Accueil » Les News » La croissance en panne, la faute à Hollande

La croissance en panne, la faute à Hollande


La croissance en panne en France ! Le responsable, ce n’est pas Sarkozy ni Angela Merkel

C’est François Hollande qui a accepté de se placer, en juin 2012, dans le cadre du pacte budgétaire et d’engager la France dans la politique d’austérité

Évolution du PIB en France jusqu’en 2013

évolution par rapport à l’année précédente en %

en valeur

en volume

Champ : France.

Source : Insee, comptes nationaux, base 2010.

2000

5,5

3,9

2001

4,0

2,0

2002

3,2

1,1

2003

2,7

0,8

2004

4,5

2,8

2005

3,6

1,6

2006

4,6

2,4

2007

5,0

2,4

2008

2,6

0,2

2009

-2,8

-2,9

2010

+3,1

+2,0

2011

+3,0

+2,1

2012

1,5

0,3

2013

1,1

0,3

Les chiffres de l’Insee, publiée ce jeudi relève que la quasi-totalité des moteurs de la croissance est en panne. Et les chiffres de la zone euro ne sont guère plus réjouissants. Son produit intérieur brut (PIB) a stagné au deuxième trimestre, après avoir progressé de seulement 0,2% au trimestre précédent. La croissance française, quasi nulle était-elle inévitable ? La France s’est lancée dans une stratégie qui est naturellement anti-croissance. D’un côté, le gouvernement s’engage à réduire les déficits publics avec une politique d’austérité. D’un autre côté, les entreprises n’ont pas vraiment joué le jeu quand le gouvernement leur a promis des milliards d’euros.

Qui est responsable ?

C’est François Hollande qui a accepté de se placer, en juin 2012, dans le cadre du pacte budgétaire et d’engager la France dans la politique d’austérité, alors qu’au même moment, tous les pays d’Europe souffraient de ces politiques d’austérité. Il avait la possibilité de marquer une rupture, mais il n’a pas osé mener une politique vigoureuse de relance. Résultat : il a fallu réduire rapidement les déficits publics, ce qui entraîne naturellement des effets sur la croissance. Le problème est que les pays d’Europe sont englués dans une zone qui n’est plus économiquement porteuse. L’Europe est dominée par une Commission d’inspiration libérale. Une partie importante de la haute administration française et des classes dirigeantes pensent que la seule solution, c’est une politique d’austérité pour imposer des réformes structurelles.

Pour relancer la croissance Il faut mettre fin aux politiques d’austérité qui sont contre-productives. Il faut faire de l’investissement public ou privé impulsé par l’Etat, avec une politique de relance.
On ne peut pas continuer comme cela, avec en plus le risque de déflation et la baisse de la consommation. Il faut un grand changement pour ne pas tomber dans un cercle vicieux.

Pierre Moscovici comme candidat de la France à la Commission européenne? C’est l’horreur. Pierre Moscovici n’incarne pas une politique de rupture en Europe et ne porte pas une stratégie économique de relance, ni sociale-démocrate. Donc l’envoyer à Bruxelles, c’est se plier forcément aux exigences imposées par l’Europe.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s