Accueil » Les News » l’ex-président Morsi condamné à mort

l’ex-président Morsi condamné à mort


Egypte : l’ex-président Morsi condamné à mort

clip_image001 par Melinda Davan-Soulas
le 16 mai 2015 à 11h49 , mis à jour le 16 mai 2015 à 11h54.

clip_image003

Afrique Déjà condamné à 20 ans de prison lors d’un premier procès en avril pour incitation à la violence contre des manifestants, l’ancien président égyptien déchu, Mohamed Morsi, a été condamné à mort, samedi au Caire, pour espionnage, évasions de prison et violences.

clip_image004

Les deux verdicts ont été intraitables avec Mohamed Morsi. Jugé pour espionnage et pour des évasions de prison suivies de violences, l’ancien président égyptien a été condamné à mort, samedi par le tribunal du Caire. Une centaine d’hommes et une femme ont également écopé de la peine capitale. En avril, Morsi avait déjà été condamné à 20 ans de prison pour incitation à la violence contre des manifestants lors de son année au pouvoir.

Dans la première des deux affaires, l’ex-président et ses 35 co-accusés, dont des dirigeants des Frères musulmans, étaient accusés d’avoir fourni « des rapports de sécurité » à l’Iran. Ils devaient également répondre d’espionnage en faveur de « l’organisation internationale des Frères musulmans » et du mouvement palestinien Hamas « en vue de mener des attaques terroristes dans le pays pour y semer le chaos et renverser l’État ». Le pouvoir actuel a toujours estimé que le gouvernement de Morsi avait reçu le soutien du Hamas qu’il accuse d’avoir mené des attentats en Egypte.

Un nouveau régime encore plus répressif ?

Mais c’est pour le second verdict que la peine de mort est tombée pour l’ancien haut responsable égyptien. Il était cette fois impliqué dans des évasions massives de prison et des attaques visant la police durant les soulèvements de 2011 contre Hosni Moubarak. Quelque 130 accusés, dont une majorité d’activistes palestiniens et libanais jugés par contumace, étaient soupçonnés d’avoir planifié les violences et de s’être échappés de prison. Les Frères musulmans sont désormais considérés comme responsables des attaques de commissariats et des violences qui ont suivi.

La peine doit désormais être transmise au grand mufti d’Egypte pour avis consultatif avant d’être officiellement proclamée. Morsi devra ensuite répondre à deux nouveaux chefs d’accusation : outrage à magistrat et espionnage au profit du Qatar.

Premier président élu démocratiquement, Morsi a été renversé en juillet 2013 par l’actuel chef de l’Etat, le général Abdel Fattah al-Sissi, dont le régime est qualifié par des défenseurs des droits de l’Homme comme beaucoup plus répressif. Depuis l’arrivée au pouvoir d’al-Sissi, quelque 1 400 manifestants ont été tués, 15 000 personnes emprisonnées, notamment des membres des Frères musulmans proches de Morsi, et des centaines condamnées à mort.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s