Casse-toi pauvre con à Emmanuel Macron

Casse-toi pauvre con à Emmanuel Macron : condamné à 250 euros d’amende avec sursis

(La justice Française ne reconnait pas la justice des droits de l’homme “CEDH” ou l’ignore)

Sur le sujet, une condamnation pénale est disproportionnée

Pour avoir crié Casse-toi pauvre con à Emmanuel Macron, lors de sa venue à Laval, le 25 juillet, un jeune homme de 21 ans était jugé le 6 décembre devant le tribunal de Laval.

Le 25 juillet dernier, Emmanuel Macron, encore ministre de l’Economie, se rend à Laval. Il est attendu au théâtre pour l’annonce des villes labellisées, French Tech. A sa sortie de voiture, un petit groupe de jeunes lui lance des slogans anti-capitalistes. L’un d’entre-eux, âgé de 21 ans, un peu plus intrépide essaie un « Casse-toi pauvre con ».  Le 6 décembre, ce jeune, originaire de Loiron, comparaissait devant le tribunal, dans le cadre d’une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité. Il était poursuivi pour injure publique à une personne chargée d’une mission de service public dans l’exercice de ses fonctions. Il a reconnu les faits. Le procureur de la République a demandé une amende de 250 euros avec sursis à son encontre. Il a été condamné à cette peine. 

Le procureur et le juge semblent ignorer la position de la CEDH sur le sujet  et qui s’impose en France !

Dans une autre affaire similaire (casse toi pov’con contre Nicolas Sarkozy) Le recours à une sanction pénale était donc « disproportionné » pour la CEDH qui écrit : « Sanctionner pénalement des comportements comme celui de M. Eon est susceptible d’avoir un effet dissuasif sur des interventions satiriques qui peuvent contribuer au débat sur des questions d’intérêt général. »

Nous sommes espionnés dans nos moindres faits et gestes

Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont espionné les passagers d’Air France !

Ou quand les Etats-Unis sombrent dans la paranoïa, et la surenchère sécuritaire en espionnant tout et tout le monde (même les réseaux sociaux tel que « Facebook » sont utilisés pour vous espionner).

Le réseau « Facebook aurait collaboré avec la NSA »

Les documents transmis par Edward Snowden n’ont pas fini d’apporter leur lot de révélations. Le Monde, qui continue à les exploiter en partenariat avec le site spécialisé The Intercept, a découvert un programme d’espionnage britannique et américain visant à intercepter les communications mobiles émises et reçues à bord des avions de ligne. Et notamment ceux de Air France, cible principale de la NSA et du GHCQ dès 2005, tout comme Air Mexico, les deux compagnies étant désignées comme « cibles potentielles des terroristes ». L’objectif affiché est en effet d’éviter un autre 11 septembre. D’après Le Monde, les écoutes n’ont pas été limitées aux seuls terroristes présumés, mais ont visé également des personnalités politiques et des trafiquants.

Les archives des deux agences de renseignement indiquent que la collecte des données se faisait « quasiment en temps réel », rapporte le quotidien. A partir d’une altitude de 10 000 pieds, le signal satellite est intercepté par des « stations secrètes d’antennes au sol ». Si le smartphone est allumé, il est possible de localiser, voire de le pirater pour obliger l’utilisateur à le redémarrer avec ses codes d’accès, interceptés à leur tour. Voix, data, SMS, métadonnées… Tout pouvait être collecté, dans la zone Europe, Moyen-Orient et Afrique. Les contenus des mails, des chats, des réseaux sociaux, ou encore des appels passés avec Skype: la NSA et le GHCQ étaient en mesure de tout entendre.

clip_image002

Edward Snowden, celui qui a découvert et dénoncé les actes d’espionnage de la NSA et de GHCQ. (il est classé ennemi public pour les Etats-Unis et les Anglo-saxons (GBR)

À la suite de ses révélations, Edward Snowden est inculpé le 22 juin 2013 par le gouvernement américain sous les chefs d’accusation d’espionnage, vol et utilisation illégale de biens gouvernementaux. Le 14 avril 2014, l’édition américaine du Guardian et le Washington Post se voient décerner le prix Pulitzer pour la publication des révélations sur le système de surveillance de la NSA, rendues possibles grâce aux documents fournis par Snowden[ .

Autre source d’espionnage possible.

(Le logiciel Evernote), si vous utilisez Windows « 10 » ou le pack Office vous avez OneNote à votre disposition.

