Accueil » Justice » Première condamnation pour racisme « anti-Blanc »

Première condamnation pour racisme « anti-Blanc »


Première condamnation pour racisme « anti-Blanc »

clip_image002

De façon inédite, la cour d’appel de Paris a finalement retenu, mardi 21 janvier, la circonstance aggravante de « racisme » dans le cadre d’une affaire où des insultes telles que « sale Blanc » ou « sale Français » avaient été prononcées. Cette analyse du dossier, dans lequel pour la première fois une association antiraciste – la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) – était partie civile, a amené la cour à condamner l’un des deux auteurs de cette agression qui avait eu lieu sur un quai du RER, en 2010, à quatre ans d’emprisonnement, dont trois ferme.

La décision de la cour d’appel de Paris, saisie sur réquisitions du parquet, est venue alourdir d’une année la peine prononcée en première instance. Le tribunal correctionnel avait, lui, rejeté, en juin 2013, la circonstance aggravante de racisme, considérant qu’il n’était pas clairement établi qu’Arnaud Djender, 30 ans, avait prononcé des insultes racistes lors du déchaînement de violence.

C’est un procès inhabituel, dérangeant pour certains, qui se tient vendredi devant la treizième chambre du tribunal correctionnel de Paris. Celui d’une agression raciste commise en septembre 2010 qui, ne vise pas, comme souvent, une personne issue d’une minorité, mais un homme insulté de « sale blanc ». La justice a décidé de poursuivre le seul agresseur identifié avec la circonstance aggravante d’insultes racistes. L’audience, qui devait avoir lieu en octobre dernier, avait été renvoyée car le contexte était trop tendu, un mois après la polémique lancée par l’affaire des « pains au chocolats » de Jean François Copé.

Une cigarette refusée. Les faits se sont déroulés dans le métro parisien, tôt le matin, à la station gare du Nord. Un homme refuse de donner une cigarette que lui demandent deux jeunes. La situation dégénère et les agresseurs commencent par insulter le récalcitrant de « sale blanc, sale Français », avant de le frapper à coups de tessons de bouteille. La victime est sérieusement blessée au cours de cette scène de violence qui pourrait sembler banale. Mais pour la justice, il s’agit bien là d’une agression raciste.

Racisme « anti-blanc » devant la justice : La LICRA a-t-elle saboté le procès ?

http://www.fdesouche.com/367812-le-racisme-anti-blanc-devant-la-justice

Le concept de racisme « anti-blanc » fait polémique. Mais, pour la première fois dans ce type d’affaire, la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (LICRA) a décidé de se positionner aux côtés de la victime. « Sale blanc, sale Français, c’est quelque chose qui n’est pas acceptable dans la société française », explique au micro d’Europe 1 le président de la LICRA, Alain Jacubowicz. » Je crois qu’il est naturel qu’une association antiraciste soit aux côtés des victimes d’actes de racisme », poursuit-il.

L’avocat souligne cependant que « fort heureusement », « lorsque l’on est blanc et français, on n’est pas discriminé en France ».

« Pour autant on ne peut pas ignorer ces faits qui, malheureusement, sont de plus en nombreux », précise-t-il enfin.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s