Accueil » Réflexions et politique » Chômage, consommation, économie, croissance.

Chômage, consommation, économie, croissance.


Chômage, consommation, économie, croissance.

clip_image002

Chômage en hausse, consommation en baisse. L’économie Américaine et donc le moteur de la croissance au point mort !!!

Chômage en hausse continue, la consommation des ménages français en biens a reculé de 0,6% en mars en raison du repli de la consommation d’énergie (-3,2%) selon les données publiées jeudi par l’Insee.

Ce ne sont pas les derniers chiffres qui vont améliorer la situation. Ce sont encore plus de 15 400 chômeurs supplémentaires pour le mois de mars ! Fait aggravant, lorsque l’Amérique éternue, le reste du monde occidental s’enrhume (c’est encore plus vrai pour la France)

Ce bilan catastrophique, les Français en payent le prix tous les jours. L’échec est sans appel.
Cette situation dramatique n’est pas une surprise. Depuis que François Hollande a été élu. Les seules réponses de la gauche, c’est : «  toujours plus de dépenses publiques » soit 140 milliards d’€ de plus que la moyenne européenne), toujours plus de fonctionnaires (60 000 embauches) et toujours plus de dettes (200 milliards de plus en 3 ans) !
Le mensonge, et l’échec sont la marque de fabrique de ce quinquennat. Rappelez-vous les promesses sur le monde de la finance qui paierait pour tout le monde, la courbe du chômage qui devait s’inverser dès la fin 2012, puis en 2013, puis en 2014, puis en 2015 et finalement ce ne serait pas avant fin 2016… Combien de temps encore, ce gouvernement va-t-il mentir aux Français ?

La croissance Américaine est aléatoire

L’économie Américaine est au point mort. Et pourtant on nous a abreuvés à satiété de la croissance Américaine et du boom économique et du chômage a son minimum, mais, mauvaise nouvelle, ce n’était qu’un mirage car au premier trimestre 2015 la croissance des Etats-Unis n’a été que de 0,2% alors qu’au troisième trimestre 2014 les Etats-Unis se vantaient d’une croissance de 5% et la chute au quatrième de 2,2%, bien que l’espérance était basée sur 1% en rythme annualisé.

L’embellie de 2014 avec un Dollar fort et un Euro en chute (11% en trois mois), n’a plus aucun effet (chute de 60% du prix du pétrole) Acheter aux Etats-Unis avec un faible écart entre Dollar et Euro la différence est trop minime et les exportations en ont pris un sacré coup (-7,2% sur trois mois)

Au final et dans les faits la croissance ne s’avère que le fruit de facteurs boursiers, du pétrole pas cher et de la consommation qui s’en suit, hélas cette dernière a chuté…

Papy CBV (Christian-Bernard Vidal)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s