Evernote est un logiciel qui permet d’enregistrer des informations, sous forme de notes, images, vidéos, ou pages Web. Ce logiciel propose le même genre de fonctionnalités que son concurrent édité par Microsoft (OneNote, un des logiciels du pack Office) mais serait moins sécurisé…

Inconvénient pour « Evernote » il n’est pas infaillible, en 2013, des pirates informatiques se sont infiltrés dans son réseau et ont pu voler des informations, incluant, noms d’utilisateurs, adresses e-mail et mots de passes chiffrés.

Sur les réseaux sociaux, évitez de donner des informations personnelles (seuls vos amis proches et votre famille savent qui vous êtes) dans les paramètres de votre ordinateur, désactivez la géo localisation.  

Manuel Valls est candidat à la présidence de la République !

Manuel Valls est candidat à la présidence de la République !

clip_image001

(Pour cela il va lui falloir passer le cap de la primaire avant de prétendre être candidat à l’élection présidentielle […] à moins qu’il ne fasse cavalier seul, s’il n’est pas désigné lors de la primaire. )

Le Premier ministre a annoncé sa candidature à la primaire du PS en vue de l’élection présidentielle de 2017. Il démissionnera de Matignon mardi pour mener campagne.

17h56. Manuel Valls est à Evry. Le toujours Premier ministre est dans son fief. Il est arrivé à la mairie, qu’il occupée de 2001 à 2012 avant son entrée au gouvernement. C’est là, dans ce lieu familier, qu’il prononcera son discours. 

18h34. « Oui, je suis candidat à la présidence de la République ». Manuel Valls ne laisse aucun suspense. Après quelques phrases pour rendre hommage à sa ville, il lâche : « Oui, je suis candidat à la présidence de la République »

18h38. « Je quitterai mes fonctions demain ». Manuel Valls annonce ensuite qu’il démissionnera de son poste de Premier ministre. « En accord total avec le président de la République, je quitterai mes fonctions dès demain car je veux en pleine liberté proposer aux Français un chemin », a-t-il lancé après avoir rendu hommage à François Hollande. 

18h45. « Ma candidature est celle de la réconciliation ». Manuel Valls fait part de son intention de rassembler la gauche derrière son nom. « Ma candidature est celle de la conciliation, de la réconciliation. Je pose ce premier acte de l’unité. J’ai une responsabilité, « rassembler ». Car enfin, quand on a gouverné avec François Mitterrand, Lionel Jospin, François Hollande, on partage quelque chose de grand, de fort. Un même combat pour le progrès et la justice sociale. Je veux faire gagner tout ce qui peut nous rassembler. La primaire qui s’ouvre est une formidable moyen pour faire l’unité », a-t-il lancé. 

« J’invite les femmes et hommes de gauche, les progressistes, mais aussi tous les Français, qui refusent l’extrême droite, la régression sociale, à venir nombreux à la primaire », poursuit-il. « La gauche est grande, est belle, quand elle parle à tous les Français, qu’elle rassemble.

18h55 Valls : « Oui, je suis candidat à la présidence de la République ». Un slogan : « faire gagner tout ce qui nous rassemble ». Après avoir juré que rien n’était écrit pour la présidentielle, Manuel Valls conclut son discours très marqué à gauche par son nouveau slogan. « Je veux que nous conduisions la gauche vers la victoire. Donnez-moi cette force, mobilisez-vous. Je veux faire gagner tout ce qui nous rassemble », a-t-il lancé.

Quand son destin se confond avec celui de la France », lance-t-il avant d’exalter « l’esprit français », fait de laïcité, de liberté, de fraternité et d’égalité. 

Démission de Matignon mardi. Manuel Valls a précisé qu’il allait démissionner de ses fonctions de Premier ministre dès mardi, pour se consacrer à la campagne pour la primaire du PS des 22 et 29 janvier. « En accord total avec le président de la République, je quitterai mes fonctions dès demain », a-t-il dit.

Ségolène Royal doit prendre la porte de sortie !

clip_image002

Ségolène Royal doit prendre la porte de sortie !

Ségolène Royal, qui représentait l’Elysée et le gouvernement et non la France aux funérailles de Fidel Castro, a essuyé dimanche une volée de bois vert, après avoir relativisé la veille les accusations de violations des droits de l’Homme à Cuba. Les réactions les plus vives sont venues de l’opposition, mais aussi d’intellectuels cubains en exil en France.

Ségolène Royal avait relativisé samedi les violations des droits de l’Homme reprochées au régime notamment par l’ONU et Amnesty International.

Elle s’est défendue en dénonçant « une polémique déplacée ». Ma gauche à moi, ça n’est pas cette gauche qui encense Fidel Castro », a réagi sur BFMTV Juliette Méadel, secrétaire d’État chargée de l’aide aux victimes.

