Accueil » Réflexions et politique » Al-Qaeda: « Merci George Walker Bush»

Al-Qaeda: « Merci George Walker Bush»


Al-Qaeda: « Merci George Walker Bush» (fils de George Herbert Walker Bush)

clip_image001

Ce que beaucoup ne savent pas, l’addiction de Walker Bush pour l’alcool et la drogue jusqu’à l’âge de 40 ans.

Guerre du Golfe pour libérer le Koweït envahi par Saddam Hussein (ce qui était justifié) Bush père s’étant contenté de la libération de cet Emirat refusant d’affaiblir complètement l’Iraq qui servait de pare-feu face aux intégristes islamistes et l’Iran.

Seconde guerre du golfe déclenchée par George Walker Bush (fils du premier) avec la complicité de Toni Blair sur un mensonge et sous le prétexte que Saddam Hussein détenait des armes de destruction massives, ce qui par la suite s’est révélé faux, aucunes armes de ce type n’ayant été découvertes malgré des recherches très poussées.

En fait la réalité est toute autre, car si les accusations de détention d’armes de destruction massive, avait servies de prétexte, cela cachait autre chose car il s’agissait de mettre sous l’éteignoir celui qui menaçait d’utiliser la Monnaie Européenne comme moyen de paiement du pétrole en lieu est place du Dollar Américain (une grande partie des pays producteur étant d’accord). Ce qui n’a pas fait plaisir à W Bush, sa famille étant fortement impliquée dans le pétrole d’où la raison de la guerre contre Saddam qu’il fallait éliminer pour impressionner les autres pays producteurs de pétrole.

En éliminant Saddam, les Américains ont ouvert en grand les portes aux extrémistes de tous polis à commencer par la mouvance d’Al-Qaeda.

Dans l’affaire de la révolte Syrienne les Etats Unis ont leur part de responsabilité ajouté au mensonge de Bachar Al-Assad et ses alliés qui ont réussi à berner tout le monde. (Qui se souvient des prisons secrètes Américaines dispersées au Moyen Orient et en Europe ou les Américains détenaient des Talibans et autres cadres d’Al-Qaeda ? Assad a berné les Américain et les occidentaux car il a fait libérer des milliers de prisonniers islamistes dont des cadres d’Al-Qaïda arrêtés au Pakistan et livrés par les Américains à la Syrie dans le cadre des prisons secrètes de la CIA. Les fondateurs et commandant des trois principales factions djihadistes en Syrie ont ainsi été libérés de la prison de Sydnaya en juin 2011, sur ordre personnel de Bachar Al-Assad camouflé en grâce présidentielle, quelques mois seulement après le déclenchement de la révolution pacifique. Depuis, ils appliquent à la lettre la stratégie d’Assad : salir le soulèvement pacifique, militariser la contestation, terroriser la population et surtout menacer l’Occident et Israël. Pour les opposants syriens authentiques, la mort n’a qu’un seul goût. Ils préfèrent tomber au combat contre Assad et ses miliciens que se laisser cueillir par le dictateur réhabilité – comme il en rêve -, finir sous la torture, ou encore mourir affamés. Leur déception de la débandade américaine ne fait qu’accentuer leur détermination. Ce 23 octobre, alors que John Kerry invite la Coalition de l’opposition à participer au dialogue de Genève-2 pour y poursuivre la mascarade, les rebelles ont pris l’aéroport international de Damas et la centrale électrique Techrine pour cible. Dans l’aéroport, un avion iranien qui déchargeait renforts humains et munitions aurait été touché. Des sources syriennes parlent de 40 morts et plus de 60 blessés parmi les iraniens. Dans la soirée, la centrale Techrine a été touchée, ainsi que le gazoduc arabe (qui relie l’Egypte à la Syrie via la Jordanie). Ces bombardements aux missiles Hattine (de fabrication artisanale, d’une portée de 30 km et d’une puissance de destruction d’un rayon de 300 mètres) ont provoqué d’énormes explosions et des incendies visibles à des kilomètres à la ronde. Damas, ses banlieues et plusieurs régions lointaines alimentées par Techrine (comme Lattaquié) ont sombré dans le noir. Bénéficiant des flemmes et des incendies qui ont ravagé l’aéroport, Damas a pu s’éclairer. Mais elle a ressemblé à Bagdad quand la capitale de Saddam Hussein croulait sous un tapis de bombes américaines.

Dans cette région du Moyen-Orient ce n’est que manipulation, chacun défendant ses positions et ses intérêts, que ce soit les occidentaux (Anglo-Américains en tête) d’un coté et les Russes de l’autre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s