Accueil » Conquêtes » Ukraine Etat souverain

Ukraine Etat souverain


Ukraine clip_image002 Normalement un Etat souverain

Accuser les Etats-Unis de vouloir étendre leur domination jusqu’aux portes de la Russie, c’est faire un mauvais procès d’intention et oublier que la fédération de Russie est un immense empire colonial et dictatorial dont le point de départ en est la principauté de Moscovie. Un empire Russe d’où il est difficile de s’échapper. L’Ukraine, si ses réserves énergétiques sont quasiment nulles elle en est le grenier des Russes. Il ne faut pas oublier la guerre Russe contre les Tchéchènes qui réclamaient leur indépendance totale vis-à-vis du régime dictatorial Russe, également l’intervention Russe en Géorgie pour venir en aide aux colons Russes, etc. …

Viktor Iouchtchenko ancien Président, victime d’un empoisonnement et d’une tentative d’élimination physique par les opposants pro-russes et colons Russes

Ioulia Tymochenko. (victime de sévices et emprisonnée par le pouvoir Pro-russe au pouvoir. Femme d’affaires avec son mari depuis la perestroïka, elle fait fortune dans l’industrie gazière. Elle est élue députée au Parlement en 1996. Elle fonde, en 2001, le Bloc Ioulia Tymochenko (BIouT), une coalition de partis politiques de centre-droit la soutenant.

Histoire de l’Ukraine

L’Ukraine est le foyer du premier État slave oriental, fondé par des Scandinaves : la Rous’ de Kiev (appelée aussi dans les écrits occidentaux Ruthénie), qui durant les Xe et XIe siècles est l’État le plus vaste et aussi, après l’Empire byzantin, le plus puissant d’Europe. Au IXe siècle, Kiev est prise aux Khazars par les Varègues (Vikings orientaux en russe) d’Oleh le Sage (de Novgorod). Située sur des routes marchandes lucratives, Kiev devient rapidement le centre d’un puissant État slave, appelé « Rus » ou Ruthénie. Selon la tradition, en 988 eut lieu, sous le règne de Vladimir le « Beau Soleil », le baptême de ce qui sera le peuple russe. Sous le règne de Iaroslav le Sage (1016-1054), le prestige de l’État kiévien atteint son apogée : il s’étend alors de la mer Baltique à la mer Noire et du confluent de l’Oka avec la Volga jusqu’aux Carpates septentrionales. Iaroslav est un grand bâtisseur — c’est lui qui fait construire la célèbre cathédrale Sainte-Sophie à Kiev — et un grand législateur. Le droit, l’éducation, l’architecture et l’art kiévien connaissent un renouveau impressionnant sous son règne. En 1051, il marie sa fille Anne de Kiev au roi Henri Ier de France.

Cependant, au XIIe siècle, des conflits éclatent entre différents seigneurs locaux. Ces conflits mènent l’État kiévien au déclin, fractionné en plusieurs principautés rivales. Kiev est saccagée par la principauté de Vladimir (1169) durant la lutte pour le pouvoir entre les princes, et plus tard par les Coumans et les Tatars Mongols aux XIIe et XIIIe siècles. Ces derniers finissent par imposer leur souveraineté dans toutes les principautés ruthènes. La cruauté de l’autorité mongole, notamment en matière pénale, pousse les populations autochtones à fuir vers d’autres pays comme la Pologne, la Hongrie ou la Moldavie.

clip_image003 À la suite de la révolution paysanne anti-féodale (1648-1654), connue dans l’histoire comme Hmelnichina, la partie orientale de l’Ukraine s’émancipe du pouvoir lituanien et se constitue en État autonome de caste cosaque : le Hetmanat cosaque, administré par les chefs cosaques et dirigé par un Hetman élu, est établi et perdure pendant plus d’un siècle malgré la pression des envahisseurs moscovites attirés par les terres riches et fertiles. À la suite du traité d’Androussovo, il est partagé en deux : une partie est placée sous le protectorat de la République des Deux Nations, l’autre sous un protectorat moscovite qui perdure pendant plus d’un siècle. Le territoire des Cosaques Zaporogues de la Sitch est tout d’abord cogéré par les deux souverains.

Les partages entre les empires russe et autrichien

Catherine la Grande, impératrice de Russie, supprime le Hetmanat au milieu du XVIIIe siècle et détruit la Sitch dans le dernier quart du XVIIIe siècle. Le partage de la Pologne lui permet de récupérer pratiquement toute la rive droite — du Dniepr — à l’exception de la Galicie, passée sous administration de l’Autriche, laquelle deviendra en 1867 l’Empire austro-hongrois. Les grandes steppes incultes du sud — en Nouvelle Russie — sont colonisées par des paysans venus de tout l’Empire, mais aussi d’Allemagne — notamment les mennonites — ou de Hollande, appelés par l’impératrice en échange de privilèges fiscaux. Le port d’Odessa (dont le nom a été choisi d’après celui d’Ulysse), gouverné au début par le duc de Richelieu, est fondé à cette époque teintée de retour aux sources grecques (Tauride, Chersonèse).

clip_image004

La flotte russe de la mer Noire dans la rade de Sébastopol en 1846.

La culture ukrainienne connaît une renaissance au milieu du XIXe siècle, en parallèle avec le mouvement régionaliste à la même époque en Europe. Ce mouvement est concentré dans les régions de la Ruthénie, de la Volynie ou de la Podolie et autour de Zaporojié. C’est alors qu’apparaît de plus en plus le terme d’Ukraine — Oukraïna: signifiant « à la marche », terme employé surtout dans la langue ecclésiastique depuis le XVIe siècle — relancé par les intellectuels à la fin du XIXe siècle. Le pouvoir impérial russe officiellement ne connaît pas ce terme d’Ukraine. Il ne forme dans les territoires de l’actuelle Ukraine, comme partout ailleurs dans l’Empire — à l’exception du grand-duché de Finlande traité différemment — que différents gouvernements ou provinces — gouvernement de Kiev, gouvernement de Tchernigov, gouvernement d’Ekaterinoslav, gouvernement de Kherson, etc. — au sein de plusieurs entités : Petite Russie, Nouvelle Russie (correspondant en partie aux territoires enlevés à l’Empire ottoman), parties de la Bessarabie, etc. En 1876, l’Empire interdit la langue ukrainienne dans les écoles, et la limite dans les journaux et la littérature. Cette limitation provoque en retour une revendication idéologique qui permet de comprendre l’opposition linguistique actuelle. Les différentes formes d’ukrainien ne sont plus parlées que par une frange de la paysannerie et certains cercles cultivés de régionalistes : instituteurs, universitaires, ecclésiastiques.

De grandes villes sont fondées sous l’Empire russe, comme Odessa — port cosmopolite à forte minorité juive — mentionné plus haut et Ekaterinoslav, Sébastopol, etc. qui accueillent des migrants de tout l’Empire, et même d’Europe centrale : de la Pologne autrichienne ou d’Allemagne. En 1892, Kiev compte près d’un demi-million d’habitants. En effet, après l’abolition du servage en 1861, l’industrialisation provoque un exode rural de paysans russes, ukrainiens, ruthènes, etc. dans les nouveaux centres industriels. Le négoce se développe parallèlement avec l’extension du chemin de fer et cette « grande marche vers le sud » et l’ouest.

Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ukraine

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s