La ministre de l’Ecologie était la seule membre d’un exécutif européen, avec le Premier ministre grec Alexis Tsipras, à assister à Cuba aux cérémonies en l’honneur de Fidel Castro, mort le 25 novembre.

Député écologiste candidat à la primaire à gauche, François de Rugy a demandé au « président de la République de désavouer ces propos contraires aux valeurs de la France ». Son collègue socialiste Guy Delcourt a jugé l’affaire « grave ».

« Les bras vous en tombent », a dénoncé le président du Modem François Bayrou. C’est « pire » qu’une faute politique, d’autant que Ségolène Royal parlait « au nom de la France », a-t-il estimé.

« Ce qu’a dit Ségolène Royal manque de mesure, de lucidité et de respect pour l’ensemble des victimes, incontestables et incontestées, de ce régime », a taclé le numéro deux du FN Florian Philippot, évoquant sur les « persécutions » d’opposants politiques, d’homosexuels…

Des parlementaires de droite ont fustigé une « insulte » à la mémoire des victimes du régime.

Pour le sénateur LR Bruno Retailleau, proche de François Fillon, le gouvernement avait d’emblée commis « une erreur » en envoyant Mme Royal à Cuba. Mme Royal « a commis une faute d’une extrême gravité en foulant du pied les droits de l’homme ».

Au lendemain de la mort de Fidel Castro, Amnesty International avait rappelé « la répression systématique des libertés fondamentales » tout au long de son règne.

« L’état actuel de la liberté d’expression à Cuba, où des militants continuent d’être arrêtés ou d’être victimes de harcèlement (…) est le plus sombre héritage de Fidel Castro », soulignait l’organisation.

Dimanche, Mme Royal est revenue sur ses propos estimant que « c’était aux historiens de faire le bilan » du régime et que « le problème » des violations des droits de l’Homme « devait être réglé, effectivement ».

Convention de l’Alliance Populaire

La convention de la Belle Alliance Populaire du PS

Comme un échec !!!

 clip_image002

Les militants socialistes ne se sont pas déplacés en masse pour assister au grand meeting organisé ce samedi à Paris pour lancer la primaire à gauche. Selon plusieurs médias, ils étaient moitié moins que prévu.

Les candidats étiquetés PS déjà déclarés, Arnaud Montebourg, Marie-Noëlle Lienemann, Gérard Filoche et Benoît Hamon, ne se sont pas déplacés. Selon BFMTV, les maires de Paris et de Lille Anne Hidalgo et Martine Aubry ont aussi refusé l’invitation, tout comme le chef de file des frondeurs, Christian Paul. Manuel Valls, qui devait initialement prononcer un grand discours, n’était finalement pas présent. Alors qu’il devrait prochainement se déclarer ou pas sur sa candidature à la primaire. La direction du PS avait à cœur de ne pas donner prise aux accusations de partialité. Se sont en revanche succédés à la tribune les ministres socialistes Marisol Touraine et Najat Vallaud-Belkacem, ou écologistes Jean-Vincent Placé et Emmanuelle Cosse.

Cette convention se voulait sous le signe du rassemblement du Parti socialiste, et plus encore. « Oui, la primaire, c’est le moyen d’imposer l’unité, de faire en sorte que les familles séparées se retrouvent, et encore une fois, à mon tour, je lance un appel à ceux qui n’ont pas compris aujourd’hui que la modernité c’est que le peuple tranche et non pas de trancher à la place du peuple (…) Je lance un appel à Emmanuel Macron, à Jean-Luc Mélenchon : rejoignez la primaire de la gauche ! », a déclaré le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis à la tribune.

Les militants aussi ne se sont pas pressés à la fête. En septembre dernier, le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, prévoyait 10.000 personnes. Ce samedi, les organisateurs avaient revu le chiffre à la baisse, prévoyant 4.000 à 5.000 places assises. Mais d’après les journalistes de BFMTV présents sur place, 2.500 à 3.000 personnes seulement ont fait le déplacement. 

Un rétrécissement à l’image du parcours difficile de la Belle Alliance populaire, dont le projet de « dépasser » le PS en lui adjoignant les radicaux, les écologistes pro-gouvernement, le monde syndical et associatif a connu un relatif échec -le PRG a claqué la porte dès juin, Génération écologie la semaine dernière.

