois utilisé, par extension, pour désigner la tendance à favoriser ses protégés ou ses amis proches au détriment de processus de sélection ordinaires, du mérite ou de l’intérêt général, mais l’usage est alors assez impropre : il vaudrait mieux parler de favoritisme ou de copinage par exemple.

Le corporatisme Mécanismes utilisés chez les Enarques au pouvoir.

La défense d’intérêts particuliers vise essentiellement une protection contre la concurrence pour maintenir ou augmenter des avantages, généralement pécuniaires. Avec un risque de collusion avec leur appareil, sont l’attribution de statuts privilégiés et de barrières / normes réglementaires sur l’exercice de l’activité, le tout présenté comme garantissant aux utilisateurs un meilleur professionnalisme. La cooptation, formalisée ou tacite, est également un moyen puissant du corporatisme Enarque.

CBV