Accueil » Les News » Contre attaque de Copé

Contre attaque de Copé


Copé contre-attaque en exigeant la transparence des partis politiques et des médias

La loi interdit aux Entreprises de financer les Partis Politiques, mais pas aux associations ou à certaines associations qui sont créées pour la circonstance et dont le rôle est de collecter des fonds pour les campagnes électorales. Une façon comme une autre de contourner la loi (ce qu’a fait Ségolène Royal avec son association « Désir d’avenir » par exemple. Et par la suite il est facile d’utiliser les services d’une société offshore qui a des liens dans un paradis fiscal pour planquer et faire fructifier l’exédent au détriment du fisc qui n’y voit que du feu…

Le président de l’UMP, Jean-François Copé, accusé par Le Point d’avoir favorisé des proches avec l’argent de son parti, a contre-attaqué lundi en promettant de dévoiler les comptes de l’UMP en échange d’une même « transparence » des autres partis et des médias.

Jean-François Copé a été mis en cause cette semaine par Le Point, qui l’accuse d’avoir favorisé, avec l’argent de son parti, une société de communication de deux de ses proches, Bygmalion, accusation rejetée par l’intéressé.

Dans une déclaration solennelle au siège de l’UMP très virulente à l’égard des médias, M. Copé, tendu et nerveux, a annoncé qu’il publierait l’ensemble des pièces comptables de son parti depuis 2007.

Mais il a conditionné cette publication à l’adoption de deux propositions de loi qu’il déposera à la reprise des travaux parlementaires, début avril.

« J’ai décidé de prendre aux mots les donneurs de leçon (…) de la façon la plus éclatante possible », a lancé M. Copé, pour qui « il ne peut pas y avoir dans cette affaire deux poids, deux mesures ».

« Pour que cette transparence soit totale, elle doit s’imposer en même temps à tous les acteurs de la vie politique de notre pays et à tous ceux qui bénéficient de larges subventions publiques », fait-il valoir.

« Je déposerai sur le bureau de l’Assemblée nationale à la reprise de ses travaux (début avril) une proposition de loi très simple et très claire: elle demandera à chaque parti ayant des représentants à l’Assemblée nationale, au Sénat, au Parlement européen », de publier leurs comptes depuis 2007.

Jean-François Copé a annoncé aussi qu’il déposerait une autre proposition de loi pour soumettre les « principaux dirigeants et salariés des médias » bénéficiant d’aides ou de fréquences attribuées par l’Etat aux mêmes contrôles que ceux imposés aux parlementaires.

Sa proposition de loi doit prévoir la mise en place d’une autorité indépendante chargée d’appliquer ces nouvelles règles, imposées au nom de la transparence et de la démocratie, a ajouté en substance le président de l’UMP.

Dans l’attente de l’éventuelle adoption de ces dispositions législatives, M. Copé a donné « dès aujourd’hui l’instruction au directeur général des services de l’UMP de bien vouloir mettre l’intégralité de la comptabilité de l’UMP, ainsi que les archives concernant les campagnes présidentielles de 2007 et 2012, dans une pièce qui sera scellée par un huissier ».

« Cette pièce sera rouverte à l’adoption de ces deux lois », a promis M. Copé, qui « ne doute pas une seconde que (ses) propositions recueilleront l’unanimité des forces politiques au Parlement ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s