Evasion fiscale au royaume du football

clip_image002

Ronaldo, Mourinho, Falcao (Les rois de l’évasion fiscale)

clip_image004

C’est un sacré pavé dans la mare que jette ce vendredi soir Football Leaks – une immense enquête sur les dessous du football menée conjointement par 12 médias européens, dont Médiapart, à partir de données confidentielles obtenues par le journal allemand Der Spiegel. Selon les premières conclusions de cette investigation sans précédent – et dont les résultats seront publiés au compte-goutte sur les trois prochaines semaines – les joueurs Cristiano Ronaldo et Radamel Falcao, ainsi que l’entraîneur José Mourinho, ont soustrait au fisc des sommes faramineuses par le biais de sociétés écrans et autres comptes offshore.

Au centre de ce gigantesque scandale qui éclate tout juste et dont les dommages collatéraux s’annoncent déplorables – en termes d’image notamment – on retrouve le très influent Jorge Mendes, lequel a pu tisser ces dernières années un énorme réseau frauduleux dans des paradis fiscaux tels que les Iles Vierges, le Panama, la Suisse ou l’Irlande. L’agent de Cristiano Ronaldo aurait ainsi permis à son poulain de dissimuler pas moins de 150 millions d’euros ces sept dernières années. Avec à l’arrivée un taux d’imposition inférieur à 4%. Insignifiant…

La suite ici : http://www.msn.com/fr-fr/sport/football/ronaldo-mourinho-falcao%e2%80%a6-l%e2%80%99%c3%a9norme-scandale/ar-AAl45dG?li=BBoJIji&ocid=HPCDHP

Climat, la glace fond en Antarctique

Climat, la glace fond en Antarctique (l’homme n’y est pour rien)

Liste des volcans continentaux en Antarctique

clip_image001

Une crevasse dans la banquise de l’Antarctique pourrait présager un effondrement de la calotte polaire

clip_image002

Dans l’ouest de l’Antarctique, des scientifiques ont observé et analysé le détachement d’un bout de banquise du reste du glacier. Les causes de cette fissure ne présagent rien de bon pour la suite.

Des scientifiques pensent avoir découvert la « troublante » raison pour laquelle un énorme morceau de banquise s’est détaché de l’un des plus gros glaciers de l’Antarctique l’an dernier. Et cette raison ne présage rien de bon pour les grandes métropoles côtières dans le futur.

Ce sont donc les eaux réchauffées venant des océans qui ont fait fondre le glacier de l’île de Pin par en-dessous, provoquant une profonde fissure sous la surface. C’est cette même fissure qui a séparé la glace en deux, selon les chercheurs de l’université Ohio State.

D’après leur étude, publiée lundi 28 novembre 2016 dans le journal Geophysical Research Letters, la crevasse de 32 km de long a fini par fendre le glacier de plus de 360 km² en juin 2015.

Les résultats montrent aussi que le changement climatique et d’autres causes pourraient conduire à l’effondrement d’autres gros morceaux de l’inlandsis Ouest-Antarctique (la partie ouest de la calotte glaciaire de l’Antarctique, située dans l’hémisphère ouest) dans les prochaines décennies. Cela provoquerait une montée catastrophique du niveau de la mer, causant des inondations sur les côtes du monde entier.

« La question n’est maintenant plus de savoir si la calotte glaciaire de l’Antarctique va fondre, mais quand », déclare Ian Howat, directeur de l’étude et professeur associé en sciences de la terre à l’université d’Ohio State, dans un communiqué de presse.

« Ce genre de fissuration provoque un mécanisme de retrait rapide de ces glaciers, ajoutant à la probabilité que nous assisterons à un effondrement de l’Ouest-Antarctique de notre vivant », a-t-il ajouté.

Affaiblissement des glaciers

Le glacier de l’île du Pin et le glacier Thwaites, juste à côté, agissent comme des bouchons dans un évier : ils empêchent la glace de l’inlandsis Ouest-Antarctique de flotter vers l’océan, d’y fondre et d’augmenter le niveau de la mer. Mais comme les glaciers et la glace terrestre derrière eux se délitent, la banquise principale perd ses deux « bouchons », et elle se retrouve à fondre dans l’océan.

clip_image003

La glace fond par le dessous (en cause les courants d’eau chaudes d’origine volcanique qui creusent la glace.)

Crevasses dans la banquise près de la côte Ouest-Antarctique depuis une fenêtre de l’avion Operation IceBridge de la NASA, le 28 octobre 2016.MARIO TAMA/GETTY IMAGES

D’après une étude de mars 2016 postée dans la revue Nature, l’effondrement de l’Ouest-Antarctique pourrait à lui seul faire monter le niveau de la mer de plus d’un mètre d’ici à 2100. D’autres études imaginent que ce niveau pourrait monter à un peu plus de 3 mètres. Une augmentation qui engloutirait des villes comme New-York, Miami, Manille ou Dacca.

L’équipe de l’université de l’Ohio a d’abord remarqué la crevasse de l’île du Pin en analysant les images prises par un satellite Landsat 8, avant que l’iceberg ne se brise en 2015. Les images montraient un début de faille, qui avait en fait commencé en 2013 presque 20 km plus loin à l’intérieur des terres, et s’était étendue depuis. Des crevasses avaient déjà été découvertes dans la banquise du Groenland. Mais cette étude est la première à révéler une crevasse sous la surface d’un glacier en Antarctique.

Ce genre de crevasse se forme normalement dans des couches de glace fines, étirées, les plus propices à tomber en morceaux. Mais cette crevasse-là a commencé presque au centre de la banquise, qui est normalement plus robuste.

NASA/GSFC SCIENTIFIC VISUALIZATION STUDIO

Selon Ian Howat, la crevasse a commencé au fond d’une vallée glaciaire. De l’eau chaude océanique a dû s’y introduire, affaiblissant le centre de la banquise par en dessous et créant une fissure.

« Le plus inquiétant, c’est qu’il y a beaucoup de vallées de ce genre sur ce glacier », décrit Ian Howat. « Si elles sont réellement des lieux de faiblesse, la réduction de la banquise en Antarctique pourrait être encore plus rapide. »

D’après Richard Alley, glaciologue et expert du climat à l’université d’État de Penn, l’étude sera particulièrement « utile » pour les glaciologues qui cherchent à comprendre comment les banquises réagissent aux changements autour d’elles.

Une section de l’inlandsis Ouest-Antarctique avec ses montagnes, vu de l’avion Operation IceBridge de la NASA, le 28 octobre 2016.MARIO TAMA/GETTY IMAGES

Les fissures sont souvent difficiles à représenter correctemment sur des maquettes de banquise, car il est difficile de savoir exactement où et comment la glace va se briser, selon Richard Alley. « Pensez aux tasses à café en céramique que vous avez vu tomber sur le sol : certaines ont rebondi, d’autres se sont ébréchées, cassées en plusieurs morceaux, ou complètement brisées », explique-t-il dit à Mashable.

Pour lui aussi, il existe de solides preuves scientifiques que l’inlandsis Ouest-Antarctique puisse se briser de notre vivant : « Ce n’est pas sûr, clairement. Mais c’est possible, en fonction des décisions prises par les hommes, mais aussi en fonction de processus et de conditions que nous ne connaissons pas entièrement », explique-t-il.

Une perte de banquise nécessaire ?

Ian Joughin, ingénieur au laboratoire de physique appliquée de l’université de Washington, n’est pas de cet avis. Pour lui, l’étude n’apporte pas forcément de nouvelles informations sur la stabilité de l’inlandsis Ouest-Antarctique. La glace de l’île de Pin aurait régulièrement besoin de se séparer de morceaux de glace pour garder le rythme de toute la glace qui s’écoule hors de l’Antarctique. « Le lieu de la fissure n’est pas si différent des lieux des précédentes fissures », confie-t-il à Mashable.

Il pense tout de même que ces nouvelles découvertes sont « à surveiller, mais il est trop tôt pour dire s’il s’agit d’un mouvement durable qui pourrait vraiment altérer le rythme de retrait de la glace dans cette zone. »

En étudiant ce type de détachement d’iceberg, les scientifiques pourraient être capables de mieux prévoir quand et comment l’inlandsis Ouest-Antarctique perdra un plus grand morceau de banquise – mais ils ne pourront pas l’empêcher. Une étude différente a récemment découvert que l’amincissement de la glace et le recul des glaciers dans l’Ouest-Antarctique ne sont « probablement pas réversibles sans un changement majeur des conditions marines ou glaciologiques. »

L’étude, publiée le 23 novembre dans le journal Nature, prouve que le glacier de l’île du Pin a sûrement été d’abord déstabilisé dans les années 1940 après le passage fort et anormalement long du courant El Niño (un courant chaud venant d’Amérique du Sud et passant en fin d’année, après Noël) dans l’océan Pacifique.

Les chercheurs – des scientifiques américains, britanniques, allemands, néerlandais et suisses – n’ont pas évalué le rôle des gaz à effet de serre d’origine humaine ni du réchauffement climatique dans la fonte de l’île de Pin. Mais l’équipe a remarqué que, même après cette période chaude dans les années 1940, une fois les températures redescendues, le recul glaciaire avait continué.

Retrouvez la version originale :

http://mashable.com/2016/11/28/west-antarctica-collapse-ice-loss/?utm_cid=hp-h-3#a4cp3coINqqy