Accueil » Les News » le prix du baril de pétrole va rester bas au moins jusqu’en 2025

le prix du baril de pétrole va rester bas au moins jusqu’en 2025


Energie : le prix du baril de pétrole va rester bas au moins jusqu’en 2025

clip_image002

Selon un rapport de l’Opep, le prix du baril de pétrole ne devrait pas dépasser les 89 euros jusqu’en 2025 (AFP)

Une bonne nouvelle pour les automobilistes ! Les prix des carburants à la pompe ne devraient pas flamber dans les annnées à venir même si des fluctuations en raison des tensions géopolitiques sont possibles. Selon l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), les prix du brut ne devraient plus dépasser le niveau symbolique de 89 euros le baril jusqu’en 2025.

Un premier scénario verrait même les prix du baril de pétrole passer en deçà des 35 euros, explique le Wall Street journal. Un autre prévoit, au mieux, un baril autour de 67 euros.
L’effondrement des prix du baril de 60% entre juin 2014 et février 2015 est la conséquence directe du véritable combat qui se joue entre les américains dont la production de pétrole a fortement augmenté grâce au pétrole de schiste et de certains pays producteurs comme l’Arabie Saoudite. Pour garder leur suprématie, la stratégie des pays producteurs de pétrole a été d’inonder le marché pour faire baisser les prix afin de rendre la production de pétrole de schiste trop coûteuse. Reste que cette stratégie ne semble pas payer. Dès que les cours du pétrole remontent, le nombre de puits de forage aux Etats-Unis augmente immédiatement…
Problème : cette baisse des prix pour les pays producteurs de pétrole pourrait provoquer une véritable crise économique d’ampleur. Ces pays ont besoin de trésorerie de pétrole pour équilibrer leurs budgets. Or, seuls deux membres de l’OPEP- le Qatar et le Koweït – peuvent couvrir leurs dépenses publiques prévues à 67 euros le baril, selon les données du Fonds monétaire international. La plupart des membres exigent des prix au dessus de 89 euros. Pour s’en sortir, l’Algérie a même besoin d’un baril à 115 euros.
La réponse des pays producteurs de pétrole devrait se dessiner au mois de juin lors de la prochaine réunion des ministres de l’Opep. Plusieurs hypothèses sont avancées : l’Opep pourrait être amenée à rétablir des quotas de production stricts alors qu’ils avaient été abandonnés en 2011. Ces quotas pourraient être modulables en fonction de la situation économique des pays producteurs pour permettre à l’Algérie ou encore au Venezuela au bord de la faillite de se relancer.
De son côté, l’ex-ministre qatari du pétrole Abdallah al-Attiyah a mis en garde les membres de l’Opep contre une réduction unilatérale de leur production pétrolière et préconise un accord avec les producteurs non membres de l’Opep avant de baisser la production. «Autrement, ils perdront des parts de marché et d’autres profiteront de prix élevés tout en produisant plus», a-t-il expliqué en estimant qu’il y a actuellement un surplus d’au moins deux millions de barils par jour (mbj) sur le marché et que plusieurs pays ont déjà accumulé d’importantes réserves.

http://www.leparisien.fr/economie/energie-le-prix-du-baril-de-petrole-va-rester-bas-au-moins-jusqu-en-2025-12-05-2015-4765403.php#xtor=AD-32280599

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s