Accueil » Les News » création des Régions depuis les années 1890

création des Régions depuis les années 1890


La petite histoire de la création des Régions depuis les années 1890

Référendum du 27 avril 1969 Projet de Régionalisation et réforme du Sénat

Allocution du Général de Gaulle Président de la République

http://www.gaullisme.fr/42referendum69.htm

Réflexion sur l’échec du référendum

Le référendum comportait 2 volets, la régionalisation (décentralisation des pouvoirs de décisions) et la réforme du Sénat. C’est sur ce dernier point que se trouve la véritable cause de l’échec du référendum. Parmi les opposants au projet on trouve : Le président du MRP Jean Lecanuet révèle le premier qu’il votera « non ». Un peu plus tard, Valéry Giscard d’Estaing fait de même.

  Le référendum sur le projet de loi relatif à la création des régions et à la rénovation du Sénat s’est tenu le 27 avril 1969.

Les forces antigaullistes se sont liguées contre le projet de décentralisation du Général de Gaulle : parmi elles, figuraient en bonne place les forces de gauche (PC, PS, Radicaux, extrême-gauche, syndicats), mais aussi V. Giscard d’Estaing, l’extrême-droite, les centristes.

 

 

Le projet de Régionalisation serait sans aucun doute passé si le Général n’avait pas ajouté le projet de réforme du Sénat, telle a été la grande erreur du Général.

La petite phrase du Général…

« C’est parce que nous ne sommes plus une grande puissance qu’il nous faut une grande politique, parce que, si nous n’avons pas une grande politique, comme nous ne sommes plus une grande puissance, nous ne serons plus rien. »

Source : http://www.gaullisme.fr/42referendum69.htm

Gaston Defferre (SFIO puis Socialiste) appelle à voter « oui » au référendum constitutionnel de 1958. En 1969 il est victime de la concurrence du candidat centriste Alain Poher, président du Sénat et leader de la campagne du « non » au référendum du 27 avril 1969, de celle du PSU Michel Rocard, ainsi que de celle de Jacques Duclos. 3 mars : promulgation de la loi de décentralisation (loi Defferre). Elle supprime la tutelle du représentant de l’État sur les conseils municipaux, généraux et régionaux.

La création des Régions est bien plus ancienne que ce que l’on pourrait le penser. Les premières mesures allant dans le sens de la création de régions n’ont lieu qu’à l’occasion du premier conflit mondial. À la suite d’une circulaire du ministère du Commerce du 25 août 1917, un premier arrêté ministériel institua des groupements économiques régionaux dits « régions Clémentel » le 5 avril 1919. Ces « régions économiques » regroupaient des chambres de commerce, à leur volonté, sur le territoire de la métropole. Les chambres de commerce étant libres d’adhérer à la région de leur choix et d’en changer librement, les 17 régions prévues initialement furent bientôt portées à 21, et administrées par un Comité régional composé de deux délégués par chambres, auxquels étaient adjoints les préfets et sous-préfets qui avaient voix consultative. Elles étaient à géométrie variable.  À partir de la Première Guerre mondiale donc, le développement des transports et la facilité à se déplacer loin conduisit certaines personnes à s’interroger sur l’opportunité de créer des divisions administratives plus grandes que les départements.

Image

La carte représentant les premiers assemblages

Au 19ème siècle des revendications régionalistes émanent des légitimistes quand ceux-ci comprirent, dans les années 1890, que la République avait définitivement vaincu par les urnes et que seul le pouvoir local était encore à leur portée